Bilan Manga-News 2011 - Partie 1 - Actualité manga
Dossier manga - Bilan Manga-News 2011 - Partie 1

Reader Rating 18.50 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 26 January 2012


1. Le Manga en 2011 au Japon

  
   

11 mars 2011 – Quand tout a changé

  

Rappel des faits

 
Bien évidemment, il apparait comme impossible de ne pas entamer ce bilan, et plus particulièrement cette partie centrée sur la Japon, sans évoquer le terrible séisme du 11 mars 2011 qui aura secoué le Japon mais aussi le reste de la Terre tant la catastrophe aura marqué les esprits et se sera étendue bien au delà de la "simple" secousse sismique.

Le tremblement de terre s'est donc produit à 14h46, heure locale, sur la côte Pacifique du Tohoku. On se trouve donc ici à l'Est du Japon, à 130 km de Sendai (ville se situant à environ 300 km de Tokyo). L'amplitude du séisme est de magnitude 9.0 sur l'échelle de Richter. Quand on sait que le plus important tremblement de terre jamais enregistré (celui du Chili en 1960) se situe quant à lui à 9,5, on se rend d'autant mieux compte combien celui qui frappa en mars de l'année dernière fut dévastateur. Le tsunami qui suivit aura ravagé pratiquement 600 km de côtes et se sera enfoncé jusqu'à 10 km à l'intérieur des terres, détruisant bien entendu tout ce qui se trouvait sur son passage. Et, comme si cela ne suffisait pas, il a fallu que celui-ci rencontre sur sa route la désormais fameuse centrale nucléaire de Fukushima, ce qui va entrainer l'un des plus terribles accidents nucléaires de l'histoire (on se situe ici au niveau 7 sur l'échelle INES, ce qui équivaut à l'accident de Tchernobyl).

Il faut également savoir que cette terrible secousse, due au glissement d'une faille inverse d'une dizaine de mètres ne fut pas la seule, et que de nombreuses autres ont suivi dans les jours qui suivirent mais aussi que quelques unes ont précédé le tremblement principal. En effet, c'est dès le 9 mars que la terre a tremblé une première fois (on est alors face à une secousse de 7,2).
 
 
  
  
 

Les conséquences globales


Le bilan humain qui ressort de ce séisme est tout simplement glaçant. Près de 16000 morts, 6000 blessés et plus de 4000 disparus sont recensés. Et on ne compte même pas le nombre de personnes ayant été contraintes de quitter leur foyer, rayé de la carte par la gigantesque vague qui aura tout englouti sur son passage. Et c'est d'ailleurs ce tsunami qui aura été terriblement meurtrier, bien plus que le tremblement de terre en lui-même car, rappelons-le, le Japon est particulièrement bien équipé en terme de bâtiments résistants aux secousses sismiques. En outre, les retombées de l'accident nucléaire ne tardent pas à se faire sentir. Plus de 100 000 personnes doivent ainsi être évacuées dans un rayon de 20 km autour de la centrale de Fukushima. Et ce n'est que le 30 septembre que l'avis d'évacuation effectif dans un rayon de 20 à 30 km de l'épicentre est levé.

Sur le plan économique, c'est une perte estimée par l'ONU à 210 milliards de dollars qui est à déplorer et des réparations qui vont s'étendre des années durant sont à prévoir. La bourse quant à elle à pris un malin plaisir à jouer au yoyo et l'industrie du Japon dans son ensemble a, elle aussi, pris un sacré coup au passage, certaines entreprises étant notamment contraintes à cesser temporairement leurs activités ou à les limiter à leur strict minimum durant une période pouvant aller jusqu'à plusieurs semaines et doivent faire face à de nombreuses coupures de courant. L’électricité devra d'ailleurs être particulièrement économisée durant les jours et même les semaines qui suivront la catastrophe. Par extension, c'est bien entendu l'économie mondiale qui a reçu un choc de grande envergure suite à la tragédie.

Enfin, on peut difficilement occulter le débat sur le nucléaire qui a été relancé de plus belle, et de manière mondiale, suite aux évènements de Fukushima. Débat qui est toujours en cours et très loin d'avoir trouvé une conclusion...
 
