Arrietty - Le petit monde des chapardeurs - Actualité manga
Dossier manga - Arrietty - Le petit monde des chapardeurs

Reader Rating 19.50 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 15 Febuary 2013


Introduction

    
   

Haut comme trois pommes

     
Arrietty – Le petit monde des chapardeurs (借りぐらしのアリエッティ - Karigurashi no Arietti) est un anime japonais réalisé par Hiromasa Yonebayashi, produit par le célèbre studio Ghibli. Il arriva dans les salles obscures japonaises le 17 juillet 2010.
   
En France, c’est Walt Disney Studios Entertainment qui s’est occupé de la diffusion dans nos cinémas, à compter du 12 janvier 2011. A partir de septembre 2011, le film revient en version DVD, en blu-ray, en édition spéciale fnac ou encore en blu-ray collector.
       
      
     
  

A hauteur humaine

    
Il en aura fallu du temps pour que ce film vienne enfin à naître sur nos écrans ! Car Arrietty, c’est un projet de quelques dizaines d’années élaboré au premier jet par Hayao Miyazaki et son collègue et ami Isao Takahata, que le roman Les Chapadeurs de Mary Nirton avait inspirés. C’est donc tout naturellement que ce qui n’était que projet assez vague, et surtout lointain dans l’esprit des deux hommes, atterrit entre les mains de celui qu’on considère actuellement comme successeur de Miyazaki : Hiromasa Yonebayashi (米林 宏昌). 
        
          
Hiromasa Yonebayashi est un intervalliste, animateur et réalisateur japonais. Né en juillet 1973 dans la préfecture d’Ishikawa, à Nonoichi, il a fait des études de design puis rentre dans le prestigieux studio Ghibli en 1996. Engagé en tant qu’intervalliste, il participe à plusieurs films du studio et devient même l’animateur principal sur Le voyage de Chihiro (2001). Il évolue encore en 2006, avec Les contes de Terremer où il est co-directeur d’animation. Participant actif à plusieurs autres œuvres du studio, et notamment des courts métrages, on le retient plus récemment pour avoir réalisé la fameuse scène où Ponyo court sur les flots déchainés ... Un moment assez mythique dans l’histoire de l’animation. Il réalise pourtant ici son premier long-métrage, bien que le scénario ait été écrit par Miyazaki, qui n’a pu se résoudre à ne pas y graver ses idées et valeurs, devenues au fil du temps celles du studio. 
    
   

L'histoire

     
Dans une campagne japonaise, un jeune garçon dénommé Sho débarque chez sa tante afin de se reposer avant une intervention importante de son cœur. Ce qu’il ne sait pas encore, mais qu'il apprendra bien vite à découvrir par le plus grand des hasards, c’est que sous ses pieds, dans les fondations de la vieille bâtisse, vivent les chapardeurs. Ces petits êtres de quelques centimètres de haut à peine vivent et subsistent grâce à leur agilité lors de raids destinés à chaparder les objets de vie courante indispensable aux humains. Les règles sont simples : ne prendre que ce dont on a besoin, en petites quantités afin de ne pas être remarquable par les humains, en se méfiant du chat, des rats et manifestement, des corbeaux aussi. Tout cela sans se faire repérer, sans quoi c’est le déménagement obligatoire. Un chapardeur ne doit pas être découvert ! Et justement, dans la famille d’Arrietty qui vit seule aux alentours avec ses deux parents, c’est un problème qui arrive bien plus tôt que prévu. La jeune fille, lors de sa première exploration, accompagnée de son père, se laisse voir par Sho. Malgré la menace que cela représente, la petite famille décide de rester avec interdiction formelle pour Arrietty d’entrer en contact avec cet humain ! Mais la curiosité et l’envie sont les plus fortes pour la jeune chapardeuse.
     
   
     

Personnages

         
Les chapardeurs
        
    
     
Du haut de ses quatorze ans et à peu près autant de centimètres, Arrietty est une chapardeuse. Elle habite dans les fondations d’une vieille maison japonaise avec ses parents. Ils sont seuls dans les environs et la jeune fille se sent trop seule, justement. Elle n’a personne de son âge avec qui partager, découvrir les joies de l’adolescence, s’amuser à découvrir le monde … Alors, elle se lance à corps perdu dans la chaparde. Son premier soir avec son père est une grande aventure. Ça la séduit tout de suite, même si cela ne se passe pas comme prévu. Parce qu’elle est découverte par un humain. Et que cela signifie devoir déménager, si on les découvre … Arrietty, adolescente qui pense encore que sa famille est la seule encore vivante de son espèce, va apprendre que le monde des humains est tout en contrastes mais pas forcément mauvais. Elle est déterminée, courageuse, dynamique et profondément vivante. 
  
