Japan Expo 2012 - Deuxième partie - Actualité manga
Dossier manga - Japan Expo 2012 - Deuxième partie

Reader Rating 19 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 26 July 2012


Japan Fashion

   
 
Toujours situé à gauche du jardin intérieur, le sempiternel Village des Jeunes Créateurs, dédié à la mode inspirée des tendances japonaises et underground, disposait cette année de plus d'espace au vu du déménagement du fanzinat. Il subissait cependant la concurrence de certains stands nippons étrangement décalés jusqu'à lui, notamment avec les fameuses Necomimi précédemment évoquées. Cela n'a pas empêché les différents exposants de proposer un panel de vêtement et d'articles toujours plus élaborés.
 
 
  
   
 
La diversité était en effet de mise, tant dans les thématiques abordées que dans la qualité des produits proposés, la palme du plus minimaliste (et du plus opportuniste ?) revenant à l'exposant proposant des t-shirts à l'effigie des rage comics, dessins humoristiques qui pullulent sur le net. Il ne s'agissait fort heureusement que d'une minorité tant le reste faisait preuve d'une finition vraiment aboutie. Les créations d'amateurs rejoignaient ainsi des réalisations d'un niveau professionnel, notamment de curieuses poupées et peluches qui tapèrent dans l'œil de certains visiteurs. Des valeurs en totale opposition aux stands de contrefaçon à proximité !
  
 
 
 
  
Gothique, sweet, lolita, mais aussi steampunk ou purement otaku, tous les courants étaient représentés et il était facile d'y trouver son bonheur. Même les plus réfractaires auront pu se laisser conquérir par des accessoires nostalgiques, véritables madeleines de Proust pour les fans de la première heure. Pendentifs Lego ou Playmobil, peluches ou badges à l'effigie de héros des années Club Do... De quoi retomber en enfance !
 
 
   
  
     
 

Un éparpillement "amateur"...

   
Nous l'avons évoqué dans la première partie, la disposition des amateurs reste un des points qui nous a laissé le plus d'interrogations. Une partie servait à combler le hall 5, en particulier l'espace des éditeurs et des stands japonais, mais n'était que la partie émergée de l'iceberg qui sombrait dans les eaux du Comic Con', bien loin du public ciblé, fan de productions à connotation manga. La SEFA a-t-elle voulu regrouper tous les amateurs (manga comme comics ou BD) dans un même coin ? Ou ne savait-elle pas quoi en faire, preuve de son peu de considération pour ces jeunes créateurs, qui se sont par ailleurs retrouvés sans électricité pendant de nombreuses heures sans que l'organisation ne s'en soucie.
  
Tous ces désagréments n'ont cependant pas plombé l'ambiance générale de ces exposants, bien déterminés à montrer qu'ils existent. Une preuve à cela est l'exposition Koko to Asoko de l'association Walking Art, située à un point de passage-clef du festival (entre les deux halls et non loin des lauréats de JE Awards). Cette galerie, composée de tableaux réalisés par de jeunes artistes, que les visiteurs du festival devaient départager en votant pour leur favori.  Une bien belle entrée en matière !
 
 
   
  
  
    
Parmi les figures montantes de l'espace amateur ou semi-professionnel, nous remarquerons la présence de Dimitri Lam, à présent édité chez Geny Editions et qui présentait un troisième titre: Longfort, roman de Cyrille Alviset dont il signe les illustrations. Liaze et Moemai, auteures de Lost Soul chez Taifu Comics, disposaient également de leur propre stand pour faire découvrir leurs autres œuvres, en restant très disponibles. Le jeune éditeur Kejhia a également préféré (du moins s'il a eu le choix) rester du côté du village des amateurs, avec des auteurs comme Clover Doe (Chocolat et Noisette) en dédicace. Enfin, nous n'avons pas oublié de faire un passage sur le très affluent stand de Dragon Ball Multiverse, avec là encore de nombreux artistes pour des autographes.
 
 
  
   
     
 
Cette année encore, de nombreux auteurs et dessinateurs présentaient leurs travaux, allant du simple hommage de fan avec des illustrations de héros bien célèbres, à des fanzines aux scénarios très élaborés. A l'instar des productions de l'espace Mode, il y en avait pour tous les goûts, même si la communauté reste majoritairement féminine et, par conséquents, que les productions tendaient souvent vers le shojo et les beaux éphèbes. Mais que les lecteurs masculins se rassurent, il y avait aussi de quoi faire en jolies héroïnes et en histoires d'action, sans oublier les fameuses mises en scène des célèbres Myth Cloth de Saint Seiya !
       
      
   
   
     
   
   
  

© 2012 Manga-news.com

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News