Dossier manga - Le Pacte des Yôkai

Reader Rating 19 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 28 January 2011


Le Cortège des Sentiments


Une chose est claire, Le Pacte des yôkai est un shôjo. Un des aspects les plus marquants du titre réside dans en effet dans les sentiments dévoilés par les différents protagonistes. Solitude, tristesse, nostalgie, peur des autres, crainte de faire le premier pas… toute la palette d’émotions difficiles qu’une personne peut ressentir dans la vie quotidienne. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’auteure sait faire mouche. Avec un regard dénué du moindre cynisme, Yuki Midorikawa nous expose les tourments et les peines qui rongent ses personnages, qu’ils soient humains ou yôkai. Et ce regard qu’elle pose fait toute la différence, parce qu’il exclut tout pathos lourd, les phrases toutes faites, les émotions faciles et peu crédibles. Certes, tout est fait pour nous émouvoir (le découpage, l’aspect contemplatif et poétique), et la narration ne plaira sans doute pas à tout le monde. Mais il est indéniable que l’auteure sait transmettre les sentiments à ses lectrices et lecteurs, de manière subtile et tout en douceur. L’impression de tristesse ou de disparition par exemple est réellement perceptible et vivante, comme lors de la disparition du vénérable Tsukuyami dans le volume 1, qui quitte ce monde en même temps que la dernière personne qui croyait en lui.
 
Mais le titre n’est pas dépressif pour autant, et il y a également beaucoup de joie dans la série. Il arrive fréquemment que Natsume parvienne à comprendre les yôkai ou les humains qu’il rencontre et arrive ainsi à réfléchir sur son comportement dans sa propre vie. Et c’est ça le plus important, la compréhension mutuelle, afin de pouvoir progresser de son côté. Les personnages ne restent jamais enfermés dans leur mentalité de départ, savent se remettre en question, et avancer. Au fil de leurs rencontres et de leurs expériences, comme il devrait toujours en être. Les histoires se finissent parfois sur une note malheureuse, triste ou nostalgique, mais il ne faut néanmoins pas toujours en conclure que tout est noir. Les monologues de Natsume en fin de chapitres nous redonnent d’ailleurs régulièrement du baume au cœur, et nous permettent de faire le point sur ce qu’il vient de se produire. Sans oublier que la série sait aussi être drôle. Que ce soit le rapport de force entre Maître Griffou et Natsume, l’opposition entre ce dernier et Natori, et bien d’autres moments encore, la mangaka n’oublie pas un des sentiments les plus importants, le rire, fort heureusement.

On a tendance à cacher nos sentiments derrière des faux sourires, des fausses colères, derrière la peur ou autres. On nous dit d’exprimer notre pensée, de développer notre personnalité, mais nous savons très bien ce qu’il nous attend si nous en révélons trop. Il y a beaucoup d’incompréhensions entre les gens, même proches, à cause de la difficulté à exprimer certains concepts si peu concrets et qui touchent au plus près du cœur. Pouvons-nous exprimer ce que nous ressentons réellement, sans détour, du fond de notre être ? C’est un risque à prendre, mais on ne peut pas le savoir avant d’avoir essayé.
 
 
     
    
     

Ai


Les histoires d’amour font souvent partie intégrante des shôjo. Difficile de dire que Le Pacte des yôkai déroge à la règle, mais c’est pourtant le cas sous bien des aspects. L’amour n’est qu’un des sentiments développés dans le titre. Un sentiment important, certes, mais pas prédominant. On trouve beaucoup d’actions, notamment lors des séances d’exorcisme, ou lorsque Natsume accomplit le rituel pour la restitution du nom. La peur et l’angoisse lors de l’apparition d’un ennemi constituent également un des éléments majeurs du titre. Il faut dire aussi que Natsume, coupé des autres comme il l’a été pendant toutes ces années, ne s’est pas encore éveillé au désir amoureux. Logique quelque part, et une bonne chose également, tant une histoire d’amour plus sérieuse constituerait probablement un frein au développement de l’histoire d’un certain point de vue, ou du moins se retrouverait nettement sous-développée et difficile à gérer. Le Pacte des yôkai est un titre sentiments/exorcisme/suspens/poésie, et non un titre romantique. Ce qui casse un peu les stéréotypes liés au genre dans nos contrées, et ce n’est pas un mal.

