Dossier manga - Arms

Reader Rating 18 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 07 October 2010


Une série entre deux genres

 
Souvent considéré, à tort ou à raison, comme un successeur potentiel à Akira, la série aura pu décevoir un certain public avec une intrigue qui n'est pas comparable au talent de Katsushiro Otomo. Mais ce que beaucoup ont pu oublier, et l'éditeur Kana en tête, c'est que Arms n'est pas un seinen, mais un shonen. Naviguant entre ces deux genres, et en empruntant leurs différents codes, la série se cherche une place entre les deux univers. Distinguons alors ses différents traits de caractère.
   
   

De la force, encore et toujours

  
"Je ne laisserai personne se mettre en travers de mon chemin !"

Intéressons-nous alors aux caractères qui font la force de la plupart des séries pour adolescents, et dont Arms reprend beaucoup de codes, à commencer par son casting, évoqué précédemment. Pêle-mêle, nous avons donc Ryô, le héros au caractère passe-partout, son rival ténébreux Hayato, le gentil Takeshi, et du côté des filles, deux demoiselles au visage presque similaire, mais au caractère opposé : la souriante Katsumi et l'orgueilleuse Kei. La bande du quatuor n'a de cesse de grandir avec de nouveaux alliés, souvent issus d'anciens groupes ennemis. Le petit génie prétentieux Al Bowen apporte toute son intelligence au groupe ainsi que des explications scientifiques fort utiles, et enfin, Yugo Gilbert, la télépathe, permet de mettre en contact les différents héros par la pensée au cours de leurs affrontements. Tout ce petit monde trouve ainsi son rôle, en se complétant parfaitement, et la caméra se focalise tour à tour sur chacun d'entre eux. En revanche, leur progression est sans doute d'avantage psychologique que basée sur un rapport de force grandissant. Les personnages ne deviennent pas plus puissants au fil de l'aventure, mais parviennent en réalité à maitriser de mieux en mieux les capacités terrifiantes des créatures qu'ils hébergent.

L'histoire, quant à elle, poursuit une trame scénaristique plutôt linéaire, s'inscrivant dans cinq grandes parties, nommées "Révélations":
-L'Eveil (tomes 1 à 3) pose le bases de la série en racontant la rencontre des trois premiers Arms, des premiers combats face aux Egregoris ainsi que la révélation sur le secret de leur naissance.
-La Rencontre (tomes 4 à 7) fait entrer en scène Kei et les Bluemen, et offre des affrontements face à deux nouveaux groupes d'ennemis.
-Evolution (tomes 8 à 10)  marque l'arrivée des Arms sur le sol américain afin d'affronter les Egregoris sur leur propre terrain. Cette partie se déroule dans le désert de l'Arizona ainsi que dans le Grand Canyon.
-Alice (tomes 11 à 19) constitue la partie la plus imposante et la plus intense de la série. Situé au cœur de New York et de ses différents quartiers (Harlem, Manhattan,...), cet arc offre enfin toutes les réponses à nos questions, avant d'aller vers un assaut final contre les Egregoris des plus spectaculaires.
-Le Retour (tomes 19 à 22) offre un dernier arc alors que le monde semble redevenu en paix, l'action retournant au Japon pour cette conclusion.

Dès lors que nos héros ont pris conscience des pouvoirs qu'ils détiennent, et des différentes pressions qui planent sur leurs têtes, ils n'auront de cesse de foncer vers l'avant. Beaucoup de parties, presque indépendantes, et révélatrices de nombreux ennemis. Cet aspect bourrin et répétitif pourra être la cause de lassitude pour certains lecteurs. Les auteurs suivent en effet un canevas assez basique, notamment au cours des trois premières parties. Chaque adversaire aura une technique particulière afin de se démarquer, mais sera très vite dépassé par la toute puissance des Arms. Il s'ensuit alors deux voix suite à la reddition : soit rejoindre le groupe, soit se faire éliminer par un autre ennemi plus puissant ! Il faudra alors attendre l'arrivée des Keith pour casser ce rythme implacable.
      
     
   
     

La guerre vue par des yeux d'enfants


"Mes certitudes commencent à s'effondrer..."

Arms n'est pourtant pas à mettre entre toutes les mains. Violente, la série l'est assurément, et n'épargne rien des massacres que ces machines humanoïdes de combat peuvent générer. La narration de Ryôji Minagawa se veut très régulière, avec des cases bien droites et un rythme calme en apparence, pour offrir une certaine froideur à son récit. S'ancrant dans un univers contemporain réaliste, les différentes exactions des Egregoris ont de terribles répercussions. Dès le second tome, l'horreur de la guerre arrive au visage du lecteur, suite à un assaut explosif sur le lycée de Ryô. Les adolescents, et plus généralement, les enfants, sont très souvent mis en avant au cours de la série, offrant alors un contraste marquant entre leur regard innocent et l'horreur de ce monde. Comment oublier le désespoir de cette petite fille, lorsque son père se fait assassiner sous ses yeux lors de l'attaque de la ville d'Aisora par les Crimson Triad ? Comment oublier son regard noir, rempli de haine, lorsqu'elle retrouve l'un des leaders du groupe quelques épisodes plus tard ?  Point culminant de cette tension : le massacre du Grand Canyon, prenant littéralement aux tripes tandis que le temps se suspend, que le silence se fait durant un chapitre dépourvu du moindre phylactère. Devant tant de souffrance et de sang, il vaut mieux s'abstenir de commentaires.

Les enfants ont une importance prépondérante dans Arms, à commencer par le mystère autour des êtres créés artificiellement afin d'obtenir un patrimoine génétique souhaitable par les Egregoris. Considéré comme des cobayes, ils ne possèdent pas la possibilité de libérer leur libre arbitre, et s'ils le font, c'est au prix de terribles conséquences, comme lors de la révolte d'Alice. D'autres choisiront de respecter sans sourciller la volonté de leur maître, tels les Keith, ayant conservé la folie de leur créateur. Plus tard, les enfants Chapel, de par leur intelligence supérieure à la moyenne, jouent aux adultes en maitrisant leurs parents, au sein de la ville de Gallow Bells, mais sans se rendre compte d'être eux-mêmes manipulés. Enfin, nos Arms originaux représentent l'espoir de liberté de tous ces enfants qui n'ont pas eu le temps de vivre leur vie. Bien, sur, la découverte de leurs origines, mais aussi de cobayes qui n'ont pas eu la même chance qu'eux, viendra profondément perturber leurs convictions et les fondement de leur existence. Et puis, ils décideront d'avancer par eux-mêmes, sans aller vers ce destin qu'on leur a infligé d'avance, même si pour cela, il faudra surement grandir plus vite que prévu, et affronter le monde et toute son horreur comme un homme.
   
      

ARMS © 1997 by Ryouji MINAGAWA / Kyouichi NANATSUKI / SHOGAKUKAN Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News