Dossier manga - Gundam, Le Siècle Universel : Partie 1 - Mobile Suit Gundam & Gundam - The Origin

Note des lecteurs 20 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 08 Juin 2018


Personnages



Note : Mobile Suit Gundam comptant un grand nombre de personnages essentiels à l'intrigue, nous n'avons sélectionné ici qu'une partie des figures majeures de la première œuvre Gundam...

- Amuro Ray :



Né sur Terre, Amuro a emménagé sur la colonie Side-7 avec son père, l'ingénieur Tem Ray, travaillant pour la fédération terrienne. Peu social, le jeune garçon, qui a hérité des talents d'invention de son géniteur, passe le plus clair de son temps seul, chez lui, en compagnie du petit robot qu'il a lui-même créé : Haro. Malgré l'absence de son père, il peut compter sur son amie, et véritable figure maternelle, Fraw Bau pour le rappeler à l'ordre.
Une existence déphasé qui vaudra à Amuro de ne pas se rendre compte de l'urgence de l'alerte sur Side-7, lorsque Zeon attaquera la colonie. A la recherche de son père pour trouver un moyen d'évasion, il montera à bord du prototype de Mobile Suit de la fédération : le Gundam. La première étape d'un long périple dans cette guerre sans merci, au cours de laquelle Amuro apprendra à murir et protéger ceux qui lui sont chers, tout en rencontrant certains drames humains dont sa rivalité avec celui qui sera son adversaire de toujours : Char Aznable.

- Char Aznable :



Pilote d'élite de Zeon, Char est célèbre pour ses faits d'armes lors de la bataille de Loum, qui lui valurent le surnom de « Comère Rouge ». Il pilote un modèle de Zaku customisé avec sa propre couleur, le rouge, et est craint par les deux camps du conflit. Il trouvera en Amuro un rival tenace qui piquera chez Char un certain plaisir au cours des affrontements. En réalité, Char n'est qu'un nom d'emprunt, le jeune homme se nommant vraiment Casval Rem Deikun, héritier du défunt Zeon Zum Deikun. Car Casval le sait bien, son père n'est pas mort accidentellement mais a été assassinée par la dynastie Zabi, celle pour laquelle il est censé combattre...

- Bright Noah :



Jeune officier des forces fédérales terriennes, Bright se retrouvera propulsé au poste de commandant du White Base suite aux incident imprévus qui sont survenus sur la colonie Side-7. Malgré son jeune âge, Bright n'ayant même pas la vingtaine au cours de Mobile Suit Gundam, il fera un commandant stricte et rigoureux, se montrant même sévère envers les membres de l'équipage qui manqueraient à leur devoir. Au fil des batailles et des péripéties, le caractère de Bright s'adoucira : il se montrera beaucoup plus compréhensif envers ses compagnons, et connaîtra l'amour au sein de l'équipage.

- Sayla Mass :



Réfugiée de Side-7, Sayla est une jeune femme à la volonté ferme qui apportera toute l'aide dont elle dispose aux civils victimes de l'attaque de Zeon sur la colonie, et se retrouvera ainsi propulsée dans l'équipage du White Base. Sayla a un caractère sévère, si bien qu'elle ne laisse jamais vraiment transparaître ses émotions... du moins au début de l'histoire. Elle cache elle aussi une part d'ombre puisque Sayla Mass n'est que sa deuxième identité, son véritable nom éyant Artesia Som Deikun. Elle est la fille de Zeon Zum Deikun et la petite-soeur de Char Aznable, son frère disparu qu'elle retrouvera rapidement après son entrée dans le conflit.

- Kai Shiden :



A l'instar de Hayato, Kai est un adolescent vivant sur Side-7 et qui trouvera refuge à bord du White Base. Loin d'être ami avec Amuro, c'est le moins que l'on puisse dire, Kai a un caractère diamétralement opposé à celui du héros. Il est couard, imbu de lui-même et provocateur, ce qui lui vaudra rapidement des remontrances. Le conflit le fera progressivement évoluer, c'est en particulier un drame majeur qui permettra à Kai de renoncer à sa lâcheté, et d'assumer son désir de protection des siens.

