Ippo - Actualité manga
Dossier manga - Ippo

Reader Rating 19.50 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 08 April 2010


Bonus

   

Le « Dynamite punch » en action

Première saison – the fighting
Réalisateur: NISHIMURA Satoshi (trigun) ; Chara Designer: SUGIURA Kôji (direction de l’animation sur FullMetal Alchemist) ; Compositeur: IMAHORI Tsuneo (trigun) ; Animation: Madhouse ; Nombre d’épisodes: 76 (terminé)
Hajme no Ippo est aussi réputé pour sa version animée. Ces 76 épisodes retracent les trente premiers volumes du manga d’une manière plutôt fidèle. La série est de bonne facture, l’animation est très bonne, et cette adaptation apporte réellement quelque chose aux affrontements du manga. Les musiques sont également très agréables à écouter, et renforcent encore l’émotion ressentie à la lecture du combat dans le manga, particulièrement le combat final contre Sendo.
Bref, une adaptation à la hauteur pour cette excellente série. Cette première saison est la seule à avoir été éditée en France, par l'éditeur Kero Video à partir de mai 2006. Une intégrale est également sortie en octobre 2009.
 

OAV : Mashiba vs Kimura (2003) et Champion Road (2003)
Ces deux OAV de respectivement 60 min. et 90 min. poursuivent là où la première série s’est arrêtée, et mettent en scène deux combats d’importance dans le manga.
Mashiba vs Kimura met bien évidemment à l’honneur Kimura, qui se voit enfin donner la chance d’atteindre le titre de meilleur poids léger du Japon. Cependant, son adversaire est le terrible Mashiba, un champion redoutable et terrifiant, et qui après ce combat, prévoit de viser un titre mondial. On assiste ainsi aux doutes de Kimura face à ses capacités et à sa force, et à tout le cheminement qui le mènera à entrer sur le ring dans les meilleures conditions pour la plus grande chance de sa vie. Un évènement à suivre dans la deuxième saison d’Ippo, bien évidemment.

Champion Road de son côté nous narre la première défense de titre de Ippo en tant que champion. Un évènement déjà oppressant et stressant en soi, mais qui le mettra en plus face à un terrible adversaire, ancien champion catégorie poids léger du nom de Sanada, qui avait arrêté la boxe pour se consacrer à ses études de médecine. Mais il est aujourd’hui bien décidé de se remettre à la compétition, et sa première victime pourrait bien être Ippo… En cerise sur le gâteau, sa relation avec Kumi n’est pas au beau fixe… Le jeune champion parviendra-t-il à prendre conscience du pouvoir de ses poings et de sa position de champion pour surmonter ses épreuves ? À découvrir à nouveau en manga dans la deuxième saison, en vente prochainement.

Deuxième saison – new challenger
Réalisateur: Shishido Jun ; Chara Designer: Sugiura Kôji ; Compositeur: Hirano Yoshihisa ; Animation: Madhouse ; Nombre d’épisodes: 26 (terminé)
Étant donné le succès de la première saison en animé, il aurait été étonnant que ne paraisse pas la suite des aventures d’Ippo. Cette adaptation est toujours de très bonne facture, et fidèle à la version papier. Elle nous mènera au fil des épisodes à suivre nos boxeurs sur la route vers le sommet, jusqu’à l’apothéose du combat pour le titre mondial de Takamura. À découvrir à nouveau prochainement en manga.
Il semblerait qu’une saison 3 soit prévue également, mais pas plus d’infos pour l’instant.
  
  

