Saga Tales of - partie 3: Tales of Symphonia - Actualité manga
Dossier manga - Saga Tales of - partie 3: Tales of Symphonia
Sommaire

Publié le Vendredi, 01 Febuary 2019


Une histoire universelle


Une des critiques récurrentes que l'on entend sur la saga Tales of, c'est sur les scénarios, tous sortis du même moule. A chaque fois, je ne peux pas m'empêcher de rapprocher ses critiques là de celles sur les arcs narratifs de One Piece. Oui, la structure de ses récits est souvent la même, mais il faut reconnaître qu'il y a de nombreuses différences entre chaque Tales of, notamment es personnages. En revanche, s'ils ont conservés à chaque fois ce schéma narratif, c'est pou de bonnes raisons : efficacité, simplicité et universalité. Et on retrouve vraiment toutes ses caractéristiques dans "Tales of Symphonia".
  
Le postulat de départ est simple : Colette, une jeune fille naïve, a été choisi pour être l'Elue de la Régénération. Elle va être accompagner dans son périple par ses amis d’enfance, tous les deux aussi naïf, et deux figures parentales, Raine et Kratos. Le premier tiers se résume à suivre un schéma assez classique : on entre dans un donjon pour éveiller un sceau et en parallèle, on vit quelques petites péripéties dans les village aux alentours. On sera amener à affronter des Désians dans les fermes humaines, présenter comme les grands antagonistes de l'histoire. Seuls grains de sable dans tout ceci : le personnage de Sheena, un assassin envoyer pour tuer Colette, et le groupe de Désians qui a attaqué Colette lors de l'apparition de la Tour du Salut. Ce groupe mystérieux s'en prendra d'ailleurs plusieurs fois à eux et commenceront à viser Lloyd plutôt que Colette. A part ses deux éléments qui pourrait nous mettre la puce à l'oreille, difficile de voir venir le premier gros retournement de situation du jeu.
  
Car oui, ce schéma classique sera rapidement interrompu lorsque Colette ira au bout de sa transformation en ange. Cela aurait pu sonner la fin du jeu, mais ils décidé d'aller plus loin, BEAUCOUP plus loin.  En effet, à partir de ce moment-là, la situation se renverse totalement. Les alliés d'hier deviennent es ennemis de demain, et inversement. On découvre que Sylvarant n'est pas le seul monde, mais qu'il y en a un deuxième du nom de Tesseha'lla. On découvre que ce monde prospère depuis un certain temps déjà au dépit de Sylvarant, et qu'il est très avancé technologiquement parlant. Une avance qui servira grandement à nos héros pour soigner Colette. Quant à la religion, thème très souvent abordé dans les Tales of, elle est ici déconstruite petit à petit à mesure qu'on en apprend sur le Cruxis. On se rend vite compte que ce n'était qu'une vaste supercherie destiné à contrôler les populations des deux deux mondes et surtout à avoir des sortes de réceptacles qu'ils appelaient Elu pour ressusciter Martel. Autant dire que ce jeu est plein de surprises et sait nous tenir en haleine avec son scénario seul, et ce n'est pas une mince affaire quand on est aussi long.
  
  
     
  
Je n'évoquerai pas dans ce dossier les révélations très connues de ce jeu, notamment sur l'identité du père de Lloyd ou bien sur les personnages de Mithos et Yuan. Pour ma part, j'ai toujours trouvé le scénario très cohérent et la première fois que j'ai vécu ces révélations, je peux vous dire que j'en suis restée coi. Alors oui, j'étais jeune, je n'avais que quatorze, quinze ans quand c'est arrivé, je n'avais pas lu ou vu autant d'histoires qu'aujourd'hui mais... Cela ne m'empêche pas de trouver encore aujourd'hui le tout très efficace ! Oui, avec un regard alerte, on voit les signes avant coureur de chaque révélation. Oui, elles ne sont pas très originales. Certains d'ailleurs reprocheront à ce jeu une certaine naïveté, un certain manichéisme et surtout des répliques trop téléphonés (notamment avec le personnage de Lloyd qui vous ressort le coup de l'amitié à toutes les sauces). Et j'entends bien ces critiques, et je les comprends car il y a un fond de vérité.
  
Oui, certaines répliques sont un peu niaises au point d'agacer au bout d'un moment. Oui, le jeu est manichéen.
  
Et alors ?
  
