Divine Nanami - Actualité manga
Dossier manga - Divine Nanami
Sommaire

Publié le Vendredi, 05 January 2018


Les relations entre êtres fantastiques et humains


Un des aspects les plus intéressants de la série, c’est le lien que l’auteure développe autour des dieux, déesse et yokais. Nanami, qui est une humaine, se retrouve à endosser le rôle d’une déesse, ce qui implique d’interagir avec d’autres créatures fantastiques, de toutes sortes. Au travers de tous les êtres fantastiques que notre héroïne va croiser et de sa relation avec Tomoe, l’auteure va commencer à évoquer les relations entre humains et ces êtres, et de ce qu’elles engendrent. Un yokai peut-il vivre comme un être humain, peut-il en devenir un ? Quelles sont les conséquences d’une relation amoureuse entre une déesse et un humain ? Etc...





Bien sûr, ces questions se poseront continuellement dans la série au travers de la relation entre Tomoe et Nanami, mais l'auteure se servira également de ses personnages secondaires pour la soulever également, en y ajoutant du coup quelques variantes. Nous y aurons donc le droit dès le premiers chapitres avec la princesse Naïade et Kotaro, puis Kurama et Ami, une des camarades du lycée de Nanami, et ainsi de suite.

La question est d'ailleurs soulevé assez explicitement dans le tome 8, alors que Nanami se trouve à Izumo, alors qu'elle retrouve Mikage. Celui-ci lui rappelle une différence fondamentale entre les humains les yokais : leur inconstance. En effet, comparé aux yokais, les humains ont une vie beaucoup plus courte, et donc ils s'attachent moins durablement à quelqu'un. A l'inverse, les yokais ont une vie plus longue, de ce fait leurs souvenirs et leurs sentiments s'altèrent moins vite. Voilà pourquoi il peut être risqué pour un yokai d'aimer un humain. Mais, comme le précise Mikage, ce n'est pas un problème irrémédiable et c'est d'ailleurs pour sauver Tomoe qu'il a fait de Nanami une déesse.

Mais le personnage qui aura le développement le plus intéressant sur cette question, c'est le Roi-Démon. Si au début de la série, nous le découvrons sous les traits de Kirito, un jeune homme assez sombre qui a survécu miraculeusement à une avalanche, nous découvrons assez rapidement que le vrai Kirito est déjà décédé depuis un moment et qu'il a cédé son corps au Roi-Démon, pour que celui-ci délivre un message à sa mère. Si on plusieurs quelques focus sur ce personnage assez intéressant, c'est dans le passé de Tomoe que l'on découvre qui est réellement le Roi-Démon. Un être surpuissant, insouciant, qui aime jouer, découvrir et aussi inconstant et incontrôlable qu'un enfant. Il ne connait aucunes limites et il n'hésite pas à détruire tout ce qui le gêne. C'est d'ailleurs pour cela qu'il en veut autant à Tomoe, celui qu'il considérait comme son frère et le seul pour qui il avait de l'affection : se sentant trahi, il a tout fait pour tenter de retrouver un sens à son existence (ce qui équivalait à s'amuser pour lui), et dans e processus, il s'est frotté à plus fort que lui et il a perdu son corps. Il a alors plongé dans le désespoir. Alors qu'il a pu enfin en retrouver un, bien que faible, bien que temporaire, il a sauté sur l'occasion. Sauf que ce corps impliquait de nombreux changements dans son mode de vie : il était maintenant faible, il a hérité d'une famille (chose totalement inconnu pour lui jusque là). Puis, il va enchaîner les rencontres avec Nanami, tantôt fortuites, tantôt voulu, qui vont lui apprendre ce que c'est « un humain ». Et petit à petit, malgré lui, il va commencer à changer. Il va commencer à avoir de l'empathie, à s'attacher à des choses auxquelles il ne pensait pas. Par exemple : ses shikigamis. Le Roi-Démon, sous l’apparence de Kirihito, a passé du temps à créer des shikigamis pour le servir et le protéger. Et s'ils n'étaient que de simples faire-valoir au départ, on le sent s'attacher petit à petit à Kikuchi et Monjiro. Et s'il n'en rendra vraiment compte qu'à la toute fin, juste avant d'abandonner définitivement son enveloppe humaine. Ce changement lui permet également de comprendre les agissements de son frère d'armes, Tomoe, dans le passé et de lui pardonner sa trahison. On pourra noter également la relation qu'il entretient avec la mère de Kirihito. On a toujours une appréhension en les voyant interagir car on comprend bien que le Roi-Démon ne la supporte pas, ou en tout cas c'est ce qu'il prétend, pourtant, jamais le pas ne sera franchi. Le Roi-Démon renoncera d'ailleurs plusieurs fois à retrouver son corps pour protéger cette "mère d'adoption".  L'intrigue du Roi-Démon est une de celle es mieux mené durant toute la série, l'auteure nous distillant quelques indices au détour de certains arcs ou en lui consacrant des chapitres entiers, il faut dire que le final est plutôt bien mené pour ce personnage. C'est un peu dommage qu'il n'en ait pas vraiment été de même pour Yatori, l'autre antagoniste, beaucoup plus tranché et constant dans ses motivations et qui n'évoluera pas vraiment de toute la série, si ce n'est pour devenir de plus en plus violent et cruel, ce à quoi on aurait pu s'attendre du Roi-Démon au départ.





La question des relations entre humains et yokais est un des thèmes majeurs de la série, si ce n'est le plus important, et l'auteure aura sous l'aborder sous divers angles, au travers de différents personnages. Si vers la fin de Divine Nanami, certains aspects commencent à se répéter un peu, Julietta Suzuki aura quand même su nous présenter un propos cohérent, pertinent, et pourtant très varié, de bout en bout.
  
  
  


Kamisama Hajimemashita © Julietta Suzuki 2008/HAKUSENSHA,Inc

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News