Dossier manga - Le Voyage de Ryû

Reader Rating 18 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 23 October 2015


Introduction



Résumé


Ryû se réveille dans un vaisseau spatial. Combien d’années se sont écoulées ? Cet engin devait se poser sur une autre planète. Mais on dirait la Terre… Ses coéquipiers sont morts. Et Ryû, étrangement, est doté de capacités intellectuelles hors du commun à son réveil de la cryogénie. Après avoir sauvé des congénères, Maria et son petit frère, d’arbres mutants puissants, il part en périple à la recherche de la civilisation sur une planète Terre complètement bouleversée. Il y rencontrera toutes sortes d’êtres vivants, des végétaux et des animaux évolués, des peuplades d’humains, tantôt primaires, tantôt survivants de mondes futuristes… Mais qu’a-t-il bien pu se passer sur cette planète ?


Fiche signalétique


Le voyage de Ryû (リュウの道, Ryû no michi), est un manga de Shotarô Ishinomori, paru initialement au Japon de 1970 à 1971 dans le Shônen Magazine de l’éditeur Kodansha. Il conte le parcours d’un jeune garçon projeté dans une planète Terre désaxée et violente, à la recherche d’une civilisation qui lui convienne. Dans cette histoire, l’auteur nous livre un récit de science-fiction régulièrement ponctuée de commentaires sur le genre humain, ses faiblesses et son évolution.
La première édition du manga est complète en huit volumes, sortis dans les librairies japonaises entre octobre 1970 et mai 1971 (soit 1600 pages en huit mois, témoignant ainsi du rythme soutenu légendaire de son auteur). En francophonie, la série parait le long de l’année 2011 chez Glénat, dans un format bunko en cinq volumes de plus de trois cent pages chacun. Il est ainsi l’un des trois titres du même format dans la collection Vintage de l’éditeur grenoblois, avec Ashita no Joe et Cyborg 009 (un autre titre célèbre d’Ishinomori). Au Japon, Ryû no Michi n’est qu’une des trois séries consacrées au personnage de Ryû. Dès 1971, Ishinomori offre un prequel au manga, intitulé Genshi Ryû Shônen (complet trois volumes), puis une suite, Banchou Wakusei en 1975 (complète en cinq volumes). Ces deux nouvelles séries sont parues dans la revue Shônen Champion de l’éditeur Akita Shoten, et sont encore inédites en France.



L’auteur


Shotarô Ishinomori, né en 1938 à Tome, Miyagi sous le nome de Shotarô Onodera, est un auteur particulièrement réputé dans son pays, au même titre qu’Osamu Tezuka. De sa longue carrière, débutée en 1960 jusqu’à son décès en 1998, on retient le nombre incroyable de pages qu’il a rendues à ses éditeurs (environ 500 par mois et un total de 128 000 dans sa carrière pour l’équivalent de plus de 700 tomes), et de séries qui continuent à être adaptées encore aujourd’hui. Il était pensionnaire dans la fameuse pension Tokiwasô, un lieu qui rassemblait de nombreux mangakas de légende. On lui attribue de même la création du genre « super sentai » à travers la série du même nom et de nombreux autres dérivés du genre.

Sa bibliographie est gigantesque et beaucoup de ses œuvres n’ont pas été traduites en Français. Citons ses travaux disponibles en francophonie outre le voyage de Ryû : Kikaider Code 02 (paru chez Panini en 2001), Miyamoto Musashi (Kana, 2008), Cyborg 009 (Glénat, 2009), Hokusai (Kana, 2010), Sabu & Ichi (Kana 2010), Kuzuryû (Kana, 2011), Kamen Rider (Isan Manga, 2013), Eros X SF (Le Lézard Noir, 2015), Sherlock Holmes (scénario uniquement, Isan Manga, 2015). Il s’est même essayé à l’adaptation du jeu vidéo Zelda, à paraitre prochainement aux éditions Soleil. Enfin, arrêtons-nous sur Le vent du nord est comme le hennissement d’un cheval et Les secrets de l’économie japonaise. Le premier est paru dans nos contrées chez Kesselring en 1979 et le second chez Albin Michel en 1989. Ishinomori est donc l’un des tous premiers auteurs de manga à être traduit en France, bien avant l’ère Akira. Le public français a aussi abordé inconsciemment l’œuvre d’Ishinomori à travers certaines séries adaptées de ses mangas, comme San Ku Kaï (Ginga Taisen).

