Springald - Actualité manga
Dossier manga - Springald

Reader Rating 19 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 04 November 2016


Kazuhiro Fujita, mangaka prolifique et inventif


Kazuhiro Fujita est un mangaka né le 24 mai 1964 à Asahikawa sur l'île de Hokkaîdo.

Il sort diplômé de la Nihon University, puis débute sa carrière de mangaka après avoir gagné un prix pour l'une de ses histoires courtes. Il fut au départ assistant pour les mangakas Yoshitoo Asari et Fujihiko Hosono

Sa première série d'envergure arrive en 1990 et le place d'emblée comme un nouvel auteur phare du catalogue du magazine Shônen Sunday de Shôgakukan : il s'agit d'Ushio to Tora, série rencontrant un franc succès auprès du public mais aussi de la critique, lui permettant même d'empocher plusieurs récompenses : Shogakukan Manga Award du meilleur shônen en 1992, et Seiun Award en 1997. La série s'est achevée fin 1996 après 33 volumes auxquels il faut ajouter un gaiden et deux artbooks. Elle fut ensuite rééditée en format deluxe (18 tomes) de 2003 à 2003 puis en édition deluxe (19 tomes) de 2004 à 2006. Elle a aussi connu plusieurs OAV et, preuve d'un succès qui ne se dément pas au fil des années, d'une adaptation en série animée de 39 épisodes qui fut diffusée en 2015-2016 au Japon et en France sur ADN. Elle vient tout juste de sortir en DVD et Blu-ray chez Kazé, tandis que le manga, lui, reste malheureusement toujours inédit chez nous.
L'histoire : Ushio découvre un jour dans son sous-sol le puissant démon mangeur d'hommes, Tora, celui-là même que son ancêtre aurait empalé avec la Lance du Fauve 500 ans auparavant. Bien qu'il n'ait jamais cru les histoires de monstres et de Yôkai que lui racontaient son père, Ushio va être obligé d'admettre que Tora, lui, est bien réel...
  
  
 
Dès 1997 il enchaîne avec une nouvelle série-fleuve qui sera elle aussi un grand succès dans son pays : Karakuri Circus, qui s'est achevée en 2006 après 43 volumes, et a elle aussi connu au Japon une réédition deluxe (23 tomes) de 2011 à 2013. L'oeuvre a également eu droit à un guide. En France, Akata/Delcourt a tenté la publication de cette excellente série mais faute de ventes suffisantes (moins de 700 exemplaires par tome), a dû l'interrompre après le tome 21 qui achève la première grande partie de la saga. Forcément frustrant pour les rares lecteurs qui avaient donné sa chance à ce shônen particulièrement original et ambitieux, mais cela aurait pu être pire, car Akata a malgré tout pu négocier avec l'éditeur japonais Shôgakukan pour insérer dans le dernier tome français plusieurs chapitres supplémentaires présents dans le volume 22 japonais, afin que les lecteurs français aient une conclusion un tant soit peu cohérente.
L'histoire : Dans la lointaine Bretagne du Moyen-Âge étaient deux frères alchimistes, tous deux éperdument amoureux d´une ravissante jeune fille. Le premier fut aimé en retour, mais le second, ainsi délaissé, tua de colère les deux amants. Devenu fou de douleur, il se plongea alors dans ses travaux, et inventa l´Aquae Vitae, une eau qui donnerait vie à de simples pantins mécaniques... Tokyo, de nos jours. Narumi, déguisé en ours géant, tente de faire rire les passants. Atteint d'une grave maladie, il doit son salut aux rires des enfants. Soudain, il suspend son spectacle lorsque le seul spectateur qui souriait de ses pitreries, un petit garçon traînant une énorme valise, se fait enlever sous ses yeux. Narumi se précipite et l´arrache aux bras de ses ravisseurs. Masaru révèle alors à son sauveur qu´il est l´héritier d´une très grande société japonaise, spécialiste des mécaniques de précisions, et que sa fortune attire bien des convoitises. Narumi et Masaru fuient pour échapper aux ravisseurs et se réfugient dans un cirque où ils se découvrent une ravissante protectrice funambule, Shirogané, manipulatrice de pantins géants de combat. Masaru apprend alors que c'est son grand-père qui a créé ces créatures étranges...
  
  

En parallèle sortent quelques recueils d’histoires courtes inédits en France : Yoru no Uta en 1995, et Akatsuki no Uta en 2004.
  
 

En 2006-2007 on le retrouve au scénario de Bakegyamon, shônen en 5 tomes dessiné par Mitsuhisa Tamura et publié en France par Casterman.
L'histoire : Shanshirô, jeune garçon de dix ans, rêve de partir à l'aventure, tout comme son père qui était un grand explorateur. Mais ses grands-parents refusent formellement de le laisser quitter la petite île où ils vivent tranquillement. C'est alors que Sanshirô rencontre Fué, un esprit qui va l'emmener dans un monde parallèle, le Japon inversé, afin de le faire participer au grand tournoi "Bakegyamon". Très vite, tous deux rejoignent de nombreux autres enfants venus là pour gagner et pouvoir réaliser leur vœux le plus cher, quel qu'il soit. Va alors commencer pour Sanshirô une aventure fantastique qu'il n'imaginait pas même en rêve ! Fué s'inquiète de la candeur et du manque d'expérience de son "poulain"… mais il va être surpris !
  
  

Puis en cette même année 2007 arrive Springald, puis un autre one-shot : Jagan wa Gachirin ni Tobu.
  


En 2008 démarre Moonlight Act, oeuvre à laquelle il met un terme en 2014 après 29 volumes. Actuellement (difficilement) publiée en France chez Kazé Manga, la série a elle aussi eu droit à son dossier sur notre site.
L'histoire : Une fois toutes les dix et quelques années, un clair de lune bleu vient éclairer de sa pâleur la surface de notre Terre. le monde des contes que lisent les enfants se retrouve alors sans dessus-dessous. C'est pourquoi les anciens se sont réunis et ont choisi d'édicter une loi, une seule, afin de rétablir l'ordre dans leur univers. Cette loi se nomme "Moonlight Act"... 



L'année 2015 lui permet de signer le deuxième récit de sa collection "Black Museum" : Ghost & Lady, bouclé en deux volumes.



Depuis 2016 il planche sur une nouvelle oeuvre : Souboutei Kowasu Beshi, qui compte actuellement deux tomes et mêle aventure et horreur.



L'essentiel de la carrière de l'auteur se fait dans le magazine Shônen Sunday de Shôgakukan, auquel il est très fidèle. Parmi ses centres d'attention, on note le folklore japonais, les mythes occidentaux et les contes de tous bords, comme le prouvent ses oeuvres. Il a eu parmi ses assistants un certain nombre de mangakas qui ont ensuite fait leurs preuves, comme Nobuyuki Anzai, Kazurou Inoue et Makoto Raiku.

Malgré tout son talent, Kazuhiro Fujita est malheureusement un mangaka plutôt boudé en France : le merveilleux Karakuri Circus n'est jamais arrivé à terme chez Akata/Delcourt faute de ventes, le tout aussi excellent Moonlight Act connaît des difficultés de parution chez Kazé Manga, et son manga le plus connu, Ushio & Tora, reste malheureusement toujours inédit dans nos contrées même si nous pouvons désormais le découvrir via son animé chez ADN/Kazé. Il s'agit pourtant d'une figure de proue du catalogue shônen de Shôgakukan de ces dernières décennies.
  
  
  

© Kazuhiro Fujita / Kodansha Ltd.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News