Mais ce n’est pas pour autant que Yuki Midorikawa se prive de ce genre d’histoires. Souvent tristes et tragiques, elles brillent particulièrement par leur réalisme dans les sentiments exprimés. On pense notamment à l’histoire du porteur de parasol dans le tome deux, où le pauvre yôkai un peu difforme est tombé amoureux de son amie, une magnifique musicienne, et qu’il n’ose lui avouer son amour, se contentant de faire tout pour lui permettre d’accomplir ses dernières volontés. Ou bien encore cette histoire d’amour qui lie un humain et une luciole yôkai, jusqu’à ce que l’homme perde son pouvoir et ne puisse plus distinguer sa bien-aimée. Quelque part, Yuki Midorikawa est cruelle envers ses personnages, mais il faut bien le dire, les histoires dont on se rappelle longtemps sont celles qui se terminent tragiquement ou d’une façon triste. Et c’est plus vrai que jamais pour ce titre.
     
  
   
       
    

Une Vue différente


Le titre parle aussi de l’incompréhension entre les gens et de la difficulté de communiquer, même avec ceux qui partagent les mêmes difficultés et la même façon de vivre que nous. Ainsi, Natsume ne parvient pas à faire totalement confiance aux humains. De tout temps, ces derniers ont très souvent été terrifiés par la différence et ce qui sort de l’ordinaire, ou simplement, ce qu’ils ne comprennent pas. Le pouvoir de Natsume appartient de toute évidence à cette catégorie. Être capable de voir l’invisible, le surnaturel, sans réellement le comprendre, doit être perturbant pour un enfant, surtout orphelin, car il n’a personne à qui réellement se confier, personne avec qui partager son secret. Dans sa jeunesse, Natsume s’étonnait souvent à haute voix de la présence des yôkai et demandait aux adultes ce qu’il en était. Mais au fil du temps, il a bien dû se rendre à l’évidence que personne ne le croyait, ou ne voulait le croire. Il était alors considéré comme un garçon mal dans sa peau et cherchant de l’attention à travers ses mensonges. En toute logique, le jeune garçon ne pouvait que fermer son cœur au final, subir les rumeurs et les moqueries sur son compte quand il fuyait les yôkai qui le poursuivaient, ou quand il semblait parler tout seul, ou bien quand des phénomènes étranges se produisaient dans son entourage.

Mais la différence est-elle toujours une mauvaise chose ? Il est évident que non, même si tout laisse à penser que oui. Tout dépend de la façon dont nous voyons les choses. Natsume, une fois en mesure d’agir sur les créatures qui l’effrayaient tant, a commencé à s’attacher à elles. Lui qui avait toujours souhaité devenir normal et ne plus les voir, il a commencé à accepter son don. Mais comment réagirait-il aujourd’hui s’il cessait de les voir ? Ne perdrait-il pas une part de son identité, de son équilibre ? Serait-il vraiment heureux d’avoir une partie de son univers fermé de cette façon, brutalement, même si cela signifie enfin pour lui de mener une vie normale ? Rien n’est moins sûr. Les épreuves traversées font de nous ce que nous sommes. Aussi durs soient-ils, d’une certaine façon, avec le temps et le recul, nous nous rendons souvent compte que ce sont les moments difficiles qui nous ont le plus apporté. Natsume a maintenant ouvert son univers et son cœur, progressivement, et en tire peu à peu satisfaction et source de joie. Une perspective mise en valeur tout du long du manga, et s’il ne faut en retenir qu’une chose, c’est bien celle-ci. La différence est difficile à assumer et à faire accepter. Mais si on n’y parvient, on en tire une source de joie sans précédent. D’où l’importance d’un regard différent, et de ne pas se laisser arrêter par les apparences. Mais aussi d’où l’importance d’une volonté à toute épreuve, pour pouvoir l’assumer jusqu’au bout.
 
 

NATSUME YUJINCHO © 2003 by Yuki Midorikawa / HAKUSENSHA Inc., Tokyo

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News