Dossier manga - Made in Abyss

Note des lecteurs 19 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 08 Février 2019


Bienvenue dans l'Abysse, lieu de découvertes, de rêves et de dangers


La ville d'Orse et son fonctionnement


Si les choses sérieuses ne commencent qu'à la toute dernière page du volume 1, ce dernier fait office d'excellente mise en place, au fil de laquelle le mangaka Akihito Tsukushi sait déjà captiver son lectorat, tout d'abord en installant comme il se doit nombre de concepts bien étudiés, en tête cette ville d'Orse dont l'existence dépend avant tout de l'Abysse, et dont l'agencement et l'architecture sont plutôt très bien pensés.

Au fil du temps, c'est tout un système qui s'est mis en place afin d'explorer encore et toujours cet immense gouffre dont personne ne connaît le fond, et dont on remonte rarement vivant quand on s'y engouffre en profondeur.
  
  
  
  
Et pour bien organiser ces explorations, tout un système de formation des jeunes a été mis en place, autour d'un système de sifflets. En effet, au sein des caverniers, il existe toute une hiérarchie représentée par des sifflets de couleur, ces sifflets pouvant également prévenir les autres quand on est en danger dans l'Abysse. Les jeunes apprentis commencent en tant que sifflets blancs (enfin, avant ça, leurs premières semaines de formation hors du gouffre leur vaut de n'avoir qu'un grelot), puis changent de couleur au fil de leur gain d'expérience, jusqu'à peut-être devenir l'un des prestigieux et légendaires sifflets blancs, comme Lisa. Et évidemment, plus on est haut dans la hiérarchie des sifflets, et plus on peut aller en profondeur. Les sifflets rouges, eux, peuvent seulement descendre jusqu'au 1er palier, soit 450m. Voici, ci-dessous, la hiérarchie des sifflets, du plus faible au plus important.

Grelot : les novices, tout juste en début de formation. Le très jeune orphelin Kiyui en est un.

Sifflet Rouge : les apprentis, pouvant descendre jusqu'au premier niveau de l'Abysse. Notre héroïne Rico en est un, tout comme les autres enfants de son âge.

Sifflet Bleu : ceux qui sont devenus suffisamment bons pour devenir indépendants, et pouvant alors descendre jusqu'au deuxième niveau. Malrk est l'unique Sifflet Bleu de son âge.

Sifflet Violet : les Maîtres, pouvant descendre jusqu'au quatrième niveau. C'est le cas de Jirwo.

Sifflet Noir : les Experts, pouvant descendre jusqu'au cinquième niveau, à l'instar de Haborg.

Sifflet Blanc : les rares Caverniers Légendaires, les meilleurs, pouvant descendre aussi profondément qu'ils le désirent, et ramenant des informations systématiquement considérées comme fiables. Ozen est un Sifflet Blanc, tout comme Lisa bien sûr. Chaque sifflet blanc est unique et propre à son propriétaire, qui est le seul à pouvoir l'utiliser. Ces sifflets uniques sont fabriqués à partir de pierres de l'âme, reliques trouvées dans l'Abysse. Ils permettant de manipuler certaines des autres reliques via leur sifflement.
  
  


Une faune unique


Au coeur de ce gigantesque trou, c'est un univers résolument unique qui nous attend. Car l'Abysse possède en premier lieu tout un écosystème bien à lui.

Quand l'heure est venue pour la vraie aventure de commencer, Rico et Légu peuvent bel et bien se lancer à la découverte des différentes strates de ce gouffre qui leur reste en grande partie inconnu, en dehors de ce qu'on a pu leur en dire. Et très vite, Akihito Tsukushi séduit forcément pour les différents éléments de faune et de flore qu'il propose.

Avec une faune vue nulle part ailleurs, le mangaka peut se permettre de laisser parler son imagination et de créer un bestiaire impressionnant et plein d'originalités. Les designs de ses créatures sont très souvent convaincants, autant pour les rendus en nuances de gris et les anatomies parfois assez originales, que pour la manière dont l'auteur a pensé les choses de manière à ce que les créatures s'incorporent bien à leur cadre naturel.