Si l’on devait retenir deux œuvres de lui, ce serait probablement Cyborg 009, puisqu’elle marque le début de l’ère du sentai au Japon et offre très tôt une alternative aux super-héros de comic-books américains, ainsi que Manga Nihon no Rekishi, une série fleuve sur le Japon.


Les personnages



Ryû Shibata



Ryû est un jeune garçon japonais, de l’époque des années 2020. Suite à un pari avec ses amis, il s’introduit sans autorisation dans une navette spatiale. Il se réveille des dizaines d’années plus tard sur Terre, après une longue cryogénie. Doté de nouvelles capacités intellectuelles, il part à la recherche de la civilisation humaine, étant persuadé qu’elle n’a pas disparue. En meneur, il va rencontrer de nombreux personnages de différentes espèces dans son périple, et luttera contre des êtres vivants monstrueux et dégénérés, résultats des anciennes exactions humains.


Maria Henderson



Maria est une humaine au même titre que Ryû. Avec son frère Jimmy, elle est née dans un vaisseau spatial qui essayait d’échapper à la guerre qui opposait les Etats-Unis à des pays asiatiques, et sur lequel les passagers sont morts de maladie. Maria et Jimmy débarquent sur Terre et à l’instar de Ryû, se retrouve face à une Terre sauvage et hostile. Tous vont s’épauler et débuter un périple pour trouver une voie vers la civilisation.


Jimmy Henderson



Jimmy est le petit frère de Maria. Malgré son jeune âge, il montre beaucoup de courage et accompagne Ryû dans son voyage. Il va rapidement se lier d’amitié avec Kiki, l’homme-singe, et va ainsi permettre à Ryû et Maria d’échapper à la fureur des hommes-singes.


Kiki



Kiki est un homme-singe. D’abord jeune, il va vite grandir et devenir un allié de poids de Ryû dans sa recherche de la civilisation. Vu son apparence, Ryû ne qualifie pas son espèce de singes, mais d’hommes-singes, ce qui laisse à penser que la race de primates de Kiki est l’un des résultats de la dégénérescence de l’homme suite à une guerre nucléaire.


Isaac



Isaac est un robot obsolète trouvé dans une décharge. Malgré ses dysfonctionnements, les nouvelles capacités intellectuelles de Ryû vont lui permettre de le réparer et d’en faire un autre allié précieux dans ce monde sauvage. Capable d’éclairer et d’envoyer des décharges laser, il va protéger les êtres humains de la bande de Ryû de nombreux dangers, comme lui ordonne son programme de protection des humains basé sur les lois de la robotique d’Isaac Asimov. C’est d’ailleurs le nom de cet écrivain qu’a choisi Ryû pour le baptiser.


God



God est un ancien être humain, devenu cyborg, et le premier contact vraiment civilisé que vont rencontrer Maria et Ryû. Lui-même a du mal à saisir ce qui est arrivé à la Terre, et a commencé à élaborer diverses théories pour expliquer comment l’homme a ainsi pu décliner et pourquoi le temps semble déréglé. Homme d’expérience, avec des armes robotiques puissantes au sein de son corps, il sera d’un grand secours pour Ryû quand ce dernier se montrera trop tête brûlée. Malgré sa condition de cyborg, il méprise les robots qu’il estime peu fiables et potentiellement hostiles aux hommes.


Cyclope



Cyclope est un petit mutant, doté d’un seul œil et de quatre bras. Issu d’une tribu cannibale, il va aider Ryû. Il ne peut communiquer qu’avec Ryû et par télépathie.
  
  
  

© Shotaro ISHINOMORI/ISHIMORI PRODUCTION INC.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News