Dossier manga - Samidare

Reader Rating 20 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 06 March 2014


Présentation



L'histoire

 
Yûhi Amamiya est un étudiant ordinaire, sans doute beaucoup trop. Détestant l'imprévu, il se contente de mener une vie sans surprises et s'en contente largement, et il n'apprécie rien de plus que de noter « R.A.S » dans son agenda.
Cet aspect banal cache surtout un passé qui a conditionnée un caractère blasé et qui n'attend rien de la vie. Qui déteste le Terre, même. Pourtant, son destin va basculer, le matin où arrive devant lui... un lézard qui parle. Il se nomme Lord Noy Crezent, il se prétend chevalier, et il a une mission pour Yûhi : protéger ce qu'il déteste le plus, la planète elle-même, des menaces du dénommé Animus et de ses marionnettes de boue. Rien que ça.
Dans cette mission, il a des alliés apparaissant les uns après les autres, et qui sont tous, comme lui, maîtres-chevaliers d'un animal parfois bizarre, formant avec leur bestiole les chevaliers-animaux. Au total, il seront 12 à combattre Animus. 12 personnes, auxquelles s'ajoutent la mystérieuse Anima, sœur d'Animus, et sa princesse, Samidare, une jeune fille aux desseins plus tordus que n'importe qui d'autre, à laquelle chaque chevalier-animal doit jurer loyauté et obéissance.

Cette lutte pour protéger la planète (mais pas que), Yûhi et les autres ne savent pas encore à quel point elle va les changer en profondeur...
 
    
    
  

Fiche signalétique

 
Hoshi no Samidare - Lucifer And The Biscuit Hammer est un manga de type seinen conçu par Satoshi Mizukami, prépublié  au Japon chez l'éditeur Shônen Gahosha, au sein du magazine mensuel Young King Ours, un magazine plutôt orienté action, qui a vu défiler ou voit encore passer dans ses pages des séries dynamiques et souvent un peu bourrines qui se révèlent surtout être à mi-chemin entre seinen et shônen, se qui se font généralement un plaisir d'exploiter de façon plus approfondie certains codes de ce dernier genre. En fers de lance du magazine, on peut donc citer Hellsing, Drifters, Trigun, Sun-Ken Rock, World Embryo, ou Kamunagara.
Débutée en prépublication en juin 2005, la série voit son premier tome relié sortir au Japon en janvier 2006. Les tomes sortent ensuite au rythme de deux par an, jusqu'à l'arrivée du dixième et dernier volume en novembre 2010.

L’œuvre a également eu droit à un chapitre spécial, un hommage rendu par plusieurs auteurs, dont Hajime Yamamura, Yûki Kodama, Jinsei Kataoka et Kazuma Kondou.

  
 
 
L'édition française démarre en avril 2012 chez le tout jeune éditeur Ototo, qui inaugure avec cette série sa collection shônen. L'éditeur s'applique à porter vers l'avant la série, avec des idées telles qu'un drama audio présentant l'oeuvre, des posters, ou de la publicité sur salons. Voyant qu'elle peine malgré tout à trouver son public, il profite de l'arrivée de Halloween 2012 pour lancer une opération offrant une nouvelle couverture au premier volume. Une couverture plus classe, plus sombre et mâture également, qui semble mieux coller à l'ambiance de la série, dont les couvertures originales sont plus colorées. Cette réédition à part entière du premier tome est l'occasion parfaite de relancer la série. A force de négociations avec l'éditeur japonais, Ototo parvient à un accord et, loin de s'arrêter sur sa lancée, finit par rééditer tous les tomes parus avec de nouvelles couvertures, puis à poursuivre la sortie des volumes suivants dans la même optique.
Pour autant, le tour de force d'Ototo, c'est de n'avoir lésé aucun lecteur. Les fans de la première heure qui possédaient l'édition avec les premières couvertures pouvaient obtenir en salons sur simple demande les nouvelles jaquettes. Quant à celles et ceux qui préféraient les couvertures originales, ils ont eu la bonne surprise de trouver sur les nouveaux tomes en vente, systématiquement, la couverture originale cachée sous la nouvelle jaquette !
En somme, l'éditeur a eu à cœur de chouchouter la série, et l'a également démontré dans l'édition elle-même. Les assez nombreuses pages couleur (de 2 à 8 pages selon les tomes) sont présentes, le papier et l'impression sont de bonne qualité, les polices sont bien choisies, les onomatopées sont sous-titrées avec soin, et la traduction est très bonne. Cette dernière, dynamique, immersive et décalée quand il le faut, est signée Nicolas Pujol, un traducteur expérimenté qui a officié sur de nombreux mangas (surtout chez Taifu) comme Gangking, Tokyo Underground, Mayme Angel...
 
   
  
  

Autour de la série

 
Malheureusement, les produits dérivés de Samidare se comptent sur les doigts d'une main. Rien d'ambitieux n'est jamais sorti, hormis des drama CD, et des garage kits non-officiels, conçus par des cercles de fans. Parmi eux, notons les résines à monter et à peindre de Samidare et d'Anima, proposées par le cercle amateur Nageyari Oozora Tera! Exclusivement au Japon lors des salons Wonder Festival en 2011/2012.
 
 
 
 

L'auteur

 
Satoshi Mizukami, également surnommé Nekogaeru pour ses travaux plus amateurs, est né à Ôsaka.
  
