Soul Keeper - Actualité manga
Dossier manga - Soul Keeper
Sommaire

Publié le Vendredi, 07 September 2018


Le noir et le blanc, le mal et le bien

  
Après avoir traité des protagonistes principaux et de la politique japonaise, il nous reste à aborder un autre sujet important de la série : le surnaturel. Sans cela, Riyon n’existerait même pas, puisqu’elle est supposée être morte. Et il n’y aurait même pas l’esquisse d’un récit. C’est donc avec le surnaturel que notre héroïne existe et que le premier ministre développera ses pouvoirs. Cette part de fantastique touche au cœur de ce qu’il y a après la mort et à ce qui fait l’essence-même de la vie. Un monde partagé entre le noir et blanc, le mal et le bien. Au milieu, notre monde…
  
  

Le blanc

  
L’Au-delà se découvre à nous dès les premières pages de Soul Keeper. Il se divise en plusieurs niveaux. De haut en bas, on retrouve le Cercle Divin, le Cercle des esprits purifiés, le Cercle des fantômes, le Monde terrestre et enfin le Monde des ténèbres. Riyon se trouve plus précisément dans l’étage inférieur des cieux où séjourne le cercle des fantômes. C’est un endroit où les fantômes se forment de différentes façons avant de pouvoir enfin se réincarner. Notre héroïne devra redoubler d’efforts dans son apprentissage en tant qu’ange gardien si elle veut pouvoir un jour se réincarner. Une fois qu’elle aura atteint son objectif, elle pourra se réincarner mais oubliera en même temps de ça tout de son passé. Tel est le prix lorsqu’on redescend sur terre.
  
Pour l’heure, Riyon devra cravacher dure auprès de son premier ministre. Et la partie est encore loin d’être gagnée. Apparemment, l’esprit protecteur et l’âme de la personne protégée ont la capacité de s’harmoniser au niveau subconscient. Si tout se passe bien, Riyon pourra avoir une influence positive sur l’âme qu’elle protège.
  
La jeune femme fait dès lors directement son travail en supprimant les globes noirs présents dans la boîte mentale de Kasuga. Mais très vite, les globes noirs refont leur apparition dès que le ministre se trouve dans un moment de faiblesse. L’invasion de ces globes est terrifiante. Riyon prendra même conscience que son prédécesseur a été englouti par eux. A son grand désarroi, elle découvre ainsi que le blanc de son univers se confond avec le noir d’un autre monde. A quoi est-elle confrontée exactement ?
  
  
  
  
  

Le noir

  
Dans le monde des ténèbres se trouvent toutes les âmes prisonnières du mal. Il paraît que ces âmes conservent inconsciemment le désir de remonter. Alors, elles cherchent les brèches chez les vivants, et s’y engouffrent afin de s’échapper.
  
Riyon n’en sera pas davantage sur ce monde plein de noirceur. Elle doit se contenter de cette explication pour savoir d’où viennent ces globes néfastes dont le premier ministre semble être une cible de choix. Cette menace prendra une nouvelle envergure avec l’arrivée de Koji Kubo, que l’on avait susmentionné lors de la seconde partie. Cet étrange individu sera engagé par Daiki Izumi, dans le but de mettre à mal Soichiro Kasuga. Pour que le député ait foi en lui, Koji va éliminer l’un de ses subalternes. Pour se faire, il a envoyé le ‘mal’ en lui, tout en se débarrassant de son esprit protecteur. Il est ainsi capable d’envoyer le mal en empruntant un passage entre le monde d’en bas et son monde.
  
Convaincu, Daiki accepte de lui confier la mission. Koji accepte à la condition qu’ils aillent jusqu’au bout, pas de rétractation possible. Ce dernier découvrira rapidement le secret de Kasuga, à savoir que lui et son esprit protecteur se font totalement confiance et qu’ils sont en harmonie. Il va dès lors se décider à terroriser l’esprit protecteur.
  
Koji passe à l’attaque. Il s’immisce dans la boîte mentale de Kasuga et permet à la matière noire de revenir. Il fait pression sur Riyon en parlant de son père et de sa culpabilité de n’avoir pas pu la soigner comme il fallait (à cause d’un manque d’argent évident). Il réenclenche donc la spirale noire, que ce soit du côté du premier ministre ou de celui de l’ange gardien. Koji devient en peu de temps un ennemi redoutable et extrêmement déterminé.
  
Riyon fait tout pour consolider l’étanchéité de la boîte mentale de Kasuga, mais ce ne sera pas facile pour elle. En effet, elle doit combattre sur différents plans. Elle doit soutenir le premier ministre dans ses projets politiques, dans sa santé, tout en affrontant cet ennemi surpuissant. Un ennemi très dangereux qui compte bien utiliser tous les moyens imaginables pour attenter à la vie de Kasuga. Riyon le verra dans ses yeux, cette détermination remplie d’obscurité.
  
C’est lors de sa confrontation contre Koji que la jeune femme va être capable de produire des globes blancs, aptes à détruire le mal. Seuls les esprits protecteurs de haut-rang sont capables d’en produire. Notre héroïne ne pourra hélas pas en abuser, car ces globes lumineux sont créés à partir de l’essence vitale de la personne protégée. Autrement dit, plus elle en fabriquera, plus l’espérance de vie de Kasuga s’amoindrira.
  
L’attaque de Koji se poursuit. Il s’en prend d’abord au fils de Kasuga, Hajime, répandant le mal en lui. Comme si cela ne pouvait pas être pire, le premier ministre recueille les deux orphelins que voulait adopter son fils. Riyon voit à quel point les esprits protecteurs des deux enfants sont faibles. Elle a peur qu’ils deviennent une cible facile face à Koji. Malgré ses avertissements, Kasuga décidera de les adopter. A côté de ça, les opposants au premier ministre s’accroissent et les globes noirs se multiplient.
  
Ce combat entre Riyon et Koji ne cessera de croître, de s’envenimer, prenant des proportions dantesques. Cela nous plongera au cœur des ténèbres du jeune garçon. Pourra-t-elle le raisonner, le vaincre ? De ça dépendra beaucoup d’éléments, dont la survie de Kasuga et des habitants du Japon.
  
 
   
  
 
L’auteur exploite avec beaucoup de sérieux le surnaturel qu’il met en place. Les explications, les révélations ne se veulent pas lourdes mais suffisantes pour que le lecteur puisse s’y retrouver. On se plonge sans encombre dans cette part de fantastique, qui arrive à se mouler à la logique réaliste de l’univers de Soul Keeper. Malgré cette bonne note, on peut regretter que Tsutomu Takahashi en fasse trop dans la dernière ligne droite de la confrontation entre Koji et Riyon : prêtant au jeune garçon des pouvoirs démesurés qui iront jusqu’à lancer une attaque généralisée contre Tokyo (en utilisant les globes noirs cumulés dans la centrale de Fukushima). Une attaque bien trop « what the fuck » que pour être crédible. Ce bémol sera cependant quelque peu effacé par la belle fin qui nous est proposée par le mangaka.
  
  

HITO HITORI FUTARI © 2011 by Tsutomu Takahashi / SHUEISHA Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News