- Fraw Bow :



Adolescente originaire de Side-7, Fraw connaîtra l'enfer lorsque sa famille se tuée lors de l'attaque de Zeon sur la colonie. Malgré son chagrin, elle trouvera refuge sur le White Base et jouera un rôle d'infirmière, en plus de devoir assumer un rôle maternel en s'occupant des trois enfants que sont Katz, Kika et Letz.
Très poche d'Amuro pour veiller sur lui depuis des années, Fraw se fera bien du mouron pour celui qui montera de nombreuses fois dans le cockpit du Gundam. Leur relation évoluera mais loin d'une simple amourette, c'est une amitié pleine de sincérité qui se développera.

- Lalah Sune :



Issue de l'institut Flanagan, Lalah est un élément particulièrement important pour Zeon puisque ses facultés sont mises au service de la guerre. Petite protégée de Char qu'elle surnomme affectueusement « mon capitaine », Lalah rencontrera aussi Amuro pour lequel elle développera une grande sympathie, voire plus si affinité. Une forte connexion purement New-Type s'établiera entre elle et lui, un lien si fort qui raisonnera même après la mort...
Le tempérament léger de Lalah contraste avec son rôle au sein de la guerre puisque la jeune femme sera amené à piloter l'Elmet, un mobile armor expérimental doté d'un système Psycommu, capable d'exploiter les dons des New-Types. Malgré cette arme destructrice et leur importance dans la guerre, Lalah est convaincue que les New-Types ne sont pas des armes destinées à tuer...

- Gihren Zabi :



Membre de la puissante famille Zabi, Gihren est très certainement le plus sournois et ambitieux de la lignée. Commandant de guerre habile, il ne laisse que peu de place aux sentiments et est plutôt du genre à sacrifier ses frères aux combat que faire dans le sentimentalisme.
Ses manigances lui vaudront les remontrances de son père, Degwin Zabi, un fossé séparant le père et son fils qui sera décisif sur l'issue du conflit. Car s'imaginant triompher, Gihren ne se voyait aucunement être trahi, aveuglé par ses idéaux de domination...

- Kycilia Zabi :



A l'instar de Gihren, Kycilia et l'un des membres dominants de la dynastie Zabi tant elle est du genre à prendre les devants afin de faire tourner l'issue du conflit. Néanmoins, malgré sa forte autorité, elle reste une femme humaine qui se soucis de sa famille. Cette différence qui la sépare de Gihren sera cruciale pour le dénouement de la guerre...

Le renouveau du mécha, et la formule d'un succès


Gundam premier du nom apparaît à la fin des années 70, une époque où les anime de robots géants brillaient par les machines aux capacités inouïes, qui avaient besoin ou non d'un pilote pour être dirigées. Dans ce qu'on appelle le Super Robot, la crédibilité de l'engin n'est pas important pour le scénario qui doit justement montrer des robots aux pouvoirs extraordinaires, des machines qui sont de véritables icônes à l'écran tant elles vont jusqu'à prendre le pas sur les personnages. En France, à cette même période, nous faisions connaissance de Goldorak (ou Grendizer au Japon), un robot répondant justement à ses critères et qui, bien que commandé par Actarus, constituait justement la machine fantastique incroyable qu'on aimait adorer dans ces anime de gros robot. Des anime de Super Robot, il y en a eu après Gundam, l'un des plus connus post années 2000 étant le célèbre Gurren Lagann, ce robot si puissant qu'il en devient capable de percer le firmament...

