My Hero Academia - Film 3 - World Heroe's Mission - DVD - Actualité anime

Critique du dvd : My Hero Academia - Film 3 - World Heroe's Mission - DVD

Publiée le Mercredi, 26 Janvier 2022

Depuis le lancement de la série animée en 2016, My Hero Academia ne décline pas, le studio Bones profitant de sa poule aux œufs d'or pour enchainer les différentes saisons et ponctuellement mettre en production de nouveaux longs-métrages. Divertissements efficaces et à la réalisation solide, les films Two Heroes et Heroes Rising sont respectivement sortis en 2018 et 2019. Le studio ne comptait pas s'arrêter en si bon chemin puisqu'un troisième volet a vu le jour dans les cinémas nippons le 6 août dernier, puis en ce mois de janvier 2022 dans nos salles obscures. Un film encore une fois très attendu, marqué par une salve d'avant-premières le 21 du mois avant de profiter d'une sortie nationale le 26 janvier.

Cette attente, elle est aussi due à une communication particulièrement forte. L'annonce a lieu en novembre 2020, par trois visuels combinés en un montrant Deku, Bakugo et Shoto dans des tenues pour le moins stylisées, le tout accompagné de l'accroche suivante : « He will meet the "Three Musketeers" ». Le titre du métrage étant ensuite indiqué comme My Hero Academia : World Heroes' Mission, il n'en fallait pas plus pour faire bouillonner une forte hâte chez les fans qui espéraient, peut-être, un film à l'envergure plus forte que les précédents.


Maestro de toute l'adaptation animée et des deux précédents opus, Kenji Nagasaki revient à la réalisation, appuyé par le scénario de Yôsuke Kuroda, responsable de l'écriture des titres précédents. Le staff vedette ne change donc pas, impliquant un retour de Yoshihiko Umakoshi au character-design (reprenant les nouvelles ébauches de Kôhei Horikoshi pour l'occasion) et à la direction de l'animation, sur la musique épique de Yûki Hayashi. Pas de grosse prise de risque ni de chamboulement, indiquant un troisième film possiblement dans la droite lignée des deux précédents. C'est globalement le cas, même si certains points seront sujet à débat.


Une mission d'envergure mondiale

Une puissante organisation terroriste nommée Humarize a vu le jour, prônant la dangerosité de l'expansion des alters dans le monde. Son plan ? Utiliser une arme chimique pour provoquer le déclin des détenteurs de pouvoirs, quite à faire des victimes.

Les héros du Japon sont rapidement appelés en renfort contre un tel ennemi, dont les élèves de Yûhei qui, éparpillés dans le monde, vont devoir mener l'enquête sur les prochaines actions de Humarize. Izuku, Bakugo et Shoto sont envoyés avec Endeavor dans la nation d'Otheon, un lieu qui s'avèrera crucial dans les opérations à venir de l'organisation. Deku va notamment faire la rencontre de Rody Soul, un laissé pour compte entretenant son frère et sa sœur par ses activités de coursiers trempant parfois de sales affaires, qui va malencontreusement se retrouver en possession d'une mallette cruciale pour Humarize. Une véritable course contre la montre démarre pour empêcher l'ennemi de mener à bien un projet qui provoquera l'anéantissement des héros, et plus globalement des détenteurs d'alters.



Assauts héroïques, et voyage intimiste

World Heroes' Mission ne met pas longtemps à nous embarquer, puisque son amorce elle-même est à couper le souffle. Vêtus de leurs tenues présentes dans le visuel d'annonce, Deku, Bakugo et Shoto lancent l'assaut sur l'un des quartiers généraux de Humarize, organisation terroriste qui pourrait ôter la vie de millions de civils par ses projets. Une séquence d'action réussie et qui fait office de belle mise en bouche, mais le rythme nerveux ne pouvait pas rester tel quel sur plus de 90 minutes.

L'ennemi est donc identifié dès les premières minutes, aussi le spectateur a d'emblée conscience que l'adversaire à abattre ne fait aucune ambiguïté. Pourtant, le métrage n'est pas fait que de pures séquences d'action sur les bases de Humarize, et c'est bien normal. Il fait le choix de se focaliser sur le petit groupe du héros, agissant dans le pays d'Otheon, et présenter un personnage créé pour l'occasion : Rody Soul. Le jeune homme trempe dans de sales affaires dans le seul but de subvenir aux besoins des siens, et va se retrouver plongé malgré lui dans toute cette opération qui le dépasse, tandis que les choses ne se passeront pas comme prévu du côté d'Izuku contraint de faire équipe avec ce nouveau venu pour sauver sa peau et faire le jour sur les mystères qui entourent le grand plan de l'ennemi.



