Dossier manga - Coppelion
Sommaire

Publié le Vendredi, 02 November 2018


Une animation hétérogène

  
De prime abord l’animation est fluide pour les mouvements des personnages. Les scènes où Ibara s’élance corps et âme dans la mêlée retranscrivent l’énergie déployée par celle-ci. L’animé présente également des scènes aux mouvements de cameras d’un plan séquence, le geste est loisible mais parfois les corps des personnages sont tronqués et sont quelques peu tordus. De manière générale les scènes de combats rapprochés sont réussies, celles entre Ibara et Shion démontrent la puissance phénoménale dégagée par leurs corps. La scène de poursuite du bombardier furtif en jeep est par ailleurs haletante dans le rythme et ceci grâce à une animation propre et épurée.
  
  
   
  
En revanche l’animé est criard d’un manque d’uniformisation dans son animation, en particulier les scènes impliquant le mecha d’araignée géante, arme secrète de la Première division. Intervenant dans les derniers épisodes de la série, le traitement graphique est à l’opposé de celui des personnages, se rapprochant d’avantage de celui du paysage. Ses mouvements sont fluides certes mais les différents plans qui entrecoupent la fuite du mecha par l’équipe d’Ibara est déséquilibrée, d’un côté le traitement normal en animation 2D et d’un autre le traitement du mecha à part entière qui efface certains détails présents sur les plans d’animation de personnages. Ce manque d’harmonisation, lié aux changements brutaux des plans, fait tâche dans le traitement de la plupart des épisodes de la série dont le mecha n’était présent. D’un autre point de vue il est tout à fait gratifiant de proposer deux styles d’animation pour diversifier les goûts, cela est donc du ressort de chacun face à l’animé. 
  
  

Un traitement irrégulier de la narration

  
Quand l’animé Coppelion nous présente un ton sérieux lié au désastre nucléaire central de l’intrigue et des nombreuses causes de malheurs dont Ibara et ses camarades devront faire face, le changement soudain du ton peut paraitre illogique. Concrètement, les passages d’Aoi sont soient réussis, soient entachent le sérieux de l’animé. On dépeint Aoi comme la jeune seconde, naïve sur les bords, pensant faire un voyage scolaire. Certes elle apporte l’once de slice-of-life et un certain côté moe à l’animé par sa gestuelle et ses interventions. Cependant, lorsqu’elle s’agite dans tous les sens pour éviter les balles des soldats de la Première division ayant une précision comparable à celle de stormtroopers, on peut douter de la réelle utilité de la scène qui ne fait que tomber la pression de la scène précédente, à cela on perd l’efficacité d’un moment fort à cause de ce genre de passages.
  
  
  
  
Malgré tout ces moments, lorsqu’ils sont bien placés, notamment les interactions entre Aoi et No-sense permettent de renforcer la personnalité de la lycéenne. En revanche elle reste sous-exploitée dans son traitement comme l’explication de ses pouvoirs nettement supérieurs à ses camarades et cela pour une bonne raison, l’animé n’adapte qu’un tiers du manga originel.
  
  

© by GoHands / Kaze

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News