Dossier manga - Les Fleurs du Mal - partie 1

Reader Rating 20 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 28 September 2018


Le bilan de la 1e partie


Que de choses à retenir de cette première partie des Fleurs du Mal..., et quel incroyable bilan nous pouvons faire du parcours de Takao et de Sawa pendant ces six premiers volumes.

Il y a eu les montagnes impossibles à franchir pour sortir de cette étouffante ville, puis la cabane partie en fumée... et après avoir été confiné chez lui sans revoir Sawa, il semblait évident que la jeune fille était l'ultime "autre côté" de Takao, son seul réel moyen d'échapper à la normalité écrasante du monde. Oui, ça semblait évident... mais est-ce le cas ? Et si l'"autre côté" n'existait pas ? S'il était impossible de s'extraire du quotidien codifié et étouffant pour ces collégiens ?
Brutalement "libéré" par Sawa, ayant enfin entrevu ce que la collégienne, mise à nu, renferme en elle, Takao semble prêt à affronter avec elle, une dernière fois, la société qui ne cesse de les rappeler dans le rang. Si l'"autre côté" n'existe pas, la seule solution pour se libérer de ce monde, c'est d'aller jusqu'au bout.

Les derniers chapitres du tome 6 des Fleurs du Mal, avec leur impressionnante montée de tension et de gravité, laissaient deviner pour le chapitre final de cette première partie (soit le premier chapitre du volume 7) un ultime grand moment afin d'achever la premier partie de la série. Et ça ne manque pas, tant Shuzo Oshimi mène à merveille la "conclusion" de cet arc, qui concrétise parfaitement toute l'évolution des deux personnages centraux depuis le premier tome. Bien sûr, il y a l'intensité tragique pure et dure de ce que Takao et Sawa s'apprêtent à faire pour se libérer des chaînes imposées par la société, mais il y a aussi bien d'autres choses. Leur prise de conscience qu'ils ne sont peut-être eux aussi que des "cafards" incapables de s'extirper de leurs chaînes invisibles. La manière dont réagissent les parents des deux enfants, car forcément, en voulant ainsi se "libérer", ils ne peuvent que meurtrir leur entourage paniqué et perdu. Leur discours où chaque phrase a un sens lourd, voire une symbolique profonde. La symbolique des fleurs d'Odilon Redon, justement, qui sont plus imposantes que jamais. Le découpage très intelligent, où chaque case dans le présent s'accompagne de plusieurs autres des tomes précédents, montrant bien qu'aucun des précédents événements n'a été laissé au hasard et que chacun d'eux a eu un sens dans le parcours des deux collégiens. Et puis l'ultime geste de Sawa envers Takao, qui montre à quel point quelque chose a changé en elle.
  
  
  
  
  
Le rideau se referme alors sur la première partie de la série. Il se referme impeccablement, avec force, mais aussi avec la soudaineté qu'il faut, afin de marquer un parfait contraste avec la suite.Une suite qui nous offre une ellipse et un nouveau "démarrage"... mais ça, ce sera le sujet du deuxième dossier.
  
  
  
  
Source :
Atom Magazine #1 pour la partie bibliographique.
  
  

Dossier réalisé par Koiwai


AKU NO HANA © Shuzo OSHIMI / Kodansha Ltd.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News