Les webtoons, le nouveau phénomène de la Bande Dessinée ? - Actualité manga
Dossier manga - Les webtoons, le nouveau phénomène de la Bande Dessinée ?

Note des lecteurs 17 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 01 Mars 2019


Introduction


Le phénomène du webtoon ne fait que prendre de l'ampleur de jour en jour. Pourtant, je n'ai pas l'impression qu'il prenne tant que ça d'ampleur chez le public français. Et j'aurais deux raisons en tête : la première, le public visé par notre éditeur de webtoon, Delitoon. Et la seconde concerne le format, exclusivement numérique qui a mon avis rebute. Et je ne parle uniquement de l'attachement au format papier (que je comprends totalement) mais aussi à plusieurs remarques que j'ai déjà vu : le fait de payer pour lire des chapitres. Comme si ce contrat que l'on trouvait naturel lorsque l'on consomme du manga papier semblait alors presque indécent pour du format numérique (je suis peut être forte avec mes propos mais c'est comme ça que je le reçois). Et oui, la consommation de webtoon, ce n'est pas du scantrad. Et oui, on ne peut pas télécharger nos séries favorites pour les conserver et pouvoir les relire quand on le souhaite. Mais n'est-ce pas la même chose qui se passe sur Netflix avec les séries ?
  
C'est pour ça que je pense qu'il va falloir tout reprendre depuis le début. Tout reprendre à zéro pour comprendre pourquoi le webtoon est un objet numérique et qu'il est lié intrinsèquement à ce mode de consommation.  Et que ce système amènera à un moment à des compensations financières, car tout comme pour un manga, derrière un webtoon il y a un auteur, des traducteurs, des éditeurs... et ce n'est pas parce qu'on est sur internet que cela doit être forcément gratuit.
  
  
  
  

Qu'est-ce qu'un webtoon ?


Question primordiale s'il en est ! Le webtoon est né en Corée du Sud au début des années 2000. Le premier a lancé ce système de publication est Daum, suivi rapidement par Naver, l'équivalent de Google en Corée du Sud. Le phénomène prend rapidement de l'ampleur et en 2014, on dénombrait autour de 600 séries sur chaque site. Et tout ça pour le seul pays de la Corée du Sud, c'est énorme.

Bien évidemment, je ne me contenterais pas de cette présentation académique, car le webtoon est une sorte de bande dessinée très spéciale qui s'est parfaitement adaptée à son mode de consommation.
Un webtoon, c'est avant tout une nouvelle forme de bande dessinée adaptée à un média : le téléphone portable. Ici on est pas dans une construction de pages comme pour un livre mais bien de cases alignées de haut en bas que l'on fera défilées et qui donneront des chapitres plus ou moins long. On appelle cette technique le "scroll".
Cette manière d'aborder le découpage amène certaines restrictions en matière de découpage, vu que l'on sur une largeur très restreinte. Pourtant, de plus en plus, on voit les auteurs prendrent des libertés et s'affranchir de certains codes pour nous offrir des expériences visuelles assez intéressantes. Par exemple, dans le webtoon "The Scholar's Reincarnation" (que vous pouvez retrouver ici en langue originale : https://page.kakao.com/home?seriesId=49039315&page=1), vous avez régulièrement des cases débutant sur un angle de vue et qui se terminera sur un contre-champ. Ils l'utilisent régulièrement lors de combat, quand les personnages lancent des flux d'énergie. Cela nous permet de suivre l'action presque comme dans un film, comme si nos yeux étaient devenus une caméra, sans temps mort. C'est astucieux et cela rend la lecture très vivante.
Sur Line webtoon, on se retrouve avec des projets encore plus ambitieux pour certains auteurs qui vont incorporer de la musique et parfois même des effets d'animation comme dans "Brother's Bond".

Et c'est après avoir parlé des spécificités du webtoon que je ne peux m'empêcher de vous dire ceci (pour ceux qui se poseraient la question) : le webtoon n'est pas fait pour le format papier. Car, à partir du moment où on le transpose, ce n'est plus un webtoon. Et nous en avons un exemple parfait dans le catalogue de Ki-oon : Relife.
Sachez que j'adore Relife, l'histoire est vraiment bonne et les dessins très sympas. Mais la version papier a tout de même un gros, TRES GROS problème. C'est que le manga n'a pas du tout été conçu pour se lire ainsi. Et si vous en voulez la preuve, il vous suffit de l'ouvrir.
La série a été faite en couleur. Et ceux qui s'y connaissent un peu en BD savent que la colorisation est une étape extrêmement importante qui va quasiment porter sur ses épaules l'ambiance de la BD (même si pas mal d'auteurs ont tendance à l'oublier ces derniers temps, mes pauvres yeux...). C'est pour cela que tout bon auteur réfléchira à sa colorisation sur sa double page, la page de droite ne pouvant jurer avec la page de gauche. Les deux doivent être liés chromatiquement parlant, sinon on aura un petit peu mal aux yeux (et c'est un euphémisme...). Et c'est ce qui arrive dans Relife. Mais était-ce étonnant, vu que la série n'a pas été pensée pour que les cases se superposent sur des doubles pages mais pour qu'elles défilent ? Et cela jure d'autant plus dans un manga vu que toutes les cases sans décors ont le droit à un fond coloré en tant que remplissage. Et avoir sur des doubles pages des cases au fond violet et rouge, et bien ça ne va pas.
Alors oui, je suis fondamentalement contre les formats papiers pour les webtoons. Il y aura bien sûr toujours des exceptions qui arriveront à s'adapter aux deux formats. Les webtoons en noir blanc seront plus faciles à adapter, dans une certaine mesure. Mais dans l'ensemble, si vous voulez adapter un webtoon à un format papier, il ne faut pas se contenter de reprendre les cases et de les superposer pour que ça rentre, mais il faut repenser tous les visuels et les harmoniser. Et c'est un sacré boulot, croyez-moi !

Et c'est pour ça que je défends qu'un webtoon a le droit d'être rétribué. Parce qu'il y a des gens derrière sa création, et surtout parce qu'il a été conçu pour être lu en ligne. Alors oui, cela change du format papier que l'on peut réellement posséder, mais au niveau des tarifs, on est sensiblement sur la même somme que si on achetait un manga. Ets oui, cela revient à faire des choix dans ce qu'on lit, comme pour nos séries papiers. Mais internet ne veut pas forcément dire gratuité. Payer quelques centimes pour lire un chapitre sur Delitoon, c'est comme regarder une publicité ou donner sur Tipee pour un Youtubeur, c'est comme payer un abonnement mensuel pour Netflix... Je sais que ce n'est pas forcément dans vos habitudes et que le scantrad a amené une sorte de déférence envers le fait de payer pour une version numérique mais... Il va falloir vous y faire. C'est un changement dur à accepter mais qui est inévitable et nécessaire.
  
  


Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News