 
   
  
 

Les conséquences sur le marché du manga

 
Inévitablement, le marché du manga a lui aussi été touché par les évènements qui ont frappé le Japon. Ainsi, certaines parutions ont été retardées de quelques semaines. On pense par exemple à Bleach, Naruto, Ikkitousen ou encore The Innocent. Autre fait marquant, l'absence du Shonen Jump dans les librairies le 28 mars. Ce dernier est reporté au lundi suivant. Il est à noter que c'est la toute première fois de son histoire que le magazine se voit retardé de la sorte. Les Young Jump et les Jump Sq subiront également un report dans leur sortie.

Du côté de l'animation, certaines diffusions ont assez logiquement été annulées ou reportées à une date ultérieure. On pense par exemple à Tokyo Magnitude 8.0 qui était justement rediffusé à cette époque. Le salon Tokyo Anime Fair, quant à lui, sera purement et simplement annulé du fait de la situation particulièrement instable que ce soit sur le plan de l’énergie ou de la sécurité.
En outre, et même si cela s'éloigne davantage du thème du manga, on se souviendra également que les économies d’électricité généralisées se seront étendues à certains jeux vidéo puisque les serveurs de Metal Gear Online et des MMORPGs Final Fantasy XI et XIV notamment ont été arrêtés durant une dizaine de jours.
 
 
  
 
 

Les réactions

 
Au delà des multiples collectes de fonds en tous genres qu'il serait impossible d’énumérer tant elles furent nombreuses, la réaction des mangaka ne s'est pas faite attendre. Nombre d'entre eux ont en effet réalisé une série de dessins accompagnés la plupart du temps de messages de soutien envers les victimes de la catastrophe. Parmi eux on peut citer les auteurs officiant dans le Jump via les pages du magazine, Moyoko Anno sur son blog personnel, Akira Toriyama sur le site du Jump, Naoki Urasawa ou encore Natsume Ono dans les pages du Morning. Takehiko Inoue a choisi Twitter pour réaliser un nombre impressionnant d'esquisses de visages souriants.

Le studio Ghibli s'est quant à lui positionné très clairement en défaveur de l'énergie nucléaire en clamant haut et fort qu'il ne comptait plus produire de films en y ayant recourt. Hayao Miyazaki en personne s'est d'ailleurs rendu dans les zones sinistrées accompagné d'Hideaki Anno quelques mois après la catastrophe afin de de faire part de son soutien à la population locale.
 
 
   
    
   

Le tonnerre gronde encore

  
Dans le bilan de l'année dernière, il était question des tentatives du gouvernement japonais de mettre en place une loi visant à interdire le lolicon et les manga à caractère pornographique jugés notamment trop extrêmes. Comme on pouvait s'y attendre, les choses se sont accélérées cette année. Ainsi, c'est en mai que la liste des premiers manga désormais interdits aux mineurs ou tout simplement retirés de la vente arrive.

En réaction à loi sur la protection de la jeunesse que soutient corps et âme son investigateur, le gouverneur de Tokyo Shintaro Ishihara, les éditeurs, évoquant depuis le départ leur mécontentement, ont décidé pour la plupart de boycotter le Tokyo Anime Fair et de créer leur propre festival, l'Anime Contents Expo. Ceci dit et comme déjà mentionné auparavant, les deux conventions seront finalement annulées suite au séisme du 11 mars. Et le mouvement initié par Ishihara semble faire des émules puisque quelques mois plus tard c'est le parti libéral démocrate qui y va de son petit projet de loi visant lui à rendre interdite et punissable la possession d'images pédopornographiques. Bref, cette histoire ne semble pas encore avoir trouvé son véritable dénouement et il y a fort à parier qu'elle continue en 2012!
   

 
 
Pour le reste, et sur une note plus légère (quoi que), on se souviendra également d'un certain Bokuman, cousin très rapproché de Bakuman réalisée par Shuho Sato et Ishiki Tokihiko qui n'appréciaient guère le dernier manga en date du duo Tsugumi Ohba / Takeshi Obata et voulaient proposer quelque chose de plus vraisemblable. Et voila le "réalisme" de Bakuman sérieusement remis en cause. Toutefois, le projet fût finalement de courte durée puisque la série sombrera dans les oubliettes après seulement 3 chapitres, Sato s'étant entre temps retiré de la série n'ayant pas la force de travailler sur deux oeuvres en même temps. Une tempête dans un verre d'eau, probablement, mais qui nous invite néanmoins à nous poser certaines questions sur le milieu dans lequel les mangaka doivent officier !
     
   

© 2012 Manga-news.com

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News