Dossier manga - Detroit Metal City

Reader Rating 18.50 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 12 June 2009


Une immersion dans le monde de la musique

  
Dans Detroit Metal City, en plus des tribulations personnelles de Sôichi, nous suivons l'évolution du groupe DMC sur la scène indépendante. Beaucoup d'aspects relatifs au show-business sont donc abordés. Dans un premier temps, il faut reconnaître que Kiminori Wakasugi force parfois un peu le trait et n'hésite pas à utiliser la caricature. L'exemple flagrant de cet état de fait reste le manager du groupe DMC, que Krauser, Jagi et Camus appellent affectueusement "la boss". Cette femme à poigne, qui symbolise à la perfection l'image de l'agent tyrannique, n'hésite pas à brutaliser notre héros et à s'immiscer dans sa vie privée pour faire de lui un véritable metalleux. Nous sommes bel et bien dans la caricature, mais dans ce contexte l'auteur se sert certainement de cela pour mieux dénoncer certains travers du milieu musical...
Dans le début du deuxième tome, l'auteur dénonce avec un peu plus de sérieux la mainmise que peut exercer un manager sur le groupe dont il a la charge. Ainsi les Kintama girls, un groupe de filles appartenant à la mouvance punk, décident de s'attaquer à DMC, via l'une de leur chanson et sous les directives de leur manager, non pas par rivalité artistique, mais bel et bien pour réaliser un excellent plan com'. Comme le suggère l'auteur, l'argent prend parfois le pas sur la musique...




L'autre aspect dont se moque Wakasugi et qui fait partie à part entière du monde de la musique est le milieu des fans. Dans le titre qui nous intéresse, les fans de DMC sont pour la plupart de véritables psychopathes, qui vouent un culte sans bornes à leur groupe préféré. Pour eux, Krauser est la réincarnation de Satan, voire Satan lui-même. En conséquence, toutes les actions du frontman, même les plus anodines, ont un sens particulier. C'est ainsi que dans le deuxième tome, à la fin d'une représentation, une simple phrase de Krauser; "Lorsque la colonne de métal s'élancera à l'assaut de la pleine lune, scandez mon nom et je surgirai"; finira par provoquer un mouvement de foule au pied de la Tokyo tower, tout en créant un gros buzz sur internet! En définitive, les fans de DMC, avec leurs réactions souvent surréalistes, passent réellement pour des idiots tout au long du manga... on en redemande!
 
Enfin, force est de constater que l'auteur arrive à bien retranscrire l'ambiance survoltée qui peut régner durant un concert, et plus encore lorsque ce dernier est un concert de Metal. Même si les graphismes ne sont pas exceptionnels, un certain dynamisme arrive à se propager jusqu'au lecteur, qui finit lui aussi par succomber à l'atmosphère endiablée du show!
          


DETROIT METAL CITY © 2006 by Kiminori Wakasugi / HAKUSENSHA, INC.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News