Dossier manga - Rainbow

Reader Rating 18.50 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 30 July 2010


Graphismes et adaptation

 
Souvent, Seinen est synonyme de trait plutôt réaliste, et Rainbow ne fait pas exception à la règle. Ainsi, le dessin des personnages est extrêmement sérieux. Masami Kakizuki semble apporter un soin particulier aux expression de ses héros, et cela se ressent. A chaque action et à chaque case, l'émotion est parfaitement retranscrite. Les scènes de joie tout comme les scènes les plus tragiques atteignent véritablement le lecteur grâce à la précision de l'auteur. Bien-sûr, on remarque une évolution graphique tout au long du titre. Tomes après tomes, le trait se fait plus recherché, et beaucoup plus précis. Le dessin est entièrement travaillé de telle manière à faire ressortir les émotions des sept protagonistes.
Pourtant, l'auteur et ses assistants n'ont pas lésiné sur les décors. Comme dit précédemment, c'est une ambiance sombre qui se dégage. Les arrières plans ne laissent généralement aucune place à la gaieté, et c'est beaucoup de noirceur qui se dégage des décors. Cela se ressent d'avantage durant le premier arc qui est sans contexte le plus noir et le plus glauque dans l'ambiance. Chaque cellule de détention apparaît comme une prison de laquelle on ne peut réchapper. Après cette partie, nous avons principalement droit aux décors du Japon d'époque, des décors réalistes donc. La lumière se fait alors plus présente et pourtant, l'auteur arrive à dégager le malheur qui frappe le pays grâce aux décors de quartiers parfois délabrés ou des endroits sinistres dans lesquels se déroule l'action. Pour faire simple, dans Rainbow, que ce soit dans le scénario ou dans le dessin, la noirceur occupe une place primordiale.
  
En ce qui concerne l'édition, nous pourrions revenir sur celle effectuée par Kabuto qui a abandonné le titre après 13 tomes, mais on s'intéressera ici à celle proposée par Kazé. Le tout est de très bonne facture. D'abord, l'édition est de qualité. Les tomes sont relativement fins et la couverture extrêmement soignée comme de nombreux titres de leur catalogue. Pas de défauts notables en ce qui concerne cette édition comme des problèmes de reliure ou d'impression de page. De même, le papier du manga ainsi que l'impression restent sans défauts notables.
L'adaptation est aussi très bonne. On ne dénote pas de fautes d'orthographe ou d'erreur de syntaxe, et le parti pris d'apporter une certaine grossièreté à certains dialogues n'a rien d'anodin puisqu'il permet de renforcer les diverses situations dramatiques. On remarque aussi qu'en ce qui concerne les surnoms des personnages, l'éditeur a choisi de laisser les appellations Japonaises. Le choix est certes discutable, mais cela rend la lecture bien plus appréciable que si l'éditeur avait apporté des surnoms à la française. Par exemple, il est plus agréable de lire « Suppon » et non « la Tortue ».
  
 
   
   
  

L'anime

    
Du 6 avril au 28 septembre 2010 furent diffusé sur la chaîne nippone NTV  les 26 épisodes de l'adaptation animée de Rainbow. Celle-ci est réalisée par le studio Madhouse que l'on connaît notamment grâce à l'adaptation très réussie de Death Note. En tête de ce projet, nous retrouvons Hiroshi Kôjina qui était aussi à la charge de séries populaires comme Neuro ou encore Kiba
  
En France, nous avons eu la chance de découvrir cette série presque simultanément avec le Japon grâce à la plateforme de VOD de Kazé : KZPlay. Ainsi, la série est accessible à tous à petit prix et de manière légale, une idée fantastique pour combler les fans les plus impatients et lutter ainsi contre le piratage.
  
D'ailleurs, cette adaptation animée fait honneur au manga d'origine. L'atmosphère sombre de la première partie, celle du pénitencier, est parfaitement retranscrite et l'émotion est au rendez-vous. A l'heure actuelle, seule un peu plus d'une quinzaine d'épisodes est disponible et il est donc difficile de se prononcer sur la globalité de l'adaptation. Pourtant, la qualité est présente, et le seul point faible de la série concerne peut-être la Bande Originale qui paraît un peu discrète pour ce type d'œuvre, excepté pour ce qui semble être le thème musical principal de la série. Néanmoins, nous avons un générique d'ouverture magnifique dans les paroles, bien que musicalement brutal, qui s'adresse parfaitement aux sept héros et reflète leur détermination. On espère pouvoir retrouver très prochainement les DVD à la vente afin de profiter pleinement de cette adaptation réussie.
   
 
 
 
 

Conclusion

 
Rainbow se présente donc comme un seinen déroutant au départ de par sa noirceur et son absence de tabou. Pourtant, le début de lecture ne doit pas rebuter car les péripéties de ce groupe de sept garçons dans le Japon des années 50 se montreront passionnantes, et surtout teintées d'émotion, que ce soit de tristesse ou d'amitié. Durant 22 tomes, le lecteur n'a de cesse d'espérer de voir ces sept jeunes accéder à un avenir radieux malgré les épreuves qu'ils endurent. Le scénario est ainsi travaillé et servi par un dessin qui renforce à merveille la noirceur et l'émotion du titre, faisant ainsi de Rainbow une des meilleures lectures seinen de son époque !
 
 
Mise en ligne le 30/07/2010. 
Mise à jour le 17/08/2012.
 
 
 
Fiche de la série: Rainbow
Fiche de la série vo: Rainbow vo
Fiches des auteurs: George Abe (scénario) / Masamumi Kakizaki (dessins)

Dossier réalisé par Takato


RAINBOW © 2004 ABE GEORGE, KAKIZAKI MASASUMI / Shogakukan Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News