Petite introduction historique à la boxe dans le monde réel

     
Tenter de résumer plus d’un siècle d’histoire de la boxe en quelques lignes est illusoire. De plus, tout le monde connait plus ou moins ses caractéristiques et le jargon qui lui est associé. L’expression « on ne frappe pas un homme à terre » vient d’ailleurs d’une des règles fondamentales édictées par le marquis de Queensberry. La série des films « Rocky » a également largement répandu les différentes techniques d’entraînement usitées par les boxeurs. Ensuite, le manga Ippo est aussi une invitation à s’intéresser à ce monde par soi-même, en nous donnant quelques bases, et en nous faisant découvrir son histoire par quelques anecdotes. Et l’auteur étant un passionné de boxe, possédant même son propre club, il me semble qu’on puisse se fier à sa description sans se faire trop de soucis.
Voici donc simplement quelques petits faits sur la boxe, histoire de vous mettre en bouche si vous décidez de vous y intéresser plus en profondeur :
L’histoire de la boxe anglaise (pour la distinguer de la boxe française et thaïlandaise) remonte au XVIIIème siècle. Au début, les rencontres étaient organisées par des parieurs, en s’inspirant des règles du pugilat antique, et se pratiquaient à mains nues. Les accidents et les tragédies étaient par conséquent fréquents. Les codes de la boxe actuelle ont été édités en 1865 par le journaliste John Graham Chambers. Il se base sur les 16 règles édictées par le marquis de Queensberry 9ème du nom, consistant en 16 règles, toujours en vigueur aujourd’hui. Elles furent rendues officielles en 1891. Le port de gants devint obligatoire, et il est interdit de frapper l’adversaire une fois que celui était à terre. La limite du ring fut fixée, et une durée de rounds fut établie, ainsi qu’un temps de repos entre chaque intervalle.

Il existe de nombreuses ligues professionnelles auxquels les boxeurs peuvent prendre part, et il peut donc y avoir plusieurs champions du monde dans une même catégorie. On trouve ainsi la WBA (World Boxing Association), la WBC (World Boxing Council), l’IBF (International Boxing Federation) et la WBO (World Boxing Organization).
 
Il existe 17 catégories de poids en boxe professionnelle: inférieur à 47,128 kg (105 livres) = poids pailles ; entre 47,128 et 48,988 kg (108 livres) = poids mi-mouches ; entre 48,988 et 50,802 kg (112 livres) = poids mouches ; entre 48,988 et 52,163 kg (115 livres) : poids super mouches ; entre 50,802 et 53,525 kg (118 livres) = poids coqs ; entre 53,525 et 55,338 kg (122 livres) = poids super coqs ; entre 55,338 et 57,152 kg (126 livres) = poids plumes ; entre 57,152 et 58,967 kg (130 livres) = poids super plumes ; entre 58,967 et 61,237 kg (135 livres) = poids légers ; entre 61,237 et 63,503 kg (140 livres) = poids super légers ; entre 63,503 et 66,678 kg (147 livres) = poids welters ou mi-moyens ou mi-moyens ; entre 66,678 et 69,853 kg (154 livres) = poids super welters ou super mi-moyens ; ou super mi-moyens ; entre 69,853 et 72,574 kg (160 livres) = poids moyens ; entre 72,574 et 76,205 kg (168 livres) = poids super moyens ; entre 76,205 et 79,378 kg (175 livres) = poids mi lourds ; entre 79,378 et 90,719 kg (200 livres) poids lourd léger ; plus de 90,719 kg = poids lourds


Noms célèbres
L’histoire de la boxe est longue, et beaucoup de grands noms, familiers même à des gens qui n’y connaissent rien à ce sport, ont marqué l’histoire. En tant que titre référence dans le domaine, George Morikawa parsème sa série de noms bien connus, et incontournables quand on aborde le sujet. La liste étant très longue, il est impossible d’être exhaustif. De plus chacun a marqué l’histoire à sa manière, et leur histoire peut être très longue. Nous nous contenterons de ceux qui tiennent un grand rôle dans les techniques maîtrisées par les boxeurs dans Ippo, ou qui servent de modèles à leur style. 

Mike Tyson: à tout seigneur, tout honneur, on commencera avec le modèle d’Ippo. Du moins au niveau de la technique, le jeune garçon du manga étant à cent lieues de la personnalité de celui qu’on a surnommé « the baddest man on the planet ». Né à Brooklyn le 30 juin 1966, classé dans la catégorie poids lourd, il est devenu à vingt ans le plus jeune champion du monde. Il unifiera par la suite les titres WBC et WBA. Son palmarès est de 58 combats, 50 victoires, 44 K.-O. Ippo lui empruntera ses déplacements, sa progression au corps-à-corps, et son style peek-a-boo. Il a aussi probablement inspiré le personnage de Takamura, car lui aussi a remporté tous ses premiers combats par K.-O. au premier round.

