Dossier manga - La Colline aux coquelicots

Reader Rating 14.50 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 28 November 2013


Présentation

 
 
Fiche technique
La colline aux coquelicots (コクリコ坂から) est un film du réalisateur Goro Miyazaki, le fils d’Hayao Miyazaki. Le 16 juillet 2011, le studio Ghibli sort le film au Japon, et l’accueil est plutôt bon, tant au niveau presse qu’au niveau du public. En France, le film sort un an plus tard, réjouissant les fans de Ghibli. Évidemment, différentes versions sont désormais disponibles (Blu-Ray, version collector, …).

A noter que ce film est tiré d’un shojo né au tout début des années 1980. Au scénario, Tetsuro Sayama et au dessin, Chizuru Takahashi. Ce shojo a été édité par Kôdansha, puis remis au goût du jour par Kadokawa Shoten après une prépublication dans le magazine Nakayoshi. En France, c’est bien évidemment Delcourt qui se charge de nous livrer le manga en janvier 2012.

L’histoire du film, c’est tout d’abord Hayao Miyazaki qui tombe sur le manga appartenant à ses nièces. Puis son fils, qui est également séduit. Mais l’un et l’autre ne pensent pas pouvoir adapter le manga en film, et puis après quelques expériences du studio, Hayao Miyazaki défend ce projet et décide de le produire. Mais Toshio Suzuki, producteur du studio, décide de confier la mise en scène de ce nouveau film à Goro Miyazaki, qui n’avait pas pu se lancer depuis 2006 et ses Contes de Terremer. Suzuki décide de laisser l’écriture du scénario à Miyazaki père, et le fils va simplement se charger de donner vie aux personnages déjà écrits. Le mythe du studio a mis sa petite touche à l’histoire originale, reculant la période où se place l’histoire. Non plus en 1980 mais en 1963.

C’est la première véritable collaboration entre le père et le fils. Sur les Contes de Terremer, ils ne s’étaient pas adressé la parole durant toute la production.
 
  

Résumé
En 1963, Yokohama. Umi est une lycéenne qui habite dans une immense maison au sommet d’une colline surplombant la mer. En plus de s’occuper des courses, de la cuisine, du ménage et de la lessive pour sa grand-mère qui l’héberge dans sa maison qui accueille aussi des étudiantes ou femmes actives louant une chambre, Umi va en cours. Elle doit donc gérer la maison et ses études dans le même temps. En plus de ça, tous les matins elle hisse deux pavillons au mat dans le jardin, en hommage à son père disparu en mer. Elle lance ce message dans le silence de la baie au petit matin, comme un rituel sacré et nostalgique. Un matin en arrivant en cours, Umi découvre même qu’un article a été écrit sur son habitude matinale dans le journal du lycée. Elle va par hasard plonger au cœur de la rédaction de ce journal, au cœur d’un foyer étudiant qui rassemble des dizaines de clubs, et le cœur de la vie étudiante japonaise des années 60. Dans cette ambiance traditionnelle mais en plein cœur de changement, Umi va rencontrer Shun, un étudiant qui va changer son quotidien.


Réalisateur
Goro Miyazaki est né à Tokyo en 1967. Après avoir obtenu son diplôme de l’école d’Agriculture et des Sciences de la Forêt de l’Université́ de Shinshu, il a été́ consultant en construction et a pris part à plusieurs projets d’architecture paysagère ainsi qu’à la conception de parcs et d’espaces boisés urbains. Fils du célèbre réalisateur Hayao Miyazaki, il ne se convertit que tard au film d'animation et a, pendant longtemps, refusé de suivre les traces de son père.


Il se laisse cependant persuader par le producteur Toshio Suzuki d'entreprendre la conception du Musée Ghibli, à Mitaka, dont il a été́ directeur général de 2001 à juin 2005. En 2004, il a reçu le Prix d’encouragement artistique pour les jeunes artistes du Ministère de l’Éducation japonais dans le secteur de la promotion des arts.

Goro Miyazaki se retrouve ainsi impliqué dans le studio qui lui demande d'écrire le story-board du film d'animation Les Contes de Terremer en 2006 en s'inspirant de l'œuvre de Ursula Le Guin. Convaincu par sa prestation, Suzuki le désigne pour réaliser le film. Malgré son manque d'expérience et les réticences de son père, Goro Miyazaki se lance dans ce projet, déterminé à le mener à bien. Père et fils restent en froid durant la réalisation du film mais lors de sa première projection, Hayao Miyazaki est présent et donne son approbation…

La colline aux coquelicots est son deuxième long métrage, cinq ans plus tard.



Personnages

Umi Komatsuzaki



A 16 ans, Umi est une lycéenne débrouillarde et très bien organisée. Elle s’occupe presque à plein temps du pensionnat dirigé par sa grand-mère. Courses, cuisine, ménage, lessive … La journée, elle est remplacée par la femme de ménage employée par sa grand-mère, mais en dehors de ses cours elle fait tout. Parfaite femme à marier, elle aspire pourtant à d’autres ambitions. Elle se verrait bien médecin, comme son grand-père. En tout cas, la jeune fille a clairement plus de jugeote qu’une future mère au foyer. Rien à voir avec sa petite sœur, bien plus légère et nonchalante. Rapidement, Umi découvre le Quartier Latin et sa richesse. Embarquée malgré elle dans un des clubs, celui du journal du lycée, elle va voir de l’intérieur la souffrance des associations et de la vie étudiante japonaise. C’est grâce à elle et à sa détermination que le Quartier Latin sera sauvé, et son caractère et sa force d’esprit vont la mener à découvrir un secret entourant sa naissance et le passé de Shun. Umi n’a aucune aspiration à séduire ou à plaire aux autres. Elle reste entière, forte et fidèle à ses valeurs.


Shun Kazama



C’est la star du lycée. Il est beau, sportif, téméraire, et surtout il est ancré dans le Quartier Latin et réalise le journal du lycée avec notamment des informations pour les partiels, ou ce genre de choses. C’est aussi un grand rêveur, de ceux qui peuvent disserter pendant des heures sur l’importance de son Quartier Latin. Il le défend avec véhémence, avec force. Mais les actions concrètes, c’est autre chose. Il aura besoin du point de vue très concret et pragmatique d’Umi pour mener la petite révolution étudiante. Cet idéaliste est malgré tout ouvert au changement, et face aux secrets de son passé, il finira par écouter Umi et les révélations qu’elle a à lui faire. Même si ça lui prendra du temps. Il est maladroit, simple, direct et incapable d’hypocrisie.
 
 

© 2011 Chizuru Takahashi · Tetsuro Sayama · GNDHDDT

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News