Lady Snowblood - Actualité manga
Dossier manga - Lady Snowblood
Sommaire

Publié le Vendredi, 25 March 2016


Esthétique nippone



La grâce de Lady Snowblood


L’élément le plus marquant de l’esthétique du manga réside dans la figure iconique de Lady Snowblood. Parée d’une tenue traditionnelle et d’une ombrelle, les cheveux noirs attachés et la peau d’une blancheur immaculée, elle incarne au mieux la femme japonaise des siècles passés. La féminité est une partie importante du scénario comme de l’esthétique du manga. Elle rappelle parfaitement les œuvres artistiques du XIXème siècle et d’avant, notamment les peintures et autres dessins traditionnels. Yuki est par ailleurs souvent représentée nue, ce qui permet au dessinateur d’appuyer l’importance de la féminité dans l’aspect visuel de l’œuvre, sans pourtant tomber dans la vulgarité. Bien que paru dans Playboy, avec de nombreuses scènes de nu et d’érotisme, Yuki est avant tout élégante, en toute circonstances, y compris dans le carnage. Son surnom (qui se traduit en japonais par « princesse neige-carnage »), fait d’ailleurs référence au conte de Blanche-Neige. En dépit de sa nature violente, le personnage est vu à l’intérieur de son histoire comme une princesse. Des illustrations du manga sont souvent diffusées pour montrer le travail de Kamimura, qui, rappelons-le, est réputé pour sa peinture de la féminité.





Le style « estampe » de Kamimura


Kazuo Kamimura est un auteur qui jouit d’une grande réputation « d’artiste », dans le sens « dessinateur », au Japon. Il est notamment reconnu pour son style graphique qui se rapproche des estampes traditionnelles. On le voit très bien dans Lady Snowblood. La composition des cases laisse une place à un superbe travail sur le noir et blanc. Les traits de pinceaux sont fins, plutôt nerveux pour donner un aspect tranchant au récit. Contrairement à un certain nombre des œuvres maintsream de l’époque, le style de Kamimura possède toujours sa singularité, dans le regard de ses héros et héroïnes, et dans le découpage, peu commun. Kamimura préfère de vastes cases aériennes à un carcan de petites cases rigides, ce qui rend la lecture d’ailleurs particulièrement agréable.


Japon du XIXème siècle, lames et hémoglobine


L’action du manga se déroule au XIXème siècle. On retrouve tous les éléments des décors, aussi bien d’un point de vue architectural que politique et social. Plusieurs chapitres font état de la politique menée par les dirigeants japonais de l’époque. L’un fait même allusion à la présence d’occidentaux. Le XIXème siècle est probablement une période charnière pour le Japon, qui sortait de siècles de fermeture. Les échanges avec l’extérieur commençaient à se développer, mais le pays restait très conservateur et violent.

La violence est une composante importante du manga, jusque dans son esthétique, en particulier la « danse » de Yuki dans ses exécutions. Le sang coule à flot après ses mouvements de lames, et donnent à l’intrigue un caractère sans concession. Nul doute que le manga est reconnu pour cet élément, puisque le réalisateur Quentin Tarantino s’est inspiré de Lady Snowblood (plus exactement des films adaptés du manga) pour son film Kill Bill Volume 1. Comme dit plus haut, le dessin de Kamimura est espacé et aérien, et d’autant plus propice aux scènes de sabres.





La délicatesse dans la simplicité


En bref, le dessin de Kamimura n’est pas chargé, légèrement crayonné et dynamique. C’est ce qui fait son charme. Finalement, on pourrait comparer le trait du dessinateur au vent : jamais statique dans le choix des angles de vue, parfois étourdissant, avec les lames de Lady Snowblood qui pleuvent et s’abattent sur ses ennemis, le rythme graphique du manga est quelque peu étourdissant. Rares sont les cases détaillées, il n’en existe pour ainsi dire aucune. Le dessin du manga s’apprécie dans son ensemble, dans sa cohérence avec ce que le scénario souhaite raconter. C’est là qu’on reconnait les vrais artistes, comme Kazuo Kamimura. Bien que décédé en 1986, et totalement inconnu dans nos contrées l’époque, il est reconnu chez nous comme un grand mangaka et un grand dessinateur, un professionnel qui « pense » son art. Même si le vintage ne fait pas les beaux jours de nos éditeurs, son travail devait nous parvenir à un moment ou un autre. Le trait de Kamimura, même lorsqu’il décrit des accès de violence, est délicat, quand bien même Kazuo Koike est présent en tant que scénariste et qu’il tend à décrire la crasse humaine.
  
  
  


© by KAMIMURA Kazuo

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News