no flash plugins detected
Dossier manga - Tetsuya Tsutsui

Note des lecteurs 18.50 /20

Sommaire

Parmi les noms venant en tête lorsqu'on parle de seinen ou de thriller en manga, celui de Tetsuya Tsutsui fait partie de ceux qui surgissent le plus rapidement. Pourtant, il y a dix ans, ce mangaka indépendant ne pouvait deviner qu'il atteindrait une telle popularité, ni le chemin qui se dessinerait devant lui ! Car c'est à une rencontre de passionnés, dépassant les frontières et les barrières linguistique, que l'auteur a pu faire découvrir son talent au plus grand nombre.
  
A l'occasion des dix ans de la success-story de Ki-oon, à laquelle il est fortement lié, nous allons revenir sur son parcours atypique puis sur chacune de ses œuvres. Nous remarquerons ainsi qu'au fil de ses titres se croisent des thématiques récurrentes, pour autant de preuve de la cohérence de son œuvre.
 
 
  
  
    

Biographie

 
     

Des débuts atypiques

 
On sait assez peu de choses sur Tetsuya Tsutsui (マンホール =) et encore moins sur sa vie personnelle. Sa carrière de mangaka indépendant débute en 2002, alors qu'il lance son site Internet : pn221.
C'est d'ailleurs sous ce pseudonyme qu'il signe ses nouvelles, sa première publication étant Fool's Paradise.  Publiée en avril 2002, cette histoire en 18 pages nous présente un homme qui se rend chez une femme pour la capturer puis pour l'agresser sexuellement, tout en jouant en parallèle à un dating sim (jeu de simulation de drague) via un casque de réalité virtuelle. L'objet de son désir dans le jeu est donc incarné par sa victime en tant qu'objet sexuel, mais c'est alors que la réalité rattrape le protagoniste... Et nous vous laissons le soin de découvrir la chute vous-même !
   
 
 
En juillet 2002 et toujours sur son site, il publie une autre nouvelle de 21 pages, Rêves Eveillés.
Ici, plusieurs histoires s'entremêlent : un homme découvrant un cadavre sur son lit, une jeune fille harcelée par son beau-père... On comprend rapidement que ces histoires sont liées, mais comment ? Là réside tout le sel de cette courte intrigue très surprenante, multipliant les inspirations graphiques.
   
 
 
Août 2002 marque sa première et courte expérience dans le circuitprofessionnel traditionnel, avec Saijaku kenjū-shi rūbikku (littéralement : Rûbik, le plus faible fabricant de pistolet), unehistoire courte publiée dans le Monthly Shonen Jump de la Shueisha.

Peu de temps après, il publie une nouvelle plus dense : Duds Hunt. Cette nouvelle de près de 150 pages a été présentée sous la forme de trois chapitres, publiés en septembre, novembre et décembre 2002.

Enfin, la dernière histoire présentée sur le site pn221 arrive en mars 2003 et s'intitule Tomomi-san no kyûjitsu (Les vacances de Tomomi-san).
Cette nouvelle de dix pages nous fait suivre le quotidien d'un homme qui épie sa voisine depuis sa fenêtre avec une lunette astronomique. Il se complaît dans cette situation jusqu'à ce qu'un imprévu vienne perturber sa routine voyeuriste....
 
 
 

Une rencontre, un tournant

 
Pour que le talent de Tetsuya Tsutsui soit enfin remarqué, il aura fallu attendre 2004 et une rencontre inattendue... Et c'est à une maison d'édition française que nous devons ce miracle, à savoir Ki-oon ! Ses deux fondateurs, Cécile Pournin et Ahmed Agne, sont tombés sur le site de l'auteur et ont décidé de le contacter par mail.
Le mangaka accepte leur offre et, quelques mois plus tard, le 24 octobre 2004 très exactement, paraît le one-shot Duds Hunt, recueil incluant l'histoire éponyme ainsi que la courte nouvelle Rêves Eveillés. Ce coup de cœur pour la jeune maison d'édition, publiant uniquement des titres orientés héroic fantasy jusqu'alors, est un coup de poker brillant, le bouche à oreille n'ayant pas tardé à faire le reste. Duds Hunt reste ainsi une exception dans le monde éditorial, ayant été édité sur le sol français avant même de connaître une publication japonaise !
     
  
 
Ce succès aura tout de même permis au mangaka de trouver un interlocuteur dans son pays d'origine, à savoir Square-Enix. Avec ce nouvel éditeur, il se lance dans un nouveau projet : Reset.  Prépublié dans le Young Gangan, ce second one-shot paraît au Japon le 25 mai 2005, en même temps que l'édition japonaise de Duds Hunt.  Mais Tetsuya Tsutsui n'oublie pas pour autant ses « parrains », et Reset connaît également une publication chez Ki-oon un an plus tard, en juin 2006.
   


