Letter Bee - Actualité manga
Dossier manga - Letter Bee

Reader Rating 18.50 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 03 January 2014


De la fable à l'épopée

  

Les petites histoires....

    
Cet aspect émotionnel, plus mesuré dans I'll car dépendant d'un contexte plus réaliste, est ici poussé parfois à l'extrême. D'aucuns pourront critiquer le penchant « lagrimal » de notre héros, ne pouvant traiter une situation sans se répandre en sanglots. Et avec les nombreuses situations houleuses il sera confronté, autant dire qu'il lui faudra un sacré paquet de mouchoirs ! Mais derrière ces hectolitres de pleurs, Hiroyuki Asada nous présente toute la sincérité de son héros, et de son esprit encore enfantin. Lag n'hésite pas à clamer son incompréhension, sa colère, ses chagrins. Cette émotivité à fleur de peau est en harmonie avec son pouvoir psychométrique : Lag pleure pour les autres, pour ceux qui intériorisent leurs peines et qui s'enferment dans une situation qui ne leur convient guère. Il est le miroir de leurs doutes, de leurs désirs, fait éclater la vérité au grand jour, et permet ainsi aux gens d'avancer, qu'il s'agisse des expéditeurs de ces précieuses pensées ou de leurs destinataires. 
     
   
   
     
En outre, l'on pourrait penser que les petites missives qui ponctuent l'aventure, assez peu nombreuses au final, servent peu à l'intrigue générale de l’œuvre. Mais avec le recul, ces petites missions s'avèrent essentielles pour comprendre les motivations de Lag, et son engouement pour ce métier parfois ingrat mais nécessaire, au-delà du seul désir de suivre les traces de son modèle. Lag sera confronté à bien des situations, aux diversités singulières. Il y est souvent question de mensonges, mais sans méchanceté aucune. On pensera notamment à ce fils qui envoie des lettres à sa mère où il décrit un quotidien fictif pour ne pas l'inquiéter, au lieu de l'alerter sur sa situation précaire. Ou encore cette employée de maison qui déclare son amitié à sa patronne par des moyens détournés.  Tandis que le ciel est désespérément sombre et que l'Amberground frémit, la chaleur se réfugie dans le « cœur » de ses habitants. Si les abeilles transportent le pollen de fleur en fleur, les bees d'Asada apportent cette source de vie si précieuse d'habitants en habitants.
     
En marge de ces rencontres fugaces, Lag tisse également des liens solides avec ceux qui l'entourent. Cela débute évidemment avec Gauche, et même si leur voyage commun est relativement court, cette rencontre inoubliable constitue encore le moteur de la série. Puis il y a Niche, que Lag a parfois encore du mal à comprendre, mais qui voue une fidélité sans bornes envers celui qu'elle doit protéger. Cela passe par quelques détails assez cocasses mais très symboliques, comme la culotte offerte par Lag ou le point d'orgue qu'elle met à clamer son rôle de dingo. On pourrait d'ailleurs ressentir une certaine rivalité avec Sylvette, du même âge que Lag et se rattachant à lui par leur manque commun de la présence de Gauche. Sans oublier, bien sur, tous les autres membres de la ruche postale, chacun possédant ses talons d'Achille et jardins secrets. L'auteur n'oubliera personne dans la description des tourments intérieurs, même s'il faudra parfois passer par quelques errements scénaristiques pour les mettre en scène. On en arrive même à quelques situations proches du fan-service, dans l'exploitation des héros dans un contexte les mettant gratuitement en valeur. Mais le reste est si bien décrit que l'on pardonnera ces quelques clins d’œil au lectorat. 
   
    
   

… qui font la grande

     
Si Letter Bee n'était qu'une histoire peuplée de bons sentiments exprimés à gorge déployée, elle pourrait plonger très rapidement dans une profonde mièvrerie. Mais les rencontres du quotidien s'inscrivent dans une trame beaucoup plus complexe. L'Ambergound, monde sombre par essence, se scinde en trois région séparées par des clivages sociaux évidents. Et qui dit inégalités dit vociférations latentes de ceux qui n'ont pas eu la chance de naître au bon endroit. Ainsi, au plus profond du territoire réside un sentiment d'animosité envers le gouvernement. Paradoxalement, ce sont les letter bees qui sont les premiers à être critiqués en tant que seuls représentants de l'Etat en contact avec ces habitants reculés. Un comble, pour ces fonctionnaires censés apporter des bonnes nouvelles aux gens ! La grogne peut même prendre de l'ampleur dans des mouvements plus prononcés, proches de la révolte, et certaines villes affirment même leur opposition au système en place. C'est dans ce contexte que l'on découvre Reverse, la faction révolutionnaire bien décidée à renverser les choses, par la force s'il le faut. Elle est notamment l'instigateur du fil conducteur de la seconde moitié du premier grand arc scénaristique de la saga, en faisant littéralement planer une menace contre laquelle tous les bees seront amenés à faire front, pour un déluge d'action et d'émotion. 
     
   
   
     
On se dit alors qu'on tient avec Reverse les véritables antagonistes de la série, mais tout n'est pas si simple... En effet, les membres de cette faction semblent avoir de bonnes raisons d'en vouloir aux autorités en place, en particulier celles qui régissent la capitale. Nous sommes donc loin d'un manichéisme primaire, chaque camp ayant sa propre part d'ombre. Les mystères autour des agissements du gouvernement et le flou artistique sur Akatsuki deviennent peu à peu un pillier de l'intrigue, et viendront rééquilibrer la balance, un peu à la manière d'autres pointures du shonen comme Fullmetal Alchemist ou Kekkaishi. Les éléments sont liés, ont des répercussions les uns sur les autres, jusqu'à former un immense tout où chaque personnage à un rôle à jouer. La chronologie de la saga est ponctuée par de nombreux événements marquants, qui seront remis en cause en fonction de certains points de vue. Parmi eux, le jour de l'Extinction, tournant dans l'histoire qui marque également la naissance de Sylvette et Lag. Lag qui est d'ailleurs le centre de toute l'attention, pour son caractère certes, mais aussi pour sa nature très particulière. Pourquoi a-t-il un œil en ambre ? Quelle est sa véritable origine ? Qui a enlevé sa mère, et dans quel but ? Toutes ces questions grandissent au fil de l'aventure tandis que le jeune garçon prend conscience de son potentiel, représentant petit à petit l'espoir d'un monde plongée dans une crise de plus en plus présente. 
  
  

LETTER BEE © 2006 by Hiroyuki Asada / SHUEISHA Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News