Rozen Maiden - Actualité manga
Dossier manga - Rozen Maiden

Reader Rating 18 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 22 July 2010


Graphismes

  
Quel plaisir de lire cette histoire sympathique sous de tels auspices graphiques ! Si le scénario est parfois un peu bancal, le trait des Peach-Pit vient renforcer l’atmosphère créée dans ce manga, supporter les failles et combler les défauts. Au premier abord, les dessins sont anarchiques, instables et parfois déstructurés. Pourtant, le travail est là, les détails sont splendides, réussis et pertinents, jusque dans les robes des poupées ou le simpliste mais si parlant vide qui occupe les pages. Tous les personnages diffèrent, et c’est particulièrement remarquable dans le cas des rozen, qui auraient très bien pu toutes avoir le même visage, étant donné que leur morphologie est la même à peu de choses près. C’est donc ce magnifique paradoxe entre les détails impressionnants de rigueur et le grand silence des arrières plans qui fait exploser les personnages, mettant en valeur leurs expressions et leurs mouvements, que ce soit dans la grâce des rêves ou dans la rage des combats. Faussement brouillon, le trait du duo de mangakas permet de rendre moins clairs les combats et autres représentations des rêves de Jun, et de garder un certain mystère, qui correspond parfaitement à l’ambiance floue de la narration. Le découpage des auteurs est dynamique, mais les contrastes sont trop peu appuyés pour des dessins si chargés en dégradés. On peut aussi parler de la superbe codification graphique du shojo en plein seinen, ce qui au final nous fait nous questionner sur la pertinence de publier Rozen Maiden dans un tel magazine.
  
Ces poupées si kawai, si gothic-loli, si attendrissantes … le sont tout autant dans l’humour de la série. Les SD sont un peu trop présents parfois, devant le sérieux du combat des poupées, mais cela permet de révéler la pertinence du quotidien, l’importance de cette insouciance qui fait de Rozen Maiden un récit d’avantage basé sur la lutte des poupées, si semblable à celle des humains plutôt que sur leur monde fantasmagorique. Parfaitement adapté, les simplifications des graphismes tiennent lieu d’allégement et de bouffée d’air frais dans la poésie de la narration, qui aurait pu se trouver pesante.
  
Le plus gros défaut de la forme de ce manga réside dans l’édition. Certes, les onomatopées sont bien traduites et adaptées et les pages légèrement moins fines que ce qu’on a pu voir récemment. Mais la pub … Dans le dernier volume de la série, ce n’est pas moins d’un quart de pages de pub qui envahit la narration ! S’il manquait de matière, il aurait encore mieux valu rassembler les deux derniers tomes en un. En effet, les volumes 6, 7 et 8 sont très minces, sans que le prix ne baisse pour autant. Un « détail » qui passe très mal chez les lecteurs, surtout après les volumes bien épais du début de série. Sans parler des nombreuses fautes d’orthographes qui fleurissent un peu partout pour gêner la lecture. On regrette aussi un peu que les couvertures françaises aient été simplifiées par rapport aux originales, ce qui fait un peu vide d’entrée de jeu. On apprécie pourtant la prise en main des tomes, la hauteur des mangas et la relativement correcte qualité d’édition, à part les défauts cités plus haut. La fin de la série est malheureusement massacrée par l’édition, en plus d’être relativement décevante en soi, et qui est d’ailleurs est de pire en pire au fur et à mesure des volumes …
    
     

Autour du manga

    
Rozen Maiden a été adapté en une série animée de trois saisons, dont une qui est davantage une parenthèse entre les deux autres. La première a été produite en 2004 par les studios Pony Canyon, Novic et Memory Tech et s’étale d’octobre à décembre sur la chaine TBS pendant douze épisodes. En France, elle est disponible chez Kaze en deux coffrets de six épisodes chacun, sortis respectivement en juillet et en aout 2007. En bonus dans les jolis (mais très chers !) coffrets, Kaze offre seulement trois badges et un livret de seize pages. Cette première saison a également eu droit à une intégrale proposée par Kaze en novembre 2008 à un prix excessivement élevé...
 

 
 
La seconde saison s’appelle Rozen Maiden Traümend, et a vu le jour en 2005 par le studio TBS et compte elle aussi deux coffrets de six épisodes chacun. La diffusion s’étale d’octobre 2005 à janvier 2006 et est disponible en France en avril puis en mai 2008, chez Kaze. Dans cette saison, Jun retourne en cours mais pendant ce temps, Shinku fait d’affreux cauchemars et rapidement, une nouvelle rozen maiden fait son apparition, avec la ferme intention d’achever le jeu d’Alice … Les poupées vont tomber dans la lutte de la perfection sous le regard indifférent de leur père et l’amusement du magicien Laplace.
 

 
 
Un an plus tard, c’est Rozen Maiden Ouverture qui sort, l’histoire se déroulant entre les épisodes 6 et 7 de Rozen Maiden Traumend, en revenant sur la rivalité qui existe entre Shinku et Suiginto. Produits par TBS, ces deux OAVs de vingt-cinq minutes chacun et ont été diffusés en décembre. Kaze propose ces deux OAVs en juillet 2008.
 

   
   
Deux jeux vidéos viennent compléter la licence Rozen Maiden : Rozen Maiden Duell Walzer et Rozen Maiden Gebet Garden sur PS2, édités par Taito et présentant des aventures des séries Rozen Maiden et Rozen Maiden Traumend.
 

 
 
Enfin, il faut préciser que la série est sujette à beaucoup de dérivés tels que figurines, cosplay en tous genres … Particulièrement appréciés par les adeptes de gothic lolitas.
   
      
     

Conclusion

 
Rozen Maiden nous entraine dans un univers gothique, kawai et totalement décalé à première vue. Mais ce fantasque, ces improbabilités se rapprochent bien plus de nous que l’on ne peut le croire au premier abord. Grâce à des personnages détonants, aux caractères bien trempés et aux rôles divers et variés, le duo de mangakas Peach-Pit parvient à nous emmener très loin dans la poésie, dans la philosophie de vivre et dans des notions contemporaines, comme la quête de la perfection et la beauté, à tout prix. Sous ses dehors mignons et arrogants, le récit se fait accessible, à l’aide d’un humour toujours présent, d’une ambiance continuellement festive et d’un cocktail majestueux de vérité et de rêve.
 
Il faut pouvoir s’attendre à une grande déception avant de lire ce manga, mais sans doute vaut-il le coup, en nous proposant des poupées plus humaines qu’autre chose, un héros particulièrement attachant et des péripéties souvent émouvantes.
Après tout, si le jouet est inventé par l’Homme, l'Homme n'est qu'un jouet inventé par Dieu [Platon].
 
 
Mise en ligne le 23/07/2010. 
Mise à jour le 17/08/2012.
 
 
 
Fiche de la série: Rozen Maiden
Fiche de la série vo: Rozen Maiden vo
Fiche de l'auteur: Peach pit

Dossier réalisé par NiDNiM


© Peach-Pit, Gentosha Comics 2004. All rights reserved. © Peach-Pit / Shueisha Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News