 
  
Sa carrière commence réellement en 2003, avec la publication de Sanjin Sadô (散人左道), un seinen surnaturel comptant les aventures de deux personnes combinant leurs capacités pour combattre des monstres.
Fubuki est un homme aux cheveux argentés, passé maître pour prendre soin des personnes qui ont eu des problèmes avec des monstres. Autoproclamée son élève, Yoru est une orpheline étrange qui combat avec l'aide d'un chat démoniaque qui la suit partout. Cette courte série s'achève avec la parution de son deuxième volume en juillet 2004.
 
 
 
2004 est aussi l'année où il publie son premier Tanpenshû, recueil d'histoires courtes.  Celui-ci, nommé Gekogeko (げこげこ), sort en décembre, et est principalement constitué d'histoires assez bizarres, dont l'une présente une fille dont le petit ami est une grenouille.
  
 
 
En 2005, il s'attaque à Angel Onayami Soudanjo (エンジェルお悩み相談所), une comédie fantastique au synopsis intrigant. Il y a une rumeur qui court a propos de ce banc. Si tu t'assieds dessus et que tu répètes 3 fois "Cher Ange, aidez moi s'il vous plaît", un ange va alors apparaître. Cette rumeur est vraie, mais l'ange aura l'apparence d'un homme d'âge moyen. Concernant son aide, il vous écoutera et de temps en temps vous donnera un petit coup de main.

Cette œuvre marque la première publication d'une oeuvre de Mizukami chez un éditeur autre que Shônen Gahosha, puisqu'elle paraît dans le magazine Manga Time Jumbo de l'éditeur Houbunsha, avant de voir son unique tome relié sortir en octobre 2006. Shonen Gahosha en récupère toutefois les droits quelques années plus tard, et réédite l'ouvrage en mai 2012.
   
 
 
En parallèle à Angel Onayami Soudanjo, il démarre ce qui reste pour l'instant sa série la plus connue et la plus appréciée, Hoshi no Samidare - Lucifer And The Biscuit Hammer.

Pendant ces quelques années, l'auteur ne se consacre pas uniquement à Samidare.
En janvier 2007 paraît son deuxième Tanpenshû, Piyopiyo (ぴよぴよ), dont l'histoire éponyme présente un poussin qui n'est jamais devenir poulet bien qu'il a continué de grandir, et c'est aussi en cette même année qu'il se lance dans Psycho Staff (サイコスタッフ), une comédie romantique teintée de fantastique, pour laquelle il retourne chez l'éditeur Hôbunsha le temps d'un unique tome qui sort en octobre 2007.
"Pour Kôichi Hîragi. Je vous attendrai après les cours derrière le gymnase - Sakuragi Umeko". Tels sont les mots écrits sur la toute première lettre d'amour que le dénommé Hïragi reçoit dans sa vie. Mais quand il rencontre la fameuse Sakuragi, il reste décontenancé par ce que cette mignonne jeune fille veut faire de lui... à savoir, l'emmener sur la planète R'lyeh ! La prenant d'abord pour une dingue, Hîragi préfère rentrer chez lui... Mais si Sakuragi disait la vérité ? La demoiselle se montre très insistante..."
   

 
2008 marque la première incursion de Satoshi Mizukami chez l'éditeur Mag Garden, avec les débuts dans les pages du magazine Comic Blade du shônen d'aventure Sengoku Yôko (戦国妖狐), à ce jour la plus longue série de l'auteur, puisqu'elle continue de paraître au rythmé d'environ deux tomes par an.
"Arrête tes bêtises et rentre dans le droit chemin !". Tel est le crédo de Yôko Tama et de son jeune beau-frère Jinka Sendo. Les 2 frères démons parcourent le monde pour arrêter les "mauvais" démons. Ils sont accompagnés d'un épéiste un peu effrayant et qui ressemble à un chat, Shinsuke Hyôdô. Durant leur voyage ils vont tomber sur une organisation de moines aux pratiques douteuses et qui s'apprête a entrer en guerre...
 
 
 
En 2011, il participe à deux anthologies réunissant plusieurs auteurs. La première, Liqueur, est une anthologie josei de l'éditeur SoftBank qui compte pour l'instant deux tomes.
La deuxième, Trigun – Multiple Bullets, est un hommage à l'oeuvre créée par Yasuhiro Nightow et réunit plusieurs autres auteurs publiés chez Shonen Gahosha, comme Boichi.
  


En mai 2012, il publie son troisième Tanpenshû, Uchû Taitei Ginga Thunder (宇宙大帝ギンガサンダー) .
La même année, il démarre Spirit Circle (スピリットサークル), un seinen mélangeant ses genres habituels : aventure, fantastique, tranche de vie, avec des pointes de drame et un humour toujours aussi branque.
"Fûta Okeya est un garçon de 14 ans comme tant d'autres, à ceci près qu'il peut voir les fantômes. Un jour, Kôko Ishigami, une nouvelle élève aussi mignonne qu'agressive envers lui, débarque dans sa classe, et il se rend compte très vite qu'elle est suivie partout par un fantôme nommé East. En tentant de se rapprocher d'elle, il ne fait que la rendre toujours plus hostiles à son égard, car il semblerait que tous deux aient un passé commun, un passé traversant les générations... Quel est son lien avec elle ? Qui est-elle réellement ? De quelle histoire maudite sont-ils tous deux les acteurs ?"
  

 
Vous pouvez suivre l'actualité de l'auteur sur son blog japonais : http://nanbeinekogaeru.blog61.fc2.com/
 
 

HOSHI NO SAMIDARE © SATOSHI MIZUKAMI

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News