Platinum End - Actualité manga

Platinum End

Critique de la série manga

Publiée le Mardi, 10 August 2021

Après Death Note et Bakuman le célèbre tandem Ohba/Obata nous revient avec une troisième collaboration ! Autant dire que l'attente autour de ce titre était très forte, et comment pouvait il en être autrement ? Mais malheureusement, le résultat n'était pas à la hauteur d'une telle attente; et si les premiers volumes ont pu faire illusion, la série s'est effondrée sur elle même sur la longueur!
Pour ceux qui l'ignorent Takeshi Obata est un remarquable dessinateur à qui l'on doit notamment l'exceptionnel Hikaru no go, qui est un des titre les plus riches qui soit. On le retrouve également avec son compère dans les très remarqués (qu'on aime ou pas) Death Note et Bakuman, qui nous dévoile les secrets du monde de l'édition. Et même s'il a aussi participé à Blue Dragon Ral Grad, on ne lui en tiendra pas rigueur…
Tsugumi Ohba est le scénariste du duo et a démontré, notamment avec Death Note un talent narratif hors pair…et une capacité à retourner certaines situations dans tous les sens, ce qu'il va reproduire ici, bien que cela ne produise pas le même effet.
Alors que leurs deux précédentes collaborations sont éditées chez Kana, ce coup ci c'est Kaze qui nous propose Platinum End !
En route pour cette nouvelle aventure !



Mirai est malheureux, il monte sur le toit d'un immeuble et saute sans réfléchir, il veut mettre fin à sa vie. Il a perdu ses parents dans un accident, son oncle et sa tante l'ayant recueilli le maltraite...rien ne l'attache à ce monde. Lorsqu'il ouvre les yeux un ange lui parle ! Est il mort ? Et bien non, puisque l'ange vient de lui sauver la vie sous prétexte de vouloir lui apporter le bonheur, et pour ce faire il lui propose deux pouvoirs : des ailes lui permettant de voler, lui apportant la liberté, et une flèche (celle de Cupidon?) qui rendra folle d'amour pour lui toute personne touchée par cette même flèche. La liberté et l'amour, puissante combinaison du bonheur ! Bien que sceptique, Mirai réclame les deux et obtient même un peu plus. Mais ce qu'il ne sait pas c'est qu'il vient d'entamer une compétition mortelle : en effet, Dieu se cherche un remplaçant, il a dépêché treize anges pour désigner son successeur, chacun apportant les mêmes pouvoirs aux treize humains choisis. Tout aurait pu bien se passer si en plus de la liberté et de l'amour, les candidats ne disposaient pas en plus du pouvoir de la mort, une seconde flèche, tuant instantanément ceux touchés par elle…
Personne ne peut voir les anges et les pouvoirs des candidats mis à part les candidats eux mêmes...Mirai est donc relativement tranquille, mais il apprend par les médias qu'un des candidats abuse de sa flèche d'amour avant que ce dernier ne soit exécuté par un autre candidat… Une lutte divine commence alors !
Tous les candidats vont finir par se rencontrer soit pour s'allier soit pour s'affronter, mais quoi qu'il en soit il faudra désigner un vainqueur pour remplacer Dieu...et les choses vont s'avérer complexes!



