Midori Days - Actualité manga
Dossier manga - Midori Days

Reader Rating 18 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 23 May 2014


La main droite animée


C’est un mystère pour personne : manga à succès est synonyme d’adaptation animée. Si Midori Days n’est pas le titre qui restera éternellement dans les mémoires, le manga de Kazurô Inoue a eu sa petite notoriété, si bien qu’un anime de 13 épisodes a vu le jour en 2004. Nous devons cette déclinaison au Studio Pierrot, connu d’avantage pour ses nombreuses adaptations de manga à succès, comme Naruto, Bleach, ou encore Saiyuki. A la réalisation, Tsuneo Kobayashi (Glass no Kamen, Nabari no Ô) est en charge du projet tandis que la composition musicale revient à Yoshihisa Hirano, l’artiste ayant signé les bandes originales de Death Note et Hunter X Hunter (2011).

Mais 13 épisodes pour un manga de 85 chapitres fait de l’anime un support plutôt court qui a forcé les scénaristes à improviser une fin nouvelle, un mal comme un bien qui permet d’éviter les redites et apporter une vision différente de l’œuvre, tout en reprenant le scénario de base. Que les fans se rassurent, les personnages les plus importants sont de la partie. Malheureusement, quelques élus manquent à l’appel, notamment Nao Makinoha et Lucie Winrad. Pour cette dernière, nous pouvons invoquer le fait que cette dernière n’arrive que relativement tard dans l’histoire, empêchant les scénaristes de l’introduire en bonne et due forme dans l’histoire.
  
  
  
     
  
Visuellement, l’anime respecte le manga, presque à la lettre près. Le design de Kazurô Inoue est somme toute très fidèle, reste que le chara-design de Yuko Kusumoto gomme l’aspect rondouillard des personnages, ce qui tend à les rendre d’avantage passe-partout. On remarquera aussi un léger changement capillaires pour certains, Takako en tête. Les personnages aux cheveux noirs étant nombreux dans le manga, peut-être est-ce une volonté du Studio Pierrot pour les distinguer.

En France, nous pouvons savourer cette courte adaptation animée, grâce à feu l’éditeur Beez qui proposa la série à travers trois volumes unitaires, ou alors en coffret intégral. Si Beez a mis la clef sous la porte, se procurer la série reste possible à travers l’édition Anime Legend.
  
  
  
  
  

Graphismes et adaptation


Dans une œuvre graphique, un fossé sépare un premier tome du dernier. Kazurô Inoue ne fait pas fi de cette règle avec Midori Days, si bien que les progrès de l’auteur en termes de dessin, entre le premier et le dernier volume, sont fulgurants ! Le premier tome propose ainsi des personnages très ronds, retranscrivant fort bien la légèreté omniprésente dans l’intrigue. Le mangaka prenant ses marques, le dessin n’est pas aussi net que sur le dernier volume où les personnages paraissent plus matures, tout en ne s’éloignant pas de cet esprit rondouillard faisant la chaleur du trait. L’auteur prend plus de risques sur les derniers chapitres, il lui arrive même d’adopter un trait plus sérieux pour coller aux scénarios plus dramatiques. Sur ces chapitres, Kazurô Inoue multiplie les cases plus larges, lui permettant d’affiner son dessin et de dégager d’avantage d’émotion. L’intrigue de Midori Days devient plus touchante à chaque chapitre… et le dessin aussi !

Comme à son habitude, Kurokawa rend une bonne copie éditoriale. Midori Days faisant partie des premiers titres de l’éditeur, certaines coquilles sont présentes mais jamais bien graves et n’entachent en aucun cas la lecture. Malgré son jeune âge comparé à d’autres mastodontes sur le marché, Kurokawa a su proposer rapidement une adaptation et une impression de qualité. Attention toutefois à la reliure sensible sur certaines opus, surtout en dépit de leur âge, mais aussi à quelques choix d’adaptation qui peuvent être changés en cours de route. A titre d’exemple, le « chien enragé » devient le « chien fou ».
  
  
  
  
  

Conclusion


Les urticaires aux comédies sentimentales n’aimeront pas Midori Days, c’est un fait. Le titre se présente comme un manga classique dans son genre et bien qu’il ne renouvelle aucunement sa catégorie, il décèle de nombreuses petites qualités ci et là. Amoureux des romances farfelues, de l’absurde à tout va, de la surenchère dans l’improbabilité parsemée de quelques séquences émotions mignonnettes, Midori Days est fait pour vous. Attention aussi à ne pas se fier uniquement au tout premier volume, très léger, des thématiques plus sérieuses s’installant progressivement et certaines relations prenant plus d’ampleur. Midori Days, long de 8 volumes, est une série assez courte sans grande prétention qui suffit à nous divertir et bien souvent nous faire rire. Kazurô Inoue a réussi son challenge, et son manga restera une comédie très plaisante !


Dossier mis en ligne le 23/05/2014.
  
  
Fiche de la série : Midori Days
Fiche de la série vo : Midori ni Hibi vo
Fiche de l'auteur : Kazurô Inoue
  
  
  

Dossier réalisé par Takato


MIDORI NO HIBI by Kazurou INOUE © 2002 by Kazurou INOUE / Shogakukan Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News