   
   
   
C’est le père d’Arrietty, mais surtout l’image classique du père de famille japonais de base. Il est viril, taciturne, très discret. Il parle peu mais quand il dit quelque chose, ça fait loi. Son silence est rassurant, et il est très courageux, sait prendre les décisions qui s’impose. Bref, c’est incontestablement le chef de famille et il sait le rappeler. C’est lui qui travaille seul, qui subvient aux besoins de sa femme et sa fille. Il gère leur sécurité, leur quotidien, leur protection. Il a d’ailleurs organisé toute la maison de Sadako pour aller dans les moindres recoins … 
  
   
    
 
    
Mère d’Arrietty, Homily est elle aussi le cliché de la femme japonaise. Elle tient sa maison avec beaucoup d’empressement. Toujours propre, rangée, la maison brille. Elle se tient toujours prête pour servir le thé à son mari quand il rentre du travail ou pour embarquer sa fille dans les travaux ménagers alors qu’elle rêve de liberté. Elle sort presque d’un autre temps, avec son look de parfaite maitresse de maison. Son monde se résume à sa maison, son confort, leur tranquillité. Et le monde extérieur, elle n’en a aucune connaissance. Elle est très peureuse, soumise à ses émotions et peut s’épanouir dès qu’un sentiment trop fort la prend. Petite nature, elle est pourtant l’image du foyer réconfortant et douillet. 
  
   
    
    
A 12 ans, Spiller est déjà un aventurier émancipé. Il vit vraiment dans la nature, chasse pour manger, est habillé de feuilles … Il est sauvage et a le comportement qui va avec. Plutôt silencieux, il a du mal à côtoyer la famille d’Arrietty car n’a pas l’habitude des gens. Mais devant la gentillesse d’Arrietty, sa tendresse et son courage, il fond et ne sait plus comment se comporter. Mais c’est surtout l’espoir qu’il incarne, parce qu’en rencontrant Pod, il apporte à la petite famille la certitude qu’ils ne sont pas seuls dans ce monde et que d’autres chapardeurs se cachent de par le monde. Il est dynamique, vivant, plein d’assurance et a appris à survivre envers et contre tout … Tout l’inverse de Sho. 
    
     
Les humains
   
     
  
     
A douze ans, Sho est un jeune japonais souffrant d’une grave affection cardiaque. Il est en attente d’une opération qui pourrait lui sauver la vie et lui permettre enfin d’avoir un quotidien normal, de pouvoir jouer avec les autres enfants de son âge, même s’il est beaucoup plus mature que ses camarades, du fait de sa maladie. Il vient, par une belle journée d’été, se reposer chez sa grand-mère pour s’éloigner de tout stress avant la lourde opération qui doit le voir arriver en bonne santé. Alité la plupart du temps, il ne se lève que pour faire quelques pas dans le jardin  et pour manger. Toute sa vie est basée sur le calme, l’attente, le temps. Mais quand il rencontre Arrietty, cela bouleverse un peu son quotidien bien rangé. Autant dire que ça change des figures masculines dont on a l’habitude. Il est effacé, romantique, dévoué et fidèle. Et très enclin à croire sans problème à l’existence des chapardeurs, Arrietty venant éclater ses habitudes. 
   
   
   
     
La grand-mère de Sho est une femme douce et posée, tout à fait prête à croire ferme à l’existence de petits êtres sous sa maison. Elle a d’ailleurs conservé et chéri toute sa vie une maison de poupée construite à l’image, la taille et pour l’usage de ces petits chapardeurs qui hantent les vieilles maisons. Toutefois, elle n’en a jamais vu mais croit son père qui a toujours voulu continuer à faire vivre ce rêve. Elle est ouverte d’esprit, gentille et généreuse mais reste un personnage très secondaire.
   
    
   
    
Comme dans toute maison de bonne famille, il existe une domestique. Haru aide la grand-mère de Sho dans ses tâches quotidiennes, pour les repas, pour les courses notamment. Elle est ici depuis très longtemps mais n’en a pas moins de défaut pour autant. Comme Sadako, elle a déjà entendu parler des chapardeurs et y croit plus ou moins … Jusqu’à en voir un. Et ses doutes se confirment : ce sont de dangereux parasites nuisibles, un peu comme des cafards. Haru est un personnage assez tranché, plutôt désagréable voire carrément méchante quand elle veut. C’est une bonne femme de la campagne, très terre-à-terre et pratique.
   
   

© 2010 GNDHDDTW

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News