Le pitch de départ est assez plaisant et même assez original : un garçon perdu qui se voit sauvé par un ange avant de se voir confier des pouvoirs afin que ce dernier retrouve goût à la vie. A ce stade toutes les possibilités sont alors envisageables, et si on commence sur un ton optimiste (malgré le malheur de Mirai), très rapidement on va sombrer dans un coté sombre et glauque.
Cependant si l'histoire s'annonce prometteuse, elle n'est pas totalement inédite: les deux premiers titres auxquels on pense sont (pour ceux qui connaissent, et dans le cas contraire je vous encourage à les découvrir) Bloody Cross et plus encore Mirai Nikki. Deux titres qui opposaient déjà des candidats pour remplacer Dieu, deux titres aux approches différentes, mais qui font ici écho à ce que nous propose Ohba. Et puis on pense également à Death Note, avec la toute puissance accordée aux candidats, pouvant désormais tuer en toute impunité sans que personne ne le remarque, un pouvoir de mort qui les rapproche d'un statut divin ! Et tout comme dans Death Note, le personnage principal est accompagné d'une entité invisible le suivant partout et le conseillant, mais à la place d'un dieu de la mort il s'agit d'un ange. Et bien que cela soit des anges, ces derniers n'ont pas l'air spécialement angéliques : ils prônent le meurtre, le vol...on est bien loin de l'image qu'on peut se faire d'un ange…
Un autre point faisant penser à Death Note, et de ce coté c'est une excellente chose, ce sont les règles accompagnant les pouvoirs, bien que simples, elles s'avèrent assez strictes et imposent certaines conditions aux candidats. En cela on se remémore l'incroyable suspens et les stratégies de Death Note.

Oui mais voilà... Si dans un premier temps, sur les premiers volumes on est plus qu'emballé de retrouver le fameux duo Ohba / Obata, cela fonctionne, on est absorbé par ce que les auteurs nous proposent, par ce jeu étonnant et meurtrier aux enjeux divins...mais cela ne va malheureusement durer qu'un temps!



Plus on va avancer dans le récit et plus on va tomber sur des lourdeurs navrantes, affligeantes et surtout particulièrement décevantes pour de tels auteurs. On va croiser des personnages clichés au possible, à peine crédibles, des psychopathes, des pervers...choisis par des anges pour devenir Dieu!?
Mais surtout, les auteurs vont tenter de reproduire ce qui constituait la grande force de Death Note, à savoir les règles imposées et les stratégies mises ne place par les différents protagonistes; mais ici on va surtout assister à des débats creux, remplies de phrases toutes faites, avec des personnages changeant d'avis bien trop facilement au vu des convictions qu'ils affichent...
Tout ceci va amener une lourdeur vraiment indigeste à la série qui va perdre de son attrait tome après tome. Il va bien y avoir des sursauts et à plusieurs reprises on va espérer que les auteurs se reprennent et nous proposent enfin quelque chose de palpitant...mais ce ne sera que pour mieux replonger dans le navrant...à l'image de cette fin aussi mal amenée que mal mise en scène...elle aussi d'une lourdeur sans nom; laissant un arrière goût des plus désagréables: tout ça pour ça!

On ne s'attardera pas sur ce fameux ethnocentrisme Japonais; tous les candidats sont Japonais, Dieu sera donc Japonais...tout est normal… Mais il faut plus y voir ici une facilité de narration.

Heureusement le dessin reste au niveau des autres séries des auteurs, malgré un manque de lisibilité dans certaines scènes d'action. Le trait est fin, précis, dynamique, on retrouve sans peine le talent de Obata. Mention spéciale aux anges qui en plus d'être magnifiques, possèdent tous des caractéristiques spécifiques permettant de les distinguer (nombre et emplacement des ailes notamment).

Platinum End est série d'autant plus décevante qu'elle a suscité énormément d'attente, mais ce n'était qu'un pétard mouillé qui a certes fait illusion dans les premiers temps (je me souviens avoir placé la série dans mon top annuel après le lecture du premier tome...pauvre fou!)
Vous pouvez vous abstenir, vous ne raterez rien, à moins de vouloir assister au naufrage d'un binôme génial!

PLATINUM END © 2015 by Tsugumi Ohba, Takeshi Obata / SHUEISHA Inc.


Chroniqueur: Erkael


Note de la rédaction
Note des lecteurs
12.77/20







Evolution des notes des volumes selon les chroniques:

16.00,12.33,13.00,12.00,9.75,9.25,7.00,14.00,16.00,11.00,14.00,15.50,12.50,12.00

Reviews of the volumes

MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News