GTO - Actualité manga
Dossier manga - GTO

Reader Rating 16 /20

Sommaire

Publié le Lundi, 07 April 2008


Le portrait implacable d'une société japonaise en perdition


Derrière tout l'aspect humoristique de GTO se cache la critique d'une société nippone en plein mal-être social. Par de multiples thématiques, l'auteur dénonce en effet quelques aspects représentatifs de cette société qui ne va pas si bien qu'il n'y paraît.

Tout d'abord, le personnage décalé incarné par Onizuka, met en exergue tout l'aspect conformiste de la société japonaise, noyée dans sa politesse exacerbée et ses traditions pesantes. Dans le manga, c'est le sous-directeur Uchiyamada qui incarne ce côté réactionnaire. On constate alors que c'est le plus farouche opposant de notre «great teacher», car pour lui ce dernier incarne le «péril jeune», sans foi ni loi. Cette dualité, tout en revêtant un caractère humoristique indéniable, met aussi en avant les excès de ces deux modes de vie opposés.

Ensuite, Tôru Fujisawa se veut le portraitiste d'une société bipolaire, dans laquelle se trouve d'un côté les intégrés qui jouissent du confort et de l'emploi, et de l'autre les «exclus» qui sont rejetés ou totalement ignorés. Ainsi GTO est pour l'auteur l'occasion de faire plonger son lecteur dans certains milieux considérés comme marginaux.




Enfin, la thématique qui est indéniablement la plus importante à l'auteur, tant son traitement dans GTO est important, est celle qui montre les dysfonctionnements du système scolaire japonais, et plus particulièrement ses effets néfastes sur la jeunesse.

C'est pourquoi l'auteur aborde dans son récit une multitude d'aspects qui caractérisent ce malaise scolaire.

On retrouve ainsi le problème des «Ijime». Ces derniers sont les souffre-douleur du reste de la classe et subissent brimades et humiliations. L'Ijime de la classe d'Onizuka est Noburu Yoshiwaka. Ne s'inscrivant pas dans cette dynamique de groupe à cause de son caractère timoré et solitaire, il subissait constamment les vexations de ses camarades, tant et si bien qu'il pensa au suicide. Heureusement, notre professeur lui vint en aide.
GTO s'intéresse également à la pression violente du système scolaire japonais à deux vitesses, qui tend à encourager et à protéger les plus doués et à exclure ceux qui rencontrent des difficultés.
Cette pression peut aboutir à plusieurs effets négatifs comme le suicide, la délinquance, l'exclusion... Tous seront traités dans GTO. Onizuka devra ainsi venir en aide à plusieurs élèves en marge du système, comme Urumi Kanzaki. Cette jolie collégienne, surdouée et en manque de repères, incarne à elle toute seule toute cette pression étouffante. Bien heureusement, Eikichi la réintégrera au système scolaire petit à petit.




Un petit mot sur les dessins

  
Il y a matière à critiquer le style graphique de Tôru Fujisawa, tant il peut rebuter. Les dessins sont parfois assez moches et ont un petit côté brouillon déplaisant. Il n'empêche qu'ils sont très expressifs et servent à la perfection l'humour omniprésent dans GTO. En effet l'auteur n'a pas son pareil pour donner des mimiques hilarantes à son héros. On peut également noter l'aspect très fouillé des arrière-plans, qui regorgent parfois d'innombrables détails. Il ne faut donc surtout pas se décourager par les dessins, car il est indéniable qu'on finit par s'y habituer et même les apprécier tant ils servent l'histoire.


 
      

© Tôru Fujisawa / Kodansha Ltd. / Pika Edition

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News