Les enfants loups - Ame & Yuki - Actualité manga
Dossier manga - Les enfants loups - Ame & Yuki

Reader Rating 18.50 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 12 December 2013


Réalisation

 
 
Ce qui frappe en premier lieu dans le film, ce sont les décors ultra-réalistes. Les maisons, les fleurs, la fac avec toute les feuilles accrochées au tableau, les intérieurs, les rizières, la forêt avec ses nombreux arbustes et ses feuilles... Tous les décors ont bénéficié d'un énorme souci du détails, à tel point que de nombreux éléments, comme la cascade où Ame et le maître boivent, ou encore les voitures lors de la tempête, donnent l'impression d'être tirés de photos. Fruits de nombreux repérages (pour l'anecdote, la principale source d'inspiration fut la région de Fukuyama, la région natale de Mamoru Hosoda, et la ferme délabrée où vivent Hana, Ame & Yuki est inspirée d'une bâtisse se trouvant non loin de là où il a grandi), ces décors ont été dessinés un à un à la main, de manière traditionnelle, avant de passer par l'étape du numérique, ce qui explique ce résultat offrant une incroyable richesse et profondeur.

De même, les nombreux jeux de lumière et de reflets, comme les couchers de soleil ou les reflets sur le sol humide, témoignent d'un gros travail de précision.

Il se crée alors un contraste étonnant avec les personnages, qui ne sont pas en 3D, sont plats, ont un design expressif mais assez relâché, voire très relâché. Les têtes et les bouches sont volontairement grandes, des éléments comme les larmes peuvent aussi paraître assez gros, les plans de loin sont plutôt minimalistes (pas de nez, pas toujours d'yeux, pas toujours de museau chez les loups de face...). Un style qui trouve sa source dans le mouvement artistique contemporain "Superflat", et qui peut rebuter un peu au premier abord tant le contraste est grand avec l'ultra-réalisme des décors. Mais une fois qu'on s'y est fait, ça passe sans problème.

On peut regretter que les décors, tout aussi beaux soient-ils, restent la plupart du temps fixes. Mais à côté de ça, il faut saluer la beauté de l'animation de nombreux petits éléments de la nature : les fleurs, les insectes, les différents climats comme la neige et la pluie, les feuilles qui tombent).
Soulignons aussi le soin apporté à l'animation des personnages secondaires, surtout au début du film où les passants dans la ville bénéficient d'un joli soin. Ils apparaissent réalistes dans leurs mouvements, par exemple bougent naturellement leurs mains en parlant... Dommage que cette impression s'étiole un peu au fil du film, les animations des personnages paraissant même assez pauvres par moments.
  
  
  
 
 
Pour le reste, on a quelques scènes qui en mettent plein la vue, à l'image des quelques dizaines de secondes où Ame et Yuki courent dans le forêt enneigée puis glissent sur la pente en faisant des cabrioles, passant de leur forme humaine à leur forme de loup en un clin d'oeil avec une précision exemplaire, la musique accompagnant à merveille leurs sauts. De manière générale, toutes les scènes de transformation apparaissent excellentes, qu'elles soient soudaines ou plus longues.

Bien qu'assez passe-partout, les musiques, à connotation classique, sont très présentes, soulignent bien les événements, sont là quand il le faut, et savent s'effacer quand la situation le demande. Les bruitages (insectes, pluie, vent dans les arbres...) sont surtout consacrés aux éléments naturels, sont nombreux et immersifs.

Le doublage japonais est excellent, est porté par l'excellente prestation du rôle de Hana, doublée par Aoi Miyazaki, actrice que vous avez notamment pu voir dans le film live de Nana (où elle jouait Nana Komatsu) où Solanin (où elle jouait Meiko Inoue), et qui avait déjà été comédienne de doublage sur Origine et Colorful. Si elle livre une performance aussi réelle et émouvante, évoluant en même temps que Hana au fil du film, il faut dire que c'est sûrement pour une raison bien précise :  souhaitant une comédienne qui comme Hana découvrait tout juste le rôle de mère, Mamoru Hosoda s'est penché sur Aoi Miyazaki, qui venait tout juste d'avoir son premier enfant à l'époque. Elle a alors évolué dans son rôle en même temps que Hana, lui conférant les doutes et la gaieté d'une jeune mère.

Plutôt honnête, le doublage français n'offre toutefois pas la même saveur que l'original japonais, notamment à cause d'un casting pas toujours à la hauteur. A plusieurs reprises, la voix de Hana manque cruellement de conviction.
 
 
  
  
  

Autour du film

 
 

Le manga


Tout comme les deux précédents films de Mamoru Hosoda La Traversée du Temps et Summer Wars, les Enfants Loups a eu droit à son adaptation en manga, supervisée par Hosoda lui-même. Une œuvre en trois volumes qui offre sa chance à une jeune auteure du nom de , qui signe là son tout premier volume relié.

Que l'on soit clair dès le départ : cette version manga n'apportera aucune surprise à quiconque a vu le film, puisque Yû y suit à la lettre l'histoire du long-métrage sans jamais s'en écarter. A vrai dire, elle s'en écarte tellement peu qu'on y retrouve globalement la même rapidité sur certains éléments (par exemple, tout le début allant jusqu'à la disparition de l'homme loup), le même focus plus précis sur d'autres... Les ambiances sont aussi exactement les mêmes, à l'image de la sobriété avec laquelle est traitée la mort de l'homme loup, de l'ambiance chaleureuse  que dégagent Ame et Yuki dans leurs jeunes années...