Jack Dempsey: indissociable du personnage d’Ippo, c’est de ce champion poids lourds dans les années 1920 qu’il héritera sa technique mortelle, le dempsey roll. Né le 24 juin 1895 et mort en 1983, il était champion du monde de 1919 à 1926. Surnommé « le tueur de Manassa », son palmarès est de 83 combats, 66 victoires, 51 K.-O.

Rocky Marciano: le grand modèle de Sendo. Né le 1er septembre 1923 et mort le 31 août 1969, il est le premier blanc à reprendre le titre poids lourds aux afro-américains en 1952, titre qu’il conservera jusqu’en 1956. Boxeur invaincu durant sa carrière, il totalise 49 combats, dont évidemment 49 victoires, avec 43 K.-O. Voilà de quoi impressionner. Il a également servi de modèle à Sylvester Stallone pour le personnage de la série de films « Rocky ».

Thomas Hearn: le champion au style « hitman » et aux flicker Jab, la redoutable technique de Mashiba. Il est devenu champion du monde dans cinq catégories de poids : poids welters WBA, super welters WBC, mi-lourds WBC et WBA, poids moyens WBC et poids super moyens WBO.

Et la liste est encore longue, très longue… Rien que dans les trente tome du titre, Morikawa fait référence à une vingtaine de boxeurs, comme Mohamed Ali bien entendu (dont un film a été réalisé, avec Will Smith incarnant Ali), Sugar Ray Leonard, Eder Joffre, Floyd Patterson… Il est impossible d’être exhaustif, et chacun d’entre eux réclamerait quasiment un dossier. Si vous êtes intéressé, n’hésitez donc pas à fouiller le net ou les ouvrages consacrés, afin de mieux connaître les grands noms qui ont marqué la boxe.
      
     

   
   
  

Avant que le gong sonne…

Pour savoir si un manga de sport est réussi, il existe un test très simple : après la lecture de quelques volumes, a-t-on envie de s’intéresser au sport traité dans le manga, voire de s’y essayer ? Si la réponse est oui, la série a atteint son but, et s’impose comme un excellent titre du genre, c’est aussi simple que cela. Si l’auteur réussit à transmettre sa passion à travers sa narration, c’est qu’il a su y mettre suffisamment d’émotions, nous présenter les aspects complexes de manière suffisamment simple pour qu’un débutant puisse pénétrer en douceur dans cet univers, sans se sentir perdu, et faire ressentir toute l’intensité des matchs. Et c’est bien le cas dans Ippo. Mais au-delà de l’aspect sportif, il s’agit d’une série très humaine et drôle, aux personnages variés et bien construits, et avec un héros franchement sympathique et attachant. Associé à un schéma répétitif, mais dynamique et qui se renouvelle en permanence, en plus de développer ses acteurs, Ippo est sans conteste une excellente série sportive, et une excellente série tout court. Avec une telle qualité de narration et une telle intensité lors des combats, qui ne s’éternisent jamais, impossible de passer à côté si on est fan du genre. Ne vous laissez donc pas influencer par la longueur de la série et cette fameuse possibilité d’arrêt en cas de ventes insuffisantes. Ne pas participer au support de la série revient à diminuer ses chances un peu plus de ne pas arriver au bout de la publication.
Les places pour la troisième salve de combats des champions et de leurs challengers ont été lancées en juin 2012. Et les précédents combats sont évidemment encore disponibles dans toutes les bonnes boutiques si vous devez rattraper votre retard. Donc, si vous vous sentez prêt à relever le défi de la défense suprême, n’hésitez pas à enfiler vos gants et à prendre votre destin de boxeur en main... du moins si vous avez la rage de vaincre !
   
 
Sources:
Hajime no Ippo.net
Wikipedia
Animeland N°111 (mai 2005)
  
Dossier réalisé par Sorrow
Mise en ligne le 09/04/2010.
Mise à jour le 19/07/2012.
(c)
      
     
      
Fiche de la série: Ippo
Fiche de la série VO: Hajime no Ippo vo
Fiche de l'auteur: George Morikawa

© George Morikawa / Kodansha Co. Ltd.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News