Dossier manga - Shin Takahashi

Reader Rating 18.50 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 09 September 2010


Le style graphique

 

Douceur, chaleur et poésie

 
Les dessins de Shin Takahashi varient entre deux styles radicalement différents. Le premier dont il va être question est celui dont il nous gratifie sur ses couvertures, et lors des passages importants de son récit. Comme déjà dit précédemment, il lui arrive de passer très peu de temps à dessiner. En fait, il n'aime pas beaucoup retravailler ses planches, trouvant qu'à force, il s'y perd et que le résultat est d'autant plus mauvais. Mais cela ne l'empêche pas pour autant d'avoir un réel talent artistique. Il est capable de produire des esquisses proches du crayonné, épurées mais empreintes de poésie et d'une multitude d'émotions qui se transmettent instantanément. Il s'en dégage une indescriptible et enivrante douceur qui contraste magnifiquement bien avec ses récits souvent empreints de mélancolie. Il suffit d'ailleurs de regarder de plus près les couvertures de Fragment notamment pour s'en rendre compte. De plus, si son découpage est relativement classique et sobre, il parvient, la plupart du temps, à choisir très habilement sous quel plan dessiner ses personnages, de quelle manière les mettre au mieux en avant.

Mais ce style particulier comporte également un défaut, que l'on retrouve dans Fragment justement. L'auteur n'est absolument pas à l'aise lorsqu'il s'agit de reproduire des scènes d'action pure et dure et des combats à l'arme blanche par exemple. On en a l'illustration à plusieurs reprises avec Blanco. C'est brouillon, peu lisible, peu engageant. Raté. 
 
 

Retour en enfance

 
En marge de ces superbes illustrations, Takahashi a souvent recourt à un trait beaucoup plus enfantin, proche du "Super Deformed". Évidemment, ce n'est pas là par hasard et ce n'est que le prolongement de sa manière de développer ses histoires, mais il n'empêche que c'est tout de même frustrant par moment de le voir en abuser, notamment et encore une fois dans Fragment, alors qu'on le sait capable de réaliser des choses nettement plus belles.

Qui plus est, dans le genre, on trouve nettement mieux. Néanmoins, c'est aussi une question d'habitude et, surtout, c'est une manière pour lui de rendre d'autant plus importants certains passages en magnifiant par la même occasion leur aspect graphique ou, au contraire, d'indiquer au lecteur qu'il faut prendre les choses avec plus de légèreté. 
 
 

Une pointe d'érotisme

 
Shin Takahashi n'a aucunement peur de mettre ses personnages à nu. Et c'est une chose qui a dérangé pas mal de monde dans Larme Ultime, cette présence de scènes à caractère érotique. C'est assez étonnant, car elles s'inscrivent finalement parfaitement dans la logique des relations qu'entretiennent les différents protagonistes de la série. Elle ne sont en aucun cas gratuites ou superflues. En outre, Takahashi ne met jamais en scène ses personnages de manière vulgaire ou perverse, au contraire. C'est toujours fait avec délicatesse et esthétisme.

Il est vrai que le corps assez peu développé de Chise peut éventuellement porter à confusion, mais, d'un autre côté, une Chise beaucoup plus femme n'aurait sans doute pas été un choix judicieux non plus. Ici, son côté maladroit et simplet s'exprime librement et complètement. Qui plus est, il serait vraiment dommage de s'arrêter sur l'aspect physique, en particulier dans le septième et dernier volume de la série, car ce serait le signe d'être passé à côté de beaucoup de choses. La symbolique étant à ce moment là très importante également, Shuji réalisant enfin son fantasme avec une Chise qui n'est plus vraiment elle-même, qui parle d'elle à la troisième personne, qui est devenue véritablement l'arme ultime. Tragique.
 
 
 
  
  

Conclusion

 
Assurément, Shin Takahashi est un auteur officiant à la croisée de différents genres et qui mérite que l'on s'intéresse à lui. Variant les styles mais en gardant toujours une même base en toile de fond, il offre des récits à la fois travaillés et humains, qui font bouillonner l'imagination et amènent à la reflexion. Susceptible de toucher un large public à condition de ne pas être trop rebuté par les émotions qui jaillissent intensément de ses personnages, il reste un incontournable dans le paysage manga de ces dix dernières années. De plus, son trait atypique est d'une qualité rare dont il serait réellement dommage de se priver. Enfin, si j'avais un dernier conseil à vous donner, ce serait de commencer à découvrir Takahashi via Larme Ultime ou Le dernier été de mon enfance plutot que Fragment. Ce dernier peut en effet se montrer assez désarçonnant, et n'est pas aussi constant dans la qualité que ses deux autres œuvres précédemment citées.
   
    
Mis en ligne le 10/09/2010.
Mis à jour le 06/09/2012.
  
   
  
Sources:
Wikipedia
Akata.fr
Shinpre.com (site officiel de l'auteur et de son équipe)
 
 
Fiche de l'auteur: Shin Takahashi

Dossier réalisé par Shaedhen


© 2010 Shin Takahashi. All rights reserved

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News