On peut par exemple citer le terrepont (un oiseau ayant un os dur sur le crâne, pouvant avoir des ailes mesurant jusqu'à 3m, dont la chair est réputée, donc les plumes sont un excellent combustible, et dont le crâne peut être utilisé comme récipient ou comme pierre à feu), le rouge-corde (un reptile pouvant planer grâce à une membrane), la mantaraignée (un insecte géant bâtissant un dôme d'environ 10m² et tapissé de poils gluants dont la sensibilité lui permet de détecter ses proies, très rapide dans son territoire, et possédant des mandibules avec des crochets enduits d'un poison paralysant), le roi-pleureur (un oiseau géant vivant en colonies, pouvant être apprivoisé par l'homme s'il est pris dès sa plus tendre jeunesse, attirant ses proies en imitant leur cri, ayant plusieurs yeux de tailles différentes lui permettant de surveiller tous les alentours en même temps, et ayant à la place du bec une bouche lui permettant d'aspirer la chair et les viscère de ses proies avec sa langue), le hippobus mâle (un animal aquatique vivant près de la forêt inversée, pouvant avaler un humain en une seule bouchée, à la peau très épaisse mais à la viande délicieuse), le plapétri (un rongeur plat vivant dans les parois du 3e niveau, pouvant s'allonger grâce à la souplesse de leurs côtes, ou même
de gonfler), ou le perceballe (un fauve herbivore ayant un excellent instinct, pouvant se déplacer habilement sur différentes surfaces, et vivant dans une zone de lierre où il y a beaucoup de passage, ce qui fait qu'il a déjà tué de nombreux caverniers grâce à son corps recouvert d'aiguilles qui renferment un puissant poison mortel).
  
  
  
  
Enfin, notons que toutes les créatures composant le bestiaire de Made in Abyss sont divisées en catégories de dangerosité, que voici ci-dessous.

* : négligeable. C'est le cas du terrepont ou du plapétri.

** : faire attention. Valable par exemple pour la mantaraignée.

*** : sérieux danger. A l'instar du roi-pleureur ou de l'hippobus mâle.

**** : mortel. Comme le rouge-corde.

***** : danger incroyable. Comme le perceballe qui laissera de très mauvais souvenirs à Rico.

****** : danger inimaginable. On n'en a pas encore vus.

******* : danger sans précédent. On n'en a pas encore vus. L'auteur a avoué qu'au départ cette catégorie était une blague, mais que finalement il va l'utiliser.
  
  
Un hippobus mâle.


Une flore et un relief tout aussi originaux


De même, il y a aussi une flore et des reliefs tout aussi uniques et originaux, où certaines idées de design s'avèrent assez séduisantes, en tête desquelles la forêt inversée et la manière supposée dont elle subsiste, ou encore la grande fissure, une paroi verticale ponctuée de trous, où nos deux héros devront peut-être ramper pour éviter les puissantes créatures qui s'y trouvent, quitte à exploiter des animaux plus faibles qu'eux.
  
  
  
  
Le tout peut être à la fois grandiose pour les yeux des explorateurs (et du lecteur), et très dangereux, car les bêtes sauvages ne sont pas rares dans ces différents lieux. En tout cas, une chose est sûre ; le mangaka séduit par son désir de faire en sorte que chaque niveau de l'Abysse ait ses propres particularités.

Parmi la flore, on peut revenir sur le cas de la toxieco, une fleur pouvant pousser dans tous les types de sol, ayant une floraison brève mais donnant des fruits. Dans des situations extrêmes elle peut donner une grande fleur blanche devenue le symbole de la ville d'Orse. Elle est d'ailleurs cultivée partout en ville, et la tradition veut que l'on jette des pétales de cette fleur dans l'Abysse pour les célébrations. Au sein de l'Abysse, on peut souvent la voir, et ses racines ainsi que ses fruits peuvent alors servi de nourriture et d'épices.
  
  


Un gouffre empli de trésors et de mystères


Mais l'Abysse, c'est également un véritable nid à trésors, dont beaucoup sont pour le moins énigmatiques.

Il est possible d'y déceler des reliques merveilleuses, divisées en classes (classe 1, classe 2, et classe d'exception), ainsi que des ressources et objets pouvant se révéler aussi étonnants qu'utiles (comme les pierres de lumière, pouvant servir de lampes une fois travaillées).

Mais on peut aussi y dénicher des choses encore plus étranges, à commencer par de mystérieux squelettes de "prieurs" qui semblent vieux de 2000 ans... Il en ressort donc forcément pas mal d'interrogations. Quel est le passé de l'Abysse ? D'où viennent ses richesses et ses squelettes ? Nul ne le sait. Et cela ne fait que renforcer l'intérêt des explorations.

Ci-dessous, voici les détails sur le fonctionnement du classement des reliques, sachant que celles-ci peuvent changer de classe au cours du temps selon les examens faits dessus.

