Dossier manga - 20th Century Boys

Reader Rating 19.50 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 12 June 2008


Un thriller temporel


Un thriller implique forcément une dose de mystère, une énigme à résoudre, et une bonne dose de suspens. Tout commence à Tokyo en 1997, dans la vie d'un trentenaire un peu paumé qui a laissé ses rêves de jeunesse s'échapper. Une vie banale, loin de la grande aventure, jusqu'à ce que son enfance le rappelle... Graphiquement, on retrouve le trait réaliste de l'auteur, détaillé mais restant toujours clair et agréable. Chaque personnage a un visage propre que l'on reconnaît facilement à travers le temps, enfant, adulte et vieillard.

Car 20th Century Boys nous fait traverser les époques : 1969, 1997, 2000, 2014, 2017... L'auteur met en place son histoire en faisant appel à la technique des flashbacks, qu'il maîtrise parfaitement, on y verra la jeunesse des protagonistes et les répercussions sur «leur présent», notre futur. On découvre chacun des personnages dans son enfance, imaginant un futur où ils seraient des héros, on vit avec eux leurs peines et leurs frayeurs, tout en suivant les adultes qu'ils sont devenus. Puis plus tard, on les retrouvera plus âgés et on découvrira si après avoir tourné le dos à leurs rêves d'enfant, ils ont aussi trahi leur volonté d'adulte. Comme toujours avec Urasawa, les personnages secondaires sont très travaillés, même s'ils ne sont destinés qu'à occuper quelques chapitres, et auront leur « quart d'heure de gloire » en faisant progresser l'histoire.




Yoshitsune à travers les âges...


Au fil des tomes, l'intrigue multiplie les mystères et certains lecteurs inattentifs pourront se sentir perdus, une relecture n'est alors pas dénuée d'intérêt, et permet de remarquer certains détails passés inaperçus la première fois. Ce qui montre bien que l'histoire était déjà très travaillée à la base. Mais l'intrigue n'est pas aussi tordue que l'on pourrait croire, il est d'ailleurs très facile de découvrir qui est «Ami» dans la première partie de l'histoire, avant que Kanna n'arrive sur le devant de la scène. Même si l'auteur distille des faits qui conduisent à en douter, justement pour tromper les lecteurs les plus perspicaces. Si passé la quinzaine de volume, certains événements se révèlent « un peu gros » voire décevants, si on a parfois l'impression que l'auteur ne sait plus où il va, il fini toujours par retomber sur ses pattes.


Comment parler d'un titre aussi dense que celui-ci en évitant de dévoiler certains passages clés de l'histoire? Tâche difficile, j'ai donc choisi de rester très vague sur l'intrigue et d'accentuer mon point de vue sur l'environnement de l'oeuvre. Cependant certaines révélations subsistent. Vous continuez? Alors à vos risques et périls!






Naissance du monstre

 

On retrouve dans la série un thème déjà abordé dans Monster, celui de l'enfant qui n'a rien d'innocent. Dès le plus jeune âge, le personnage d'Ami se révèle fascinant. Collectionneur de manga invétéré, ayant déjà une bibliothèque impressionnante à dix ans (qu'aucun lecteur n'oubliera), il semble avoir tout appris des méthodes des « méchants » de ses lectures. Ainsi, les manipulations des personnes et des faits seront encore à l'ordre du jour, mais poussées à leur paroxysme, à l'échelle mondiale, voire «interplanétaire»!


Ami sait depuis son enfance s'entourer et mener ses pions dans son sens. Il joue avec les croyances de ses proches et de ses connaissances, jusqu'à créer une secte! Tout cela pour réaliser « son rêve d'enfant ». Vous savez, ce fameux « rêve » dont on vous parle dans les mangas, surtout les shônens sportifs, sauf que là il s'agit du rêve d'un psychopathe! Et de quoi peut bien rêver un enfant solitaire et manquant d'affection sinon d'amis et de reconnaissance? Tous les regards se tourneront un jour vers lui. Mais Ami est avant tout le moteur du récit, l'élément imprévisible qu'Urasawa à son tour manipule à sa guise pour tromper le lecteur, l'étonner, l'effrayer.




De la secte à la religion


Dans le milieu du comics on dit que les héros les plus charismatiques sont ceux auxquels sont opposés les vilains les plus réussis. Ami fait parti de cette espèce d'être maléfique à l'ambition démesurée, qui seul vient faire contrepoids face à Kenji et sa bande. Là où Monster abordait le thème du Nazisme, 20th Century Boys nous parle de secte millénariste (le «Parti de l'Amitié») et d'armes biologiques. Référence, sans aucun doute, à la secte Aum responsable de l'attentat meurtrier au gaz sarin dans le métro japonais.


Le 20 mars 1995, des hommes libèrent du gaz sarin dans le métro tokyoïte. Résultat : 12 morts et 5500 blessés. Ces hommes faisaient partie de la secte Aum Shinrikyo (Vérité suprême de Aum), secte terroriste dont le but principal est l'accession au pouvoir. Mais le groupe n'en est alors pas à son coup d'essai, il s'est essayé par le passé au bioterrorisme en manipulant toxine botulique et anthrax ou en tentant de se procurer le virus Ebola. Autant de points communs avec ceux du « Parti de l'Amitié » qui utiliseront aussi l'arme biologique en développant eux-même un virus. Un virus qui provoque des troubles hémorragiques importants, ce qui n'est pas sans rappeler l'Ebola.

Mais l'auteur ne s'arrête pas là. Sans prétendre à une démonstration de théologie, il montrera à sa manière comment un petit groupuscule d'hommes, unis autour d'une même croyance, pourra parvenir à contrôler une partie de la planète. Contrôle qui s'exercera encore par la manipulation mentale via les croyances et les peurs de l'Homme. Ami suit donc le cheminement de Jésus.
Tendant la main à son prochain en prônant l'amitié, vous savez cette amitié dont on vous parle tout le temps dans les shônen « les amis c'est bien », « l'amitié, y a que ça de vrai! ». Mais là encore, on est face à la vision déformée d'un esprit malade : Ami est le seul dont vous ayez besoin. Puis mourir et ressusciter, rien de bien difficile pour Ami. Surtout quand on passe à la télé! Encore une fois Ami copie, mais ça fonctionne, le tout reste crédible pour le lecteur.

L'Humanité entière fait alors confiance à Ami, le bien fondé du « Parti de l'Amitié » est établi, aucune raison de douter puisque « voir c'est croire »... Il devra alors unir toute une planète sous son joug et quoi de mieux que la lutte contre la différence et l'envahisseur? Pour une planète, il s'agit bien évidemment...d'extra-terrestres!
  
 

© 2000-2007 Naoki Urasawa / Shogakukan Inc. All rights reserved

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News