Mes voisins les Yamada - Actualité manga
Dossier manga - Mes voisins les Yamada

Reader Rating 20 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 18 November 2010


Pourquoi c’est drôle ?

    
Mes Voisins les Yamada est immanquablement un titre tourné vers l’humour. Et l’humour est quelque chose de très propre à la personnalité de chacun. Nous ne rions pas tous des mêmes choses, c’est évident. Et certains trouveront sans doute certains gags un peu répétitifs, un peu plats. En même temps, normal, sur autant de gags. Sans oublier que dans Mes Voisins les Yamada, la dimension culturelle est non négligeable et sa compréhension nécessaire pour apprécier certaines chutes. Pourtant, qui ne s’est jamais pris la tête pour déterminer la composition du dîner ? Qui ne s’est jamais endormi devant ses devoirs ? Qui n’a jamais complètement oublié certaines de ses affaires avant de quitter la maison, ou oublié ce qu’il était sensé faire durant sa promenade ? Les Japonais sont bien plus proches de nous qu’on pourrait le croire, ils partagent eux aussi les mêmes angoisses au quotidien, le même genre de petits revers,… Bref, les quelques strips qui prennent un contexte entièrement japonais et uniquement compréhensibles par eux sont dans le fond plutôt rares, et c’est pour cette raison que la série a su si bien s’exporter à l’étranger et nous faire rire. Il est important de se rappeler que les membres de la famille ont la même vie que tout le monde, qu’ils sont le reflet d’une partie de nous. Pour preuve, le patronyme « Yamada » est très répandu, presque trop, au Japon, démontrant ainsi une volonté certaine d’être universel, de s’adresser à la population dans son ensemble. Le titre joue surtout exclusivement dans la catégorie « humour quotidien ». À garder en mémoire, si certains se demandent pourquoi ils ne rient pas. Et tout est question de modération aussi. Les volumes étant volumineux, il est préférable de lire quelques histoires par petits coups, pour conserver le plaisir, et mieux apprécier l’humour et l’ambiance distillé dans les strips.
 
   
    
     

Petit cours d’histoire ?  

Une des forces de ce type de récit est évidemment qu’il s’agit en quelque sorte d’une mini leçon d’histoire de la période comprise entre 1991 et 1997, soit la durée de la parution de la série. Publié quotidiennement dans un journal japonais, l’auteur utilisait régulièrement des faits d’actualité. Le grand tremblement de terre de Kobe de 1995 est évidemment évoqué, ainsi que les jeux olympiques ou la coupe du monde de football (qui sera organisée conjointement en 2002 par le Japon et la Corée du Sud en 2002). Les crises politiques sont liées à n’importe quelle société et ne manquent évidemment pas d’apparaître de temps à autre au détour d’un strip. Le sumo est un sujet récurrent, ainsi que l’attentat au sarin orchestré par la secte Aum en 1995. Les strips ont évidemment plus d’impact si on connaît le contexte de l’époque, même si on peut très bien s’en passer pour apprécier la grande majorité des histoires. Mais avec les moyens de communication actuels et la disponibilité d’internet, il serait dommage de ne pas profiter de ces outils. Par simple curiosité, et pour essayer d’aller plus loin…

Au-delà de son aspect humoristique, le titre est donc une invitation pour le lecteur étranger à en apprendre davantage sur le Japon, pour mieux saisir sa culture, sa façon de penser et de vivre, et y découvrir de nouvelles facettes, qui ne sont pas toujours les mêmes que celles qu’on s’est imaginé.
  
    
   
  
 

TONARI NO YAMADA KUN – ZENSHU ©1999 ISHII HISAICHI : Studio Ghibli / First published by Tokuma Shoten

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News