De sa belle séquence d'introduction, ce troisième film va peu à peu s'assagir, alternant course-poursuite à un voyage plus posé qui sera l'occasion pour le scénario de croquer le duo Izuku/Rody. La phase pourra même paraître longuette tant l'histoire prend son temps à ce propos, afin de faire du nouveau personnage un individu teinté de nuances mais dont le bon fond ne fait finalement pas illusion. On apprécie cet ensemble surtout pour sa petite tonalité bucolique, aidée à un certain moment par une insert-song du groupe Asian Kung-fu Generation qui a composé deux chansons à l'occasion du film.

Et pourtant, il n'est jamais vraiment question pour l'intrigue de totalement s'effacer, celle-ci progressant à bon rythme tout en replaçant au moment opportun les pièces du puzzle. Aussi, le rôle de Rody ne se limite pas à celui du compagnon de voyage, le personnage ayant son propre arc narratif à conclure. Et c'est bien toute cette intrigue propre au personnage, classique mais efficace dans son traitement et dans son utilisation lors du climax, qui construit le point de scénario le plus intéressant de World Heroes' Mission. Car malheureusement, ce n'est pas vraiment la trame dédiée à Humarize, cousue de fil blanc et pourvue d'un antagoniste sans réel charisme ni attrait, qui viendra nous convaincre. Il y avait de quoi faire avec des adversaire placés du côté des non-détenteurs d'alters, mais l'histoire ne va jamais vraiment creuser le sujet. Les fans du lore de My Hero Academia pourront néanmoins se satisfaire d'un point : L'arme chimique possédée par l'ennemi qui fait lien avec des éléments omniprésents dans le spin-off Vigilante! My Hero Academia Illegals.



Quand la réalisation se lâche

Depuis plusieurs années, c'est à dire la mise en chantier du premier film, Kenji Nagasaki est sur tous les fronts. Il dirige les longs-métrages ainsi que les différentes saisons de l'anime, une charge de travail qui a justifié le renfort de Masahiro Mukai à la réalisation des saisons 4 et 5. Ces dernières sont jugées plus sages en terme de réalisation, chose qu'on comprend avec World Heroes' Mission qui tend à montrer sur quel projet était davantage impliqué Nagasaki.



Si le rythme du film pèche par moment et que son intrigue peine à convaincre, le troisième long-métrage de la série nous convainc totalement par sa direction particulièrement bien inspirée. Garnie de nombreuses scènes d'action, l'histoire permet au réalisation (épaulé par Iwao Teraoka dans le storyboard) de croquer les récents développements à l'univers et faire exploser la dimension nerveuse de l'œuvre. Pas seulement lors des combats, mais aussi lors des courses poursuites aux très bons plans séquences dans lesquels la caméra multiplie les angles de vue ingénieux de transmettre la frénésie de l'action. Difficile aussi de ne pas évoquer une scène dans laquelle Izuku fait appel à l'un des pouvoirs hérités du One For All, une phase dans laquelle Kenji Nagasaki a peut-être réalisé un fantasme de diriger un homme-araignée voltigeant de structure en structure. Là aussi, c'est aussi prenant qu'inspiré, preuve d'une réalisation globalement très solide.

Et concernant le climax, c'est la tempête, un déluge dans lequel les animateurs se sont eux aussi montré d'une grande générosité pour dépeindre les différents affrontements décisifs tandis que la musique de Yûki Hayashi amène son lot de nervosité. Chaque duel a ses chorégraphies et son lot d'idées, un pari pas simple à honorer tant les pouvoirs de Bakugo et Shoto, affiliés au feu en partie, pouvaient amener une forme de redondance. Il n'en n'est rien, et le gourmandise finale sera bien représentée par le combat contre le grand ennemi de ce métrage, le très bleu Flect Turn. La réalisation propose de belles trouvailles supplémentaires à cet instant, avec un zeste de confusion à un moment donné, mais qui garantit un spectacle qui nous ferait oublier toutes les petites limites de structuration scénaristique. Un superbe rattrapage, et une technique justifiant l'expérience en salles.



Troisième film, plus grande réussite ?

Un tel jugement dépendra évidemment de chacun. Globalement, les trois films My Hero Academia suivent un leitmotiv commun et échafaudent des intrigues supplémentaires détachées du manga pour ne pas empiéter sur celui-ci. L'exercice à ses limites, et force est de constater que Yôsuke Kuroda a écrit un scénario bien trop sage et qui ne parvient pas à exploiter judicieusement ses thématiques, sans compter les petites facilités ci et là. Néanmoins, par un personnage de Rody Soul terriblement attachant, une réalisation aux petits oignons et inventives et un climax d'une grande générosité dans ses animations, World Heroes' Mission reste un bon divertissement et un grand spectacle qui se savoure en attendant la prochaine saison de l'anime. C'est dans cette optique que ces films sont produits, sans prétention supplémentaires, et c'est ainsi qu'ils sont à apprécier, même si on aimerait un soin plus minutieux consacré à l'intrigue, ce qui ne semble pas chose impossible.


Critique 1 : L'avis du chroniqueur
Takato

15 20
Note de la rédaction