Mermaid Prince - Actualité manga
Dossier manga - Mermaid Prince
Sommaire

Publié le Vendredi, 09 August 2019


Avant-propos : présentation du manga


Sorti au Japon le jour de Noël, le 25 décembre 2015, aux éditions Shinshôkan, Ningyo Ôji (人魚王子) est un recueil de trois histoires courtes que la mangaka Kaori Ozaki a prépubliées dans le magazine Wings, magazine dans lequel l'autrice avait déjà publié auparavant son shôjo d'aventure phare Immortal Rain, et que l'on connaît également en France pour plusieurs autres séries comme RG Veda, Tokyo Babylon, Nobles Paysans ou encore Adekan.

  

« Les Hauts de Pluie et Lune », le premier récit, comporte deux chapitres pour un total d'un peu moins de 80 pages, et a été prépublié dans les numéros d'octobre et de décembre 2014 du  Wings.

La deuxième histoire, « Jour de neige », est sortie quelques mois avant, en juin 2014, et ne dure que 24 pages.

Quant au troisième récit, « Mermaid Prince », il s'étale sur 3 chapitres pour un total de 118 pages, et a été prépublié entre août et décembre 2015.

En France, ce sont les éditions Delcourt/Tonkam qui ont décidé de sortir l'oeuvre sous le nom Mermaid Prince, traduction littérale du titre japonais, celui-ci reprenant donc le nom de la troisième histoire.

L'éditeur a annoncé son acquisition en mars 2019, avant de la publier deux mois et demi plus tard, le 29 mai.

  

Après le superbe Our summer Holiday de la même mangaka en juin 2017 et le classique mais joli Our Summer Love en juin 2018, deux œuvres auxquelles nous avons déjà consacré des dossiers (dossier Our summer Holidaydossier Our Summer Love), l'éditeur semble donc désireux de poursuivre la publication, en chaque fin de saison printanière, de courts récits ayant des accents estivaux à plus d'un égard. Mais malgré son atmosphère et ses dessins assez aérés et frais, Mermaid Prince, un peu comme Our summer Holiday, est loin de se contenter de croquer des histoires douces, comme nous pourrons le voir au fil de ce modeste dossier qui suivra un schéma très simple : une partie pour chaque histoire, dans la mesure où chacun de ces récits, y compris le plus court des trois, est bien assez riche pour ça.


La mangaka


Kaori Ozaki (尾崎かおり) est née le 24 mars 1976.

Sa carrière de mangaka professionnelle débute très tôt, puisque c'est en 1993, à seulement 16 ans, qu'elle effectue ses débuts pour le compte du magazine Wings des éditions Shinshôkan. Elle commence par publier pour ce magazine plusieurs histoires courtes jusqu'en 1995. Ces différents récits ont ensuite été compilés en un recueil relié nommé Knife, sorti beaucoup plus tard, en juillet 2002. Dès ses premières années et alors qu'elle est encore très jeune, l'artiste dénote quelque peu en proposant des histoires courtes aux thèmes souvent très délicats et sombre : perte de la foi envers la vie, suicide, prostitution, crimes... Franchement étonnant pour une très jeune artiste débutant dans le shôjo.



Sa première série un peu plus longue est Piano no Ue no Tenshi, qu'elle publie de 1995 à 1998, toujours pour le compte de la maison d'édition Shinshokan, mais cette fois au sein du magazine South. Compilée en deux volumes reliés sortis au Japon en avril 1997 et en août 1998, cette œuvre raconte l'histoire de Tokage, un père élevant seul sa fille Azami et tenant un piano-bar où il n'accepte que les clients qui lui reviennent. Le récit explore les relations passées et présentes de Tokage avec son frère jumeau et avec la mère d'Azami.