Il est important de comprendre ce contexte pré-années 80 au Japon pour saisir l'importance de Gundam dans le paysage de l'animation japonaise. Yoshiyuki Tomino, réalisateur visionnaire qui, même aujourd'hui, aime ne pas faire comme les autres comme nous l'a prouvé l'atypique Gundam – Reconguista in G, voulait créer quelque chose qui se détachait du simple robot géant zigouillant ses ennemis un à un. Il souhaitait une vision crédible et un récit plus humain où le robot serait au service des personnages et non l'inverse. C'est exactement ce qu'est Mobile Suit Gundam, la première série de 43 épisodes, qui prend le concept du robot géant à revers dans l'optique de ne pas en faire qu'un mastodonte de combat, mais plus un véhicule de guerre qui dépendrait des facultés de son pilote. Dans la série, il y a bien un robot aux capacités plus étoffées que celles des autres engins, c'est le Gundam. Mais contrairement aux séries de Super Robot, ses prouesses viennent surtout des talents de pilotage du jeune Amuro Ray, une approche qui permettra d'ailleurs à Tomino de développer la mythologie des New-Types, exclusive (ou presque) au Siècle Universel de Gundam, mais nous y reviendrons plus tard. A côté et face au Gundam, la série nous présent de nombreux appareils, et pas forcément des robots bipèdes exclusivement. Mais là où le Gundam reste un prototype plus performant que la moyenne grâce au génie de son inventeur, le chercheur Tem Ray, père d'Amuro, les autres engins ne sont que des machines de combat sortant de l'usine et reproduits en série. En outre, si le Gundam a cette image du robot incroyable bien que sa puissance dépende surtout du pilote, les autres machines n'ont qu'une aura d'engins de guerre. Une volonté de Tomino que l'on retrouve d'ailleurs dans le design des robots que l'on doit au mecha-designer (ou designer des entités mécaniques) Kunio Okawara, vétéran de la saga qu'on retrouvera même dans quelques séries des années 2000. Les Zaku ne sont pas équipés de canons laser et autres fantaisies, mais avant tout de gros flingues et de fusils. Du côté de la fédération terrienne, on retrouve les machines produites en série Guntank et Guncanon qui, comme leur nom l'indique, ne sont que des versions futuristes des chars d'assaut qui existent actuellement. Si l'idée de tels appareil reste aujourd'hui de l'ordre de la science-fiction, on leur accorde toutefois une certaine crédibilité tant l'impression d'avoir sous les yeux des visions à venir d'appareils de guerre se fait plus que ressentir.



Gundam, la première série et ses trois films compilés s'entend, n'est donc pas qu'une série reposant sur un seul robot, mais sur toute une variété d'engins qui établissent un véritable univers et sont le symbole des enjeux politiques du début du Siècle Universel. A ce titre, chaque camp possède sa technologie et ses codes de construction. Le design de chaque machine permet d'identifier le camp de l'appareil, des codes que l'on assimile assez rapidement de telle sorte à ne jamais se retrouver perdu sur les champs de batailles. A titre d'exemple, les appareils des fédérés reposent sur des touches blanches, bleues ou rouges vifs, une palette qui correspond au Gundam, au Guntank, au Guncanon et au Core Fighter, cet avion de combat sophistiqué. A l'opposé, chez Zeon, les Zaku brilleront de leur couleur verdâtre. Les Gouf, bien que bleus, auront ce quelque chose de moins pétant que chez la fédération terrienne, sans compter ses similitudes de design avec les Zaku qui permettra au spectateur de forcément les rapprocher de Zeon. Même constat pour le Zaku rouge de Char : si la couleur sera le symbole du personnage sur le long terme, on ne l'associera jamais avec les forces fédérales terriennes.

Nous en parlions plus tôt, le concept des New-Types fait aussi partie du folklore qui a contribué au succès de Gundam. Pas forcément de la série télévisée puisque l'idée était moins exploitée, mais de la richesse du Siècle Universel qui permis aux premières œuvres de rapidement faire de Gundam une saga marquante qui pourrait être étoffée sur plusieurs décennies, et d’innombrables séries télévisées, séries d'OAV, longs-métrages, et ONA plus récemment. Yoshiyuki Tomino a pensé tout un univers avec Mobile Suit Gundam. Il ne présente pas une lutte entre les humains et des envahisseurs, mais une guerre entre humains. Au lieu de nations qui se mettraient mutuellement à feu et à sang, il a pensé une vision plus futuriste mais pas incohérente, un contexte où une partie de l'humanité aurait migré vers l'espace et entrerait en guerre contre les forces terrienne. Une guerre d'indépendance, tout simplement, le tout sur fond de magouilles politiques, un autre aspect de la crédibilité du scénario de la première œuvre Gundam. Concernant les New-Types, Tomino a simplement pensé une nouvelle étape de l'évolution humaine, une manière pour lui d'apporter quelques « pouvoirs » à certains personnages tout en restant dans un cadre limité. Amuro et Char ne sont pas des surhommes, loin de là, mais bénéficient simplement d'intuitions et de sensibilités plus solides, des atouts indéniables lorsqu'il est question de pilotage. Tout en sachant que si le scénario rabâche l'idée des New-Types, il ne la développera pas forcément, et ce sera aux séries suivantes d'endosser cet héritage et de le sublimer pour magnifier l'univers Gundam, ou du moins le Siècle Universel.
  
  


Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News