Fleurs du mal (les) - Manga

Fleurs du mal (les)

Rédaction
Lecteurs
17.18/20
Manga - Fleurs du mal (les)
Age conseillé
Une plongée fascinante et malsaine dans les ténèbres du coeur adolescent !

Résumé

Une ville de province banale, un collège banal, un quotidien banal. Takao, élève moyen et timide, se sent enfermé dans ce monde étroit. Il n’a qu’une échappatoire : la lecture. Il est surtout fasciné par l’étrangeté des Fleurs du mal de Baudelaire. Ce recueil est devenu son livre de chevet, tout autant que son moyen de se différencier dans un monde gris où tout le monde se ressemble.
Il existe pourtant un élément de surprise incontrôlable dans son univers : Sawa, assise derrière lui en classe, refuse toute autorité en bloc. “Cafards !”, “Larves !” : elle ne rate pas une occasion d’exprimer sa haine et son mépris, même envers ses professeurs. Crainte de tous, elle est l’élément déviant de la classe.

Mais Takao préfère se concentrer sur la populaire Nanako. Il ne lui a jamais parlé et se contente de la regarder de loin. Alors quand il trouve abandonnés dans la salle de classe les vêtements de sport de l’objet de ses fantasmes, il ne peut s’empêcher de les ramasser… et de s’enfuir en les emportant, sur un coup de tête ! Pas de chance pour lui, Sawa l’a surpris en plein forfait... Avec un grand sourire, elle commence à le faire chanter : s’il ne veut pas qu’elle le dénonce, il doit obéir à ses ordres, même les plus fous !

Video youtube

Trailer Fleurs du mal (les)

Les points forts de la série:

Tout comme le recueil de Baudelaire en son temps, Les Fleurs du mal brise tous les tabous. Ici, la déviance n’est plus un vice, et un souffle libérateur traverse cette œuvre hors norme. Acclamée au Japon, elle a eu l’honneur d’être adaptée non seulement en série animée, mais aussi en pièce de théâtre. Après tout, qui n’a jamais rêvé de dépasser les frontières de la normalité ?

Déjà connu en France pour sa série Dans l’intimité de Marie (éditions Akata), l’auteur Shuzo OSHIMI est réputé pour son talent à retranscrire les émotions et son habileté à traiter les thèmes de la différence, des complexes et de la violence psychologique.
Mais Les Fleurs du mal a une particularité supplémentaire, celle de s’ancrer dans les souvenirs de l’auteur lui-même !

Sa jeunesse au quotidien banal, son amour pour Baudelaire comme pour certains artistes du surréalisme, ses questionnements d’adolescent… et surtout, le personnage hors norme, inclassable et décalé de Sawa, inspiré de sa propre femme : autant de matière qui permet au mangaka de décrire avec une rare justesse les pensées tourmentées de ses héros et enracine son histoire dans une réalité universelle.

Dossier

Dossier - Sortie de route

Sortie de route

« Peu importe la qualité de votre conduite, une fois sur la route, vous devez rouler... C'est pareil pour la vie... » affirme le jeune Kei Miyama dès les premières pages de Dans le sens du vent - Nord, Nord-Ouest, alors que sa voiture est accidentée dans le bas-côté. Et si sa conduite est...

Lire le dossier - Partie 1 - Partie 2 - Partie 3 - Mot de la fin

Dossier - Les Fleurs du Mal - partie 1

Les Fleurs du Mal - partie 1

Ce dossier s'intéressera à la première grande partie du manga: les chapitres 1 à 33 (du tome 1 jusqu'au premier chapitre du tome 7 inclus). Et il contiendra de nombreux spoils, soyez-en avertis. Notez aussi que ce dossier ne va revenir que très peu sur le style visuel du manga: celui-ci est...

Lire le dossier - Partie 1 - Partie 2 - Partie 3 - Mot de la fin

Derniers commentaires

None203

De None203 [39], le 29 Septembre 2017 à 09h04

20/20

Ma note peut vous paraitre excessive mais j’estime qu’elle est amplement méritée.

Outrepasse quelques réaction que certains ont trouvé excessive ou irréaliste, ce qui pour ma part ne m’a même pas fait tilt, car j’ai trouvé que l’ensemble de l’œuvre été plutôt cohérente, notamment à cause du sentiment d’oppression, d’inconfort et de malaise qui s’en dégagent.

N’en déplaise à certains, le manga (en générale) a pour avantage l’illustration, et je suis beaucoup plus sensible à ça. Au diable les dialogues interminable, quand un personnage arrive d’un simple sourire à nous faire ressentir toute l’intensité de sa joie, un personnage qui d'un simple regard décrit mille et une émotion, à croire que le mangaka a choisi le mauvais protagoniste.

Garamyi

De Garamyi [42], le 15 Mars 2017 à 21h23

17/20

Les frontières entre normalité et déviance, entre attraction et répulsion, sont très bien mise en questionnement. La ville pèse comme un couvercle sur ces adolescents en manque d'ailleurs... 

Très brillant Oshimi, comme d'habitude. Encore plus savoureux quand on apprécie Baudelaire, mais ce n'est pas une condition sine qua non.

 

Pygmalion

De Pygmalion [60], le 11 Mars 2017 à 13h36

15/20

Dans la même veine que Dans l'intimité de Marie, un oeuvre singulière qui invite à se pencher sur sa part d'ombre et l'idée qu'on se fait de sa propre identité. Intéressant d'un point de vue psychologique.

Akicraveri

De Akicraveri [79], le 24 Février 2017 à 15h48

A l'instar des Fleurs du Mal de Charles Baudelaire dont s'inspire le titre de ce manga, il n'y a rien de sympa dans les thémes qu'aborde Oshimi... Où se trouve la beauté? Pas forcément dans la pureté mais peut-être dans la perversité et dans le vice! C'est en tout cas sur ce constat que va sûrement pencher l'intrigue de ce manga!
Je vous conseille de relire vos classiques pour encore mieux comprendre le propos de l'auteur! 

sinon

De sinon [96], le 17 Février 2017 à 22h18

Un manga sympa , intriguant au niveaux de Sawa car on ne sait pas vraiment son but envers Takao . Je vous le conseille a 50 % .

Voir tous les commentaires