En parallèle à la fin de Reset et toujours dans le Young Gangan, Tetsuya Tsutsui débute en 2005 Manhole, première série dépassant le volume unique. Ce sont ainsi trois tomes qui sortiront sur le sol nippon d'août 2005 à juin 2006. En France, le premier volume de Manhole paraît en même temps que Reset, et s'achève en décembre 2006. Les trois tomes seront regroupés en coffret quelques années plus tard, en novembre 2012.
  
   
   
Par la suite, le mangaka entame plusieurs années sans nouvelles publications, exception faite d'une courte expérience de récit interactif, réalisée à partir d'une série d'illustrations, et publiée sur le web à la fin de l'année 2007 : Collector.
Narrant les méfaits d'un tueur en série découpant ses victimes pour récupérer certaines parties de leurs corps, cette histoire s'étale sous la forme d'une seule page web que le lecteur devra descendre pour plonger plus profondément dans les abysses de la psychologie de l'assassin. Certaines cases sont également assombries, révélant leur horreur véritable que lorsque le curseur de notre souris a le malheur de s'y poser. Cette histoire a également été traduite par Ki-oon, mais le lien n'est hélas plus disponible aujourd'hui.
  
  
 
Pour le reste, Tetsuya Tsutsui a essentiellement goûté aux privilèges de sa soudaine notoriété, en ayant notamment réalisé deux visites consécutives sur le sol français, au Salon du Livre de Paris en 2007 puis à Japan Expo en 2008.
Lors de l'entretien réalisé au cours de ce dernier événement (lire l'interview), le mangaka nous avouait avoir fait plusieurs tentatives pour un projet qui n'a finalement jamais abouti, et préparer un nouveau projet plus concret... Mais finalement, celui-ci ne semble pas être allé au bout non plus, marquant la fin de l'engagement de l'auteur chez Square-Enix.
 
Il aura ainsi fallu attendre fin 2011 pour que soit enfin révélé la dernière série en date de l'auteur...et il s'agit, là encore, d'une exception culturelle à la française : Prophecy / Yokokuhan est en effet un projet conçu et développé en collaboration avec les éditions Ki-oon. ! Via un accord avec la Shueisha, le titre est sorti d'abord au Japon, grâce à une prépublication dans le Jump Kai puis avec l'arrivée du premier volume en avril 2012.
En France, le titre arriva en juillet de la même année, pour l'incontournable carrefour estival de Japan Expo.
 

Ainsi, Ki-oon profita de l'occasion pour organiser une impressionnante campagne autour du titre (avec notamment des affiches publicitaires dans les stations du métro parisien), inviter une nouvelle fois l'auteur sous nos latitudes et lui rendre hommage au travers d'une splendide exposition !
Les figures les plus inquiétantes de sa bibliographie ont ainsi pris vie via des statues grandeur nature, tandis qu'une partie du staff de l'éditeur s'était grimé en Paperboy, anti-héros de la série.
A cette occasion, nous avons d'ailleurs rencontré à nouveau l'auteur pour un nouvel entretien (lire l'interview).
 
 
  
 
La prépublication de Prophecy se termina en aout 2013, le troisième et dernier volume sortant en septembre au Japon puis en décembre en France. Mais la licence n'a pas fini de faire parler d'elle, puisque nous avons appris très récemment l'arrivée de deux nouveaux projets : d'une part, son adaptation dans un format encore inconnu (anime ? Drama ? Film live?), et de l'autre, le lancement d'un spin-off, Prophecy – The Copycat, prépublié à partir d'avril 2014 dans le Jump Kai Il sera cependant confié à un autre auteur, Fumio Obata (Journaliste, Shimauma).

 
 
A l'occasion de leur dixième anniversaire en 2014, les éditions Ki-oon ne pouvaient pas oublier l'un de leurs auteurs les plus emblématiques. Ainsi, en 2014, l'éditeur annonce qu'un nouveau projet est déjà en préparation: Poison City.
Au programme : l'effervescence des prochains Jeux Olympiques de Tokyo, et les problèmes de censure et de libertés d'expression au Japon, soulevé par l'approche de cet événement.  Ce nouveau titre, intitulé Yûgai Toshi pour le Japon, débutera également en avril 2014 dans le Jump Kai. Tetsuya Tsutsui n'a donc pas encore fini de faire parler de lui, surtout au sein du lectorat francophone qui appris à l'aimer avant tous les autres !
 
 


Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News