Saiyuki - Actualité manga
Dossier manga - Saiyuki

Reader Rating 18.50 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 14 August 2009


L’intérêt de Saiyuki, son histoire?

     
Saiyuki n’est pas la première œuvre à s’inspirer du célèbre et ancien roman chinois Le voyage vers l’Occident (Xi you ji, Wu Cheng'en, 西遊記, en japonais : Saiyuki, « le Voyage en Occident », parfois traduit par le Roi des singes ou les Pérégrinations vers l'Ouest). Le manga reprend en effet l’idée de l’épopée d’un moine bouddhiste, accompagné de trois compagnons. L’original présente ceux-ci sous les formes animales de Sun Wukong  (Le singe de la montagne), le cochon Zhu Bajie (le Cochon aux Huit Vœux) et Shaseng, le Bonze des Sables, encore appelé Sha Wujing (Sha Conscience de la Pureté), accompagnant le bonze (Xuanzang), tandis que le manga humanise ces compagnons pour en faire la base de son histoire.
A l’origine, ces trois personnages fantastiques deviennent les assistants de Xuanzang par la force des choses : il s'agit pour Sun Wukong de s'assagir et de réaliser son potentiel, pour les deux autres d'effacer les conséquences de leurs erreurs passées qui les ont transformés en démons. Dans le manga, voyageant vers l’ouest pour une quelconque raison (éliminer un certain démon taureau appelé Gyumao, récupérer des sutras sacrés, affronter leurs propres chimères …), le petit groupe erre dans un monde quelque peu réadapté, à la fois archaïque et moderne, respectant certaines traditions et en dénigrant d’autres … Minekura s’inspire largement de cette vieille légende pour la revisiter à ses frais, gardant un semblant de sens dans ses idées, tout en les remaniant pour le plaisir des lecteurs. On retrouve ainsi toute une mythologie dans l’univers du manga : les yokais, monstres traditionnels japonais, sont l’incarnation des pulsions -souvent malsaines- des hommes. L’appellation même de yokai signifie d’ailleurs « ce qui séduit », puisque les yokais sont des monstres à forme changeante, afin de duper les humains. D’ordinaire représentés sous forme animale, ceux-ci peuvent s’incarner en humains afin de mieux atteindre les cibles les plus crédules, et se dissimuler au milieu d’eux. On notera aisément que la mangaka a décidé de prêter aux yokais plus qu’une forme humaine, mais également des sentiments qui les rendent capables, au même titre que les hommes, de choisir entre céder ou résister aux pulsions. Elle n’a fait qu’exploiter leurs penchants naturels pour les guider vers la folie qui agite aujourd’hui l’univers de Saiyuki, sans trop les victimiser. Ainsi, les yokais de Minekura sont dotés de sentiments, ce qui les rend complexes, torturés et parfois détenteurs de bien plus d’humanité que les hommes qui se rendent bien plus affreux que ceux qu’ils craignent.
   



Un autre maillon important de Saiyuki, puisqu’il contribue à l’établissement d’un contexte étudié et complexe, est la présence de divinités. Les dieux sont, comme bien souvent dans les légendes, immortels et très puissants. Ils ont, pour occuper leurs longues journées bien ennuyeuses, le loisir d’observer les humains et éventuellement d’intervenir auprès d’eux afin de guider « ceux qui sont nés pour vivre ». Mais les divinités sont, dans cette quête, bien plus omniprésents que dans nos récits occidentaux. Les dieux sont ainsi plus proches des hommes, et certain prennent même directement part à leurs activités (Nataku, dieu guerrier, la Trinité Bouddhique qui intervient directement auprès de Sanzo, notamment en ce qui relève du domaine financier …).
Tout cet univers n’étant pas de tout repos, et les mythes commençant souvent par de terribles affrontements, il faut bien un peu de désordre dans ce bas monde. Notamment entre les humains et les yokais. Ces derniers ayant brusquement perdu la raison, les anciennes rancœurs prennent de l’ampleur et éclatent au grand jour, sous prétexte de la violence soudaine des « monstres ». Les humains ont toujours eu peur d’eux, ceux-ci se sont toujours senti plus ou moins exclus, comme rejetés, ce qui est très bien expliqué à certains moments du manga par divers personnages. Le tabou de l’union des deux races retranscrit bien cette opposition ancestrale, qui ne fait qu’être développée au moment de la folie des yokais. Au beau milieu viennent les créatures mythiques sortant de l’ordinaire (Goku, Nataku, …), qui sont généralement craintes et détestées de tous, même des dieux, qui voient en eux une puissance indigne d’une race impure, non céleste. Mais malgré une telle richesse dans le scénario grâce à une légende renommée et efficace, le succès du titre ne réside pas vraiment dans l’histoire de Saiyuki, le voyage en occident. De nombreux arcs du manga traînent d’ailleurs en longueur, laissant la porte à un semblant de scénario suivi, sans pour autant l’incorporer dans l’histoire de base (exemple de Even a Worm dans les Reload, qui à chaque fois dévie en lançant d’autres pistes, ouvrant des portes sans vraiment les refermer …). L’auteur aurait pu, par exemple, donner un rôle plus important à Dame Gyokumen et à son but, exploiter d’avantage les ondes négatives nées du mélange tabou entre science et magie, nous en dire plus sur Gyumao … On n’apprend strictement rien sur la procédure à suivre pour empêcher sa résurrection, ni sur ses crimes passés. A aucun moment Minekura ne nous dévoile les dessous de la légende, les motivations profondes des quatre compagnons, qui au final avancent un peu par hasard et se sentent investis de cette mission pour une raison mystérieuse, que leur volonté de fer n’arrive pas à détourner. Car soyons clairs, il est évident que Sanzo et sa bande ne souhaitent pas véritablement la paix au Togenkyo, et finalement, il n’y a que peu de raisons pour Hakkai ou Gojyo de faire ce voyage …
             
            

Saiyuki © by MINEKURA Kazuya / All rights reserved / Ichijinsha

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News