Bien sûr que l'histoire de ce jeu n'est pas exempte de défauts. Il n'empêche que c'est un peu injuste de ne faire ressortir que ces petits défauts mineurs quand l'ensemble est cohérent, prenant et surtout bien construit. La structure est classique, quand on a joué à d'autres Tales of, on voit certaines ficelles se mettre en place, mais ce n'est pas grave. Tales of Symphonia a très bien su se servir de codes universels dans l'écriture d'histoire et des codes propres à la licence pour créer un univers dantesque, des enjeux classiques mais très bien exploités mais surtout une galerie de personnages qui ont marqués à jamais la licence. Et je pense qu'on peut bien excuser quelques petites fautes quand on est face à un tel travail d'écriture.


Une galerie de personnages mémorables


L'un des gros points forts des jeux de la série des Tales, ce sont les personnages des jeux, et tout particulièrement ceux de cet opus. Tous les personnages sont charismatiques, quelque soit leur orientations. On se souvient de chaque gérant de fermes humaines, les méchants du premier tiers du jeu. On se souvient également du premier gros retournement de situation du jeu, avec la révélation de Rémiel. Mais évidemment, ceux qui sont maintenant devenu les icônes de la saga, ce sont les personnages jouables de ce jeu : Lloyd, Colette, Génis, Raine, Zélos, Sheena, Régal, Préséa et Kratos. Ces neuf personnages nous ont accompagnés si longtemps pendant ce jeu, chacun ayant une histoire travaillée et intéressante, on ne peut pas s'empêcher de les apprécier. De plus, chaque personnage a un style de combat bien à lui, ce qui les rend tous intéressant à contrôler. Et quand on en a pour presque 80h de jeu, on a le temps de tous les tester !
  
Mais le plus important, c'est que le jeu fait évoluer ses personnages. Pas seulement sur de l'expérience ou des techniques en plus, mais surtout sur un point psychologique. Prenons comme exemple le personnage de Colette. C'est une jeune fille naïve qui ne cherche qu'à aider son prochain, malgré sa grande maladresse. On la suit dans son périple où elle perdra de plus en plus son humanité (le sommeil, le goût, les sensations, la voix...). Ce sera une épreuve terrible pour elle mais qu'elle surmontera avec beaucoup de courage grâce à l'aide de ses amis. De plus, on apprendra plus tard qu'elle était au courant depuis longtemps qu'elle devrait se sacrifier pour amener la prospérité à Sylvarant. Un sacrifice qu'elle accepte dans la mesure où celui-ci permettra une vie meilleure à sa famille et ses amis. Malgré une apparente naïveté, Colette est un personnage très mature. Puis, une fois à Tesseha'lla, elle sera sauvée par Lloyd qui endiguera les effets de sa pierre du Cruxis. A partir de ce moment-là, elle acceptera de se battre aux côtés de ses amis pour restaurer le monde telle qu'il était avant et ainsi essayer d'amener une véritable prospérité durable aux deux mondes. Son optimisme aidera le groupe dans de nombreux cas, et surtout elle soutiendra Lloyd quand celui-ci découvrira la véritable identité de son père.
  
  
     
  
Prenons un autre exemple : le personnage de Sheena. Au début, on la découvre en tant qu'assassin, pas très doué mais intrigante. Pourquoi une humaine voudrait arrêter l'Elue de la Régénération ? Puis, au fur et à mesure de leur rencontre, Colette et Lloyd commenceront à nouer une amitié avec elle. Puis elle sauvera le groupe et les emmènera dans son monde, Tesseha'lla. A partir de ce moment-là, elle deviendra leur guide. Puis, alors que l'histoire avance, Sheena devra faire face à son passé. A sa tentative ratée de conclure un pacte avec Volt, aux nombreux morts qui ont résulté et à la place qu'elle a perdu en conséquence dans son village natal, Izumo. Un traumatisme qu'elle n'arrivera à surmonter qu'avec l'aide de ses amis et au sacrifice de son ami Corinne, l'esprit créé en laboratoire.
  
Ces deux parcours de personnages montrent deux traitements pertinents mais assez différents de la construction d'un personnage. Pour le cas de Colette, son personnage n'évoluera pas réellement, en revanche, ce qui changera c'est la perception qu'on a de ce personnage. Alors qu'elle nous apparaissait presque niaise, on découvre petit à petit une jeune femme très forte et mature, bien qu'elle garde un côté très candide et optimiste. Pour le cas de Sheena, c'est différent. Des le départ, on ne la prend pas vraiment au sérieux en temps qu’assassin. Elle est plutôt montrée comme une personne au grand cœur mais un peu maladroite. La plupart de ses hésitations et de ses doutes viennent d’ailleurs de son traumatisme qui lui ont complètement fait perdre confiance en elle. Puis elle affrontera ses peurs, non dans quelques sacrifices. Contrairement Colette, Sheena est un personnage que l’on verra évoluer en profondeur.
  
  


Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News