C'est pour le compte des magazines Wings, South et Web Magazine Wings de Shinshokan qu'elle démarre l'année suivante, en 1999, ce qui reste à ce jour sa série-phare : le shôjo d'aventure Meteor Methuselah. L'oeuvre s'étire sur pas moins de 11 volumes, jusqu'à sa conclusion 12 ans plus tard, en 2011. En France, la série est connue sous le nom d'Immortal Rain, et c'est sous ce titre qu'elle a été publiée par les éditions Doki-Doki entre février 2011 et janvier 2013. Notons que l'oeuvre a aussi été publiée en langue anglaise, entre autres.
Synopsis de la série : Depuis des siècles, Rain Jewlitt parvient à échapper aux assassins et chasseurs de primes qui souhaitent percer le secret de son immortalité. Machika, une jeune femme pleine de vie, s’est fait le serment de venger son grand-père décédé dans cette quête, Zol «le faucheur d’âmes». Mais sa rencontre avec Rain va lui dévoiler que l’amour n’est pas toujours bien loin de la haine.



Meteor Methuselah est un tel succès dans la carrière de Kaori Ozaki que la mangaka lui offre à partir de 2004, toujours pour le magazine Wings de Shinshôkan, un spin-off  : Touhou Shinigami - Meteor Methuselah Gaiden, malheureusement resté inédit en France. Celui-ci, sous la forme d'une mini-série, raconte la rencontre prédestinée entre Rain et Zol, le grand-père de Machika. L'unique volume relié de ce spin-off est sorti au Japon en septembre 2007.



Après la conclusion de Meteor Methuselah/Immortal Rain, Kaori Ozaki propose en 2013 Kami-sama ga Uso o Tsuku/Our summer Holiday. Notons en passant qu'il s'agit de sa première « infidélité » à l'éditeur Shinshôkan, et de son premier essai dans le registre du seinen pour le compte du magazine Afternoon des éditions Kôdansha.

  

Arrivent ensuite en 2014-2015 les 3 histoires courtes composant le recueil qui fait l'objet de ce dossier, Mermaid Prince.

Puis pour ces dernières oeuvres en date, Ozaki est repartie au sein du magazine Afternoon de Kôdansha, pour deux nouveaux récits seinen. Tout d'abord, en 2016, l'histoire courte Love Letter, un récit démarrant au paradis, où les âmes, avant de naître, peuvent choisir leur mère. Le protagoniste remarque une fille qui s'est enfuie de sa maison, et il décide de prendre les devants et de devenir son fils. Puis, de 2017 à début 2019, Kin no Hitsuji, série qui s'est achevée en trois tomes. Ce manga nous fait suivre l'histoire de  quatre amis d'enfance qui semblaient inséparables, mais dont les liens ont fini par se détériorer.

  

En dehors de sa carrière professionnelle, Kaori Ozaki est également active dans le milieu amateur au sein du cercle "Innocent Bad". En son sein, elle a notamment sorti deux dérivés autour d'Immortal Rain. Meteor Methuselah Kanzen Kouryakubon, sorti en 2009, regroupe des one-shot, des side-stories, des récits alternatifs ainsi que des informations sur la série. Même chose concernant Meteor Methuselah Darling, sorti en 2011. En cette même année 2011 elle sort aussi, toujours en amatrice, Meteor Methuselah Illustrations, un mini-artbook de 8 pages sur sa série.



En déjà 26 ans de carrière, on ne peut pas dire que Kaori Ozaki soit une artiste extrêmement prolifique, et pour cause : même si elle ne peut pas vivre sans dessiner, elle n'est pas fan du système de publication japonais bien huilé avec rythme soutenu et assistants. Ainsi, elle préfère aller à son rythme pour pouvoir s'appliquer comme elle veut, et a longtemps évité d'avoir le moindre assistant afin de pouvoir dessiner exactement comme elle le souhaite. Ainsi, par exemple, elle a dessiné entièrement seule quasiment tout Immortal Rain ainsi que son spin-off.

En dehors de son travail de mangaka, on peut noter que Kaori Ozaki s'est affichée contre le nucléaire.

Enfin, elle est présente sur internet :
via son compte pixiv
via le site internet de son cercle amateur
  
  

Ningyo ōji © 2015 Ozaki Kaori / SHINSHOKAN Co.,Ltd.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News