Classe 4 : des reliques à l'utilité incertaine, ce qui fait qu'on les utilise rarement en exploration. On les trouve très facilement dans la plupart des niveaux de l'Abysse, ne sont pas rares, et intéressent peu les caverniers un minimum expérimentés. C'est le cas, par exemple, de la boussole des étoiles, de la perle solaire (une sphère pouvant briller très fort, ^pouvant donc servir de lampe sur des casques par exemple, et permettant, à un moment, à Rico et Légu de distraire un monstre), ou de l'ombrelle d'écailles (un parapluie pouvant servir de bouclier quelque temps avant de se briser, et que Rico et Légu auront l'occasion d'utiliser).

Classe 3 : des reliques qui valent cher et qui peuvent être utiles lors des fouilles dans l'Abysse. Le tisse-brume, que Nanachi a l'occasion d'utiliser, est de classe 3.

Classe 2 : des reliques novatrices, amenant des choses jamais vues avant, si bien qu'on dit qu'elles peuvent changer une vie. Les fameux sifflets blancs font partie de cette classe.

Classe 1 : des reliques que l'on trouve dans les profondeurs et qui s'avèrent si utiles qu'on dit qu'elles peuvent modifier les rapports de force entre les pays, à l'instar de Feuillage Embrasé, l'arme fétiche de Lisa, sorte de pioche améliorée contenant une poudre explosive qui se régénère automatiquement. On peut aussi citer le Panier Protecteur pouvant rendre la vie à un être l'ayant perdue, ou encore le Puits de Mille Homme conférant la puissance d'un millier d'hommes à quiconque se l'enfonce dans le corps.

Reliques d'exception : les plus rares et plus précieuses des reliques, dont on dit qu'elles pourraient changer la face du monde. A l'image de la Cloche arrêtant le temps.

Les Aubades : nommés aussi « trésors des tréfonds », ce sont des objets légendaires, dont l'existence n'a pas forcément été prouvée, qu'il serait impossible à remonter de l'Abysse, et qui seraient donc hors de prix. Rico émet l'hypothèse que Légu pourrait en être un...
    
 


La Malédiction de l'Abysse


L'Abysse regorge donc de merveilles autant que de mystères et de dangers, mais le plus terrible de ces dangers vient peut-être encore d'un autre point: ce qui est appelé la "Malédiction de l'Abysse".

Plus on s'enfonce dans les profondeurs de ce gouffre qui reste inconnu au-delà des 20 000 mètres de profondeur, et plus on se destine à une mort certaine dès que l'on essaie de remonter.

Remonter du premier niveau jusqu'à la surface ne provoque que quelques vertiges et nausées. Mais remonter du deuxième niveau au premier enclenche vomissements, migraines et engourdissements, et remonter du troisième au deuxième confère déjà perte d'équilibre ainsi qu'hallucinations auditives et visuelles.

Les étapes suivantes sont des saignements par tous les orifices, puis la perte de toute sensation et l'automutilation, la perte d'humanité... jusqu'au septième niveau où, quand on essaie de remonter au sixième, c'est la mort assurée.

Personne ne connaît donc l'Abysse au-delà du septième niveau, aucun témoin vivant n'en est revenu, et mieux vaut donc être plus que prêt pour aller à la rencontre de ses dangers. Quelles sont les causes de cette malédiction ? Là aussi, personne ne le sait. Comment a-t-elle lieu ? Là-dessus par contre, nous aurons déjà quelques réponses, qu'on ne va évidemment pas dévoiler ici afin de ne pas spoiler.
  
  


Des découvertes qui ne s'arrêtent jamais


Il y a bien d'autres mystères et découvertes de différents type qui, au fil des pages, ponctuent l'exploration.

On peut apprendre que le temps peut s'écouler différemment au sein de l'Abysse, notamment au 5e niveau, si bien que quelques semaines passées dans le gouffre peuvent équivaloir à des mois à la surface. Il y a aussi le mystère qui persiste sur la nature de la malédiction aux 6e et 7e niveaux. Ou encore l'énigme que constitue la mer de cadavres du 5e niveau, dernier endroit d'où l'on peut remonter en vie. Sans oublier ces fameux squelettes de prieurs.

Il est également possible de lire dans l'Abysse le Nethergliph, l'écriture des tréfonds, un ancien alphabet présent uniquement dans le gouffre et sur certaines reliques.

Et bien sûr, les découvertes passent aussi par la cuisine, avec l'expérimentation de plats concoctés avec la faune et la flore environnantes !
  
  
  
  

MADE IN ABYSS © Akihito Tsukushi / TAKE SHOBO 2013 Originally published in Japan in 2013 by TAKESHOBO Co.LTD., Tokyo.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News