La politique, un sujet trop sensible ? - Actualité manga
Dossier manga - La politique, un sujet trop sensible ?
Sommaire

Publié le Vendredi, 20 March 2020


« King's Maker » ou comment parler de la décadence d'un royaume


Depuis le temps... Depuis le temps que je voulais parler de cette série!!! Je peux vous dire que quand je l'ai vu débarquer sur le catalogue Delitoon, j'ai sauté de joie, car voilà un webtoon qui sort un peu des codes auquel Delitoon nous a habitué avec sa sélection. Je ne vais pas dire que c'est de leur faute, car clairement, je pense qu'ils suivent les tendances, et qu'ils continuent de licencier ce qu'il se vend (donc du BL et de l'« isekai à la coréenne »). Mais King's Maker sort de ces carcans, sans trop en sortir. En effet, nous avons affaire à un webtoon qui se passe dans un monde de fantasy (genre ultra présent dans les « isekais à la coréenne »), et c'est un BL. Mais les similitudes s'arrêtent là, car tout de suite, l'histoire va nous plonger dans quelque chose de bien plus profond, sordide.

Attention, alerte spoilers : à partir de maintenant, je vais parler de toute la partie 1 de ce webtoon, qui est sorti il y a plusieurs années de cela en anglais sur le site Lezhin. Je vais me baser sur la version anglaise, plus avancé d'une dizaine de chapitres que la version française. Je vous conseille soit de lire la version anglaise avant de lire cette partie, soit de la lire dans quelques semaines, soit... De vous faire spoiler allégrement. A vous de choisir, mais en tout cas vous voilà prévenu !


  


« King's Maker » nous raconte l'histoire d'un royaume qui se délite de l'intérieur. Nous suivons deux jeunes garçons, Wolfgang Goldenleonard, la quatrième prince du du roi qui a vu sa mère mourir dans un incendie et qui n'a qu'un objectif : se venger de son « père ». Le deuxième est un des « favoris » du roi, Soohyuk, fils d'un ministre et pourtant choisi pour être une des possessions de Sa Majesté . Le premier va rencontrer le second un peu par hasard, il va être irrémédiablement attiré par lui et va chercher inlassablement son amitié. Soohyuk va finir par l'accepter, voyant en lui une manière de se libérer de sa condition. Au fur et à mesure, un lien très fort va se nouer entre les deux garçons et les amener à se battre contre leur destin respectifs...

Bon, je pense que vous vous doutez de ce dont on va parler aujourd'hui. Je pense que ceux qui auront lu ne serait-ce que les chapitres gratuits en français auront compris quel va être le sous texte absolument dégoûtant de cette série. Et oui, on va parler de pédophilie et de meurtre à tout va. Préparez les bassines, car je pense que vous aurez quelques hauts le cœur.

Je vous rassure néanmoins : tout est sous-entendu, surtout visuellement. Vous n'aurez aucune scène explicite de viol, ni de meurtre. Mais les sous-entendus sont quand même assez explicites pour que vous ayez, à chaque chapitre, envie de mettre quelques pains à ce roi. Si je devais comparé, je dirais que j'ai eu cette même sensation de dégoût en regardant le film coréen « Silenced » avec Gong Yoo, une adaptation d'un roman écrit par Gong Ji Yong, mais surtout l'histoire vraie d'une école de campagne pour les enfants sourds dans laquelle les directeurs et professeurs abusaient des enfants. Là encore, dans ce film, rien n'était montré de manière explicite, mais quelques scènes étaient malgré tout très fortes, au point que j'ai du m'y reprendre à deux fois pour le voir. Et la fin est révoltante, heureusement que le film a permis de rouvrir cette affaire.

Car notre bon roi est un homme qui aime coucher avec tout le monde. Et l'âge n'est pas une barrière, au contraire. Après avoir causé la mort d'un jeune garçon avec ses pratiques sexuelles déviantes, il va en venir à se constituer un harem dit « intouchable » de jeunes garçons, orphelins pour la plupart. Mais des fois, il en picore quelques uns parmi les enfants de la noblesse. Sa règle est de ne pas les toucher avant leur quinze ans.

On parle ici d'un roi qui a toujours vu tous ses désirs exaucés. De plus, il était quasiment intouchables grâce à sa protection divine, représenté par sa chevelure dorée. En effet, si quelqu'un essaye de l'empoisonner, la protection s'active et le soigne, et ses cheveux reprennent alors une couleur plus sombre, le temps que celle-ci revienne. De ce fait, son rapport à la réalité s'est de plus en plus délité, il a fini par sombrer dans une simple vie où il assouvit ses désirs les plus vils. Le pire étant que la noblesse entourant ce roi continue de le « soutenir », se satisfaisant que les « jouets » du roi ne concernent pas leurs enfants, ou simplement qu'ils soient protégés jusqu'à leur quinze ans. Enfin, jusqu'au meurtre qui marque le basculement à la fin de la saison 1. Nos deux personnages principaux sont maintenant quasiment adultes. Le royaume accueille des princes qui viennent d'autres contrées, notamment le cinquième prince. Un jeune prince très innocent, qui idolâtre son père et ses frères, et qui va rapidement s'amouracher de Wolfgang. Sauf que son serviteur  va vouloir le protéger de la noirceur du royaume, et venger les enfants qui ont été victimes des caprices tordus du roi. Il tentera de le tuer, et c'est lui qui finira avec la tête au bout d'une pique. Le cinquième prince, un peu perdu, tentera d'aller voir son père, se cachera dans sa chambre, et il assistera à une scène d'horreur. Son père est avachi avec un verre à la main, et il assiste à la mort d'un de ses « garçons », qui est attaqué par un de ses chiens. Le roi surprendra son fils dans le placard et sera pris d'un accès de colère. Terrorisé, le cinquième prince voudra s'enfuir, et il tombera malheureusement par la fenêtre. Ce jeune prince était un fils du roi, son sang de son sang, normalement intouchable. Et il avait moins de quinze ans. Il deviendra le symbole d'un point de rupture, d'une prise de conscience des nobles. Ce roi qui se permettait tout, avait tout de même quelques règles « étiques ». Et il venait de les transgresser devant tout le monde.





Cette série, en tout cas la première saison, est l'exemple parfait d'une société décadente, à bout de souffle. D'une société où la communication est rompue entre les puissants et ceux d'en dessous, où la société entre en crise et il suffit d'une étincelle pour que tout flambe. On a connu ça pour la révolution de 1789, et tant d'autres depuis... Reste juste à savoir si la crise amènera à un renouveau meilleur, ou pire. Et ça, ce sera à ceux qui ont allumer la mèche de le décider, et la frontière est bien mince entre les deux. Car en temps d'instabilité politique, tout peut arriver...
  
  



Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News