Il y a bien quelques dialogues et précisions supplémentaires par rapport au fim, mais rien qui n'offre réellement de la nouveauté. Il faut donc prendre cette adaptation manga comme un moyen basique mais efficace de prolonger le plaisir.

Efficace, grâce au style plutôt convaincant de Yû, dont la grande clarté entretient l'aspect très chaleureux de l'ensemble. Légèrement plus arrondis que le design original de Yoshiyuki Sadamoto et aussi un peu plus relâchés, les visages sont limpides, expressifs, font clairement passer les sentiments des personnages. Ame et Yuki arborent souvent des bouilles irrésistibles, que ce soit dans leur look humain ou leur look d'enfants-loups (par ailleurs bien retranscrit), tandis que les décors se font présents uniquement quand il le faut pour renforcer les ambiances, notamment dès qu'ils s'agit de mettre en valeur un cadre campagnard que l'auteure croque très joliment. On se laisse tout simplement porter par les diverses ambiances déjà présentes dans le film, même si Yû ne prend absolument aucun risque, au point d'aller jusqu'à reprendre exactement les mêmes plans que le film lors de plusieurs scènes (ce qui devrait ravir les amateurs des scènes en question, comme cette scène déjà célèbre où Yuki ronge le pied de table).

Côté édition, on a droit a quelque chose de soigné : couverture de très bonne qualité, premières pages en couleur, bonne traduction (là aussi dans l'esprit du film, comme le montrent par exemple les "Miam miam" de Yuki) et bonne impression. On pourra juste trouver le papier un peu trop fin.
 
 
 
 
 

Le roman


Fort de son succès, le film les Enfants Loups de Mamoru Hosoda fut décliné en un manga de trois volumes, mais aussi en un roman, sorti au Japon le 1er août 2012, et écrit par Hosoda lui-même. L'expérience est-elle identique à celle du film ?

Celles et ceux qui ont vu le film ne seront pas étonnés par l'histoire du roman : celle-ci suit d'un bout à l'autre le récit du film, en en reprenant tous les événements, qu'ils soient importants ou anodins, et en abordant exactement les même thématiques. Toutefois, le roman tire son intérêt de la présence de nombreux détails absents du film. Ici, le narrateur est omniscient (il ne s'agit plus de Yuki), et les descriptions y sont alors beaucoup plus nombreuses, de même que les focus sur ce que pense Hana, omniprésents... Descriptions de la ville, de la campagne, des toits, de l'homme-loup... Descriptions du quotidien, de la nature, des saisons... Plongée dans les interrogations, les doutes et les tourments de Hana, personnage central dont vous découvrirez plus en détail les nombreux états d'âme. Pour faire simple, le roman explicite tout ce que le film laissait deviner silencieusement. De ce fait, si vous vous êtes parfois sentis perdus dans le film, il y a de fortes chances que le roman vous éclaire, sans paraître rébarbatif si l'on connaît déjà l'histoire.

D'autant que la traduction, signée Jacques Lalloz et Rodophe Massé, est à la hauteur : tout est clair et s'écoule logiquement. On retrouve mot pour mot tous les dialogues du film, agrémentés de ces descriptions, focus intérieurs et autres détails clairement présentés et témoignant d'un réel souci d'écriture. Les tournures renvoyant régulièrement au statut d'homme-loup du compagnon de Hana ou au choix des deux enfants, par exemple, en sont une preuve. Par ailleurs, on ne notera que deux grosses fautes d'inattention (pages 151 et 217), le reste étant dépourvu de grosses bévues.

Loin de n'être qu'un copier-coller du film, le roman des Enfants Loups, s'il reste fidèle à 100% au long-métrage d'origine, apporte sur ses 290 pages une vision différente, plus détaillée, moins avare en informations, et qui ne manque donc pas d'intérêt pour quiconque souhaite prolonger le plaisir.

L'édition de ce roman, en plus de la traduction, est également très bonne pour le reste. Notons que si le roman fait 290 pages, la police est grosse, et le tout se lit donc très vite.
 
 
  
 
 

Autres


Le CD de la BO du film est sorti en France en octobre 2012 au petit prix d'environ 13€. La BO est également disponible sur iTunes.

Sont également sortis, uniquement au Japon : un guidebook et le storyboard de près de 500 pages en juillet 2012, ainsi qu'un artbook de quasiment 300 pages en août 2012.
 
 
    
   
  

Mot de la fin

 
 
Après la Traversée du Temps qui était bourré de promesses et Summer Wars qui concrétisait beaucoup de ces espoirs, Les Enfants Loups – Ame & Yuki sonne comme le film de la maturité pour un réalisateur qui n'a désormais plus rien à prouver.
Acclamé autant par la presse que par le public, le film a su enrober des thématiques fortes, humaines et universelles, dans une histoire grand public en forme de conte moderne, où l'on peut facilement passer du rire aux larmes, de l'angoisse à l'émerveillement, sans jamais s'ennuyer. Un divertissement de cette qualité, on aurait tort de s'en priver !
   
  
  
  
Dossier mis en ligne le 13/12/2013.
 
 
Fiche de l'animé : Ame & Yuki - Les enfants loups
Fiche du manga : Ame & Yuki - Les enfants loups
Fiche du réalisateur : Mamoru Hosoda
 
 

Dossier réalisé par Koiwai


© 2012 "WOLF CHILDREN" FILM PARTNERS

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News