Yuu Watase - Première partie - Actualité manga
Dossier manga - Yuu Watase - Première partie

Reader Rating 20 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 15 April 2010


Biographie:

    

     
De son nom de plume Yuu Watase (渡瀬悠宇, également retranscrit sous la forme "Yû Watase"), l’auteur de l’épopée de Miaka et Tamahomé est connue par une grande majorité de lecteurs et lectrices de shojo, grâce à son prolifique travail mais également au vu de la renommée que son œuvre peut avoir. L’artiste est née un 5 mars 1970 à Osaka, au sud de Kyoto. La plupart des mangakas se passionnent pour le dessin vers l’adolescence, mais Watase déclare s’intéresser aux mangas dès ses 5-6 ans, et débute sa carrière à 18 ans sans même s’embarrasser du rôle d’assistante ni de la poursuite de ses études en école d’art, en proposant une nouvelle à l’éditeur Shogakukan. Ce qui est une victoire personnelle, d’autant plus que Watase a perdu sa mère à 13 ans, alors que celle-ci l’encourageait beaucoup dans son rêve de devenir mangaka. C’est ainsi que voit le jour en 1989 « Pajama de Ojama », première pierre dans l’œuvre de l’auteur, qui continue sur la lancée de quelques nouvelles avant de débuter ce qui sera sa plus connue et longue histoire : Fushigi Yugi, en 1992 dans le magazine Sho-Comi (ou Shojo-Comics) de son éditeur. Cette série lui ouvre immédiatement beaucoup de portes, au Japon et à l’étranger, grâce à Tonkam qui publie la série à partir du printemps 2003. A partir de 2001 au Japon, c’est Ayashi no Ceres qui séduit la foule, puis suivent Alice 19th, Lui ou rien, et bien d’autres séries, dont certaines sont encore inconnues du public français.
   
Sa première véritable inspiration fut donc pour Fushigi, qu’elle dit être né d’une réflexion sur l’adaptation des sept étoiles de Suzaku en personnages de manga. Depuis, bien que certaines idées lui viennent d’un rien en germant dans son esprit, Watase puise son inspiration dans la littérature qu’elle lit ou les films qu’elle aime. De plus, ses lectures étant assez diversifiées pour ne pas se restreindre aux shojos, la mangaka trouve partout des pistes, ce qui explique l’originalité de ses récits, mais surtout le mélange détonnant de comédie, romantisme et surnaturel dont nous reparlerons. On lui a d’ailleurs demandé d’orienter clairement ses récits vers le shojo plutôt que l’inspiration shonen, son idée première. Elle veut ainsi ses titres accessibles par tous, bien que certains ne soient définitivement pas assez variés pour plaire à un public qu’elle aimerait d’avantage masculin. Au fur et à mesure de ses parutions, l’auteur affine son trait, nuance ses propos et arrive à construire quelque chose d’on ne peut plus réfléchi sur les figures qui portent son scénario, toujours explorées, parfois maladroites. Son manque d’expérience avant de commencer ses séries justifie à lui seul ses maladresses, qu’elle accepte et corrige volontiers.
  
Pour les fans, voici quelques uns des goûts de l’auteur, d’après les différentes interviews qu’elle a pu donner en Europe: Watase déteste l’enka (chant populaire japonais) mais aime évacuer le stress dans les jeux d’arcades ou dans le shopping lorsqu’elle en a le temps. Elle apprécie aussi beaucoup se plonger dans un livre, un film ou dans l’écoute d’un CD. Enfin, l’auteur appartient à la secte Sôka gakkai, un mouvement bouddhiste prônant la culture, l’éducation et la paix. Pour ceux qui voudraient se risquer à utiliser un anglais simple (en japonais, c’est mieux), il y a une adresse où la joindre:

WATASE Yuu
101-8001 Shogakukan
Shoujo Comics, Henshuu Bunai
2-3-1 Hitotsubashi, Chiyoda-ku
JAPON
        
  


© by Yuu WATASE / Shogakukan Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News