Dossier manga - Global Garden

Reader Rating 18.50 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 10 June 2010


Présentation

  
Résumé:
1954, Einstein est aperçu pleurant sous un arbre par deux gamins trop curieux. Le grand homme pleure son génie, regrettant amèrement la formule qui l’a rendu célèbre de par le monde. E=mc². La formule qui a servi de base à la construction de la bombe atomique qui a en grande partie détruit le Japon après la guerre. Son seul souhait est de changer l’avenir de la terre, pour rendre le futur plus beau. Pour ce faire, il faut sauver Yggdrasil, l’arbre nourricier et porteur de vie, qui se meurt depuis les bombardements d’Hiroshima et Nagasaki. Se rendant bien compte qu’il est trop vieux pour réussir seul ce rêve qui l’anime, il va confier cette mission à Hikaru et Haruhi, les deux enfants qui l’ont trouvé si triste. En leur permettant de ne pas vieillir trop rapidement, Einstein s’assure qu’ils pourront trouver Ruika, celle qui va sauver la terre, avant de mourir peu après, toujours les larmes aux yeux et les remords plein le coeur. Mais Einstein est-il vraiment mort ? Est-ce que ces souvenirs d’un demi-siècle se sont effacés aussi facilement ?
2005, Hikaru cherche seul Ruika, en compagnie d’un petit garçon muet nommé Robin. Le seul problème, c’est que la Ruika qu’ils trouvent refuse d’être appelée comme ça et soutient corps et âme être Masato, son frère tué dans un accident d’avion. Ce n’est pas dans ces conditions que Ruika pourra incarner Skuld, la très jolie gardienne du Garden. Il faudra d’abord sauver Ruika avant de sauver la terre...
   
    
    
Fiche technique:
C’est en février 2002 que voit le jour au Japon le premier tome de Global Garden (アインシュタイン睡夢奇譚- Gurōbaru gāden - ainshutain suimu kitan), chez Hakusensha en passant par la prépublication dans Hana to Yume. La série s'achève avec son huitième volume paru en mars 2005. Notons par ailleurs que la série fut rééditée en en format bunko (quatre volumes doubles), de mars à mai 2012.
  
Delcourt, qui se partage en France les licences de l’auteur avec Tonkam, sort le premier tome en mai 2004. La parution française s’étend jusqu’à décembre 2005, et un coffret intégral voit le jour à cette même date. Le plus étonnant, c’est que la science fiction avait légèrement été abandonnée par l’auteur depuis Please save my earth, mais qu’elle renait ici en se mélangeant à l’histoire et à la romance, faisant du titre un shojo de mystère et de fantastique. C'est ce déséquilibre très particulier qui causera sans doute son manque de succès en France, comme bien d’autres séries de l’auteur.
    
  
   

Auteur:
 

 
Saki Hiwatari (日渡 早紀) est née le 5 juillet 1963 à Kanagawa, et c’est une vingtaine d’années plus tard qu’elle commence sa carrière, en 1982. A 19 ans donc, elle envoie un de ses premiers travaux au magazine de shojo bien connu, Hana to Yume. « Mahou Tsukai wa Shitteiru » est reconnu immédiatement et lui permet de se lancer dans le métier de mangaka, en gardant comme éditeur celui qui l’a fait connaitre. Ses œuvres s’expliquent beaucoup dans son enfance et son admiration pour Einstein. Sa première grande série, Please save my earth, est ainsi inspirée de sa vision de petite fille naïve, rêvant plus que tout de communiquer avec la nature environnante. Global Garden nait bien plus tard, d’une simple phrase d’Einstein, qui disait qu’un physicien peut, avec du papier et un crayon, envoyer une fusée dans l’espace. La mangaka décide alors de reprendre le personnage et sa croyance, pour faire rêver ses lecteurs avec son crayon et quelques pages blanches. 


Son plus grand succès, sa plus longue série est certainement  Please save my earth, qui s’étend sur 21 volumes, mais s’agrandit d’une série complémentaire, d’un one shot, d’OAVs, d’un artbook, d’un film et d’un anime comics de trois tomes. Les thèmes qu’elle chérit se retrouvent alors beaucoup dans ses principales créations, dont la réincarnation, le surnaturel, l’écologie et la romance. Sous les traits de ses personnages, l’auteur dénonce, affirme, crée du rêve et mélange le tout dans des récits assez naïfs mais bien plus présents qu’ils en ont l’air.
 

Œuvres:
En 1983 nait le premier volume d’une série de sept tomes, se décomposant en trois one shot et une série de quatre volumes. Le premier one shot est Akuma-kun ni Onegai, sorti en aout 1983 chez Hakusensha. Suivent respectivement un et deux ans plus tard Akuma-kun boku wa tenshi ni naritai (juillet 1984) et Akuma-kun Black Minion (mars 1985), toujours chez Hakusensha. En décembre de la même année apparait le premier tome d’une série de quatre : Akuma-kun Magic Bitter. Entre temps, la mangaka dessine Hoshi ha, Subaru en mars 1984. Viennent ensuite les œuvres parues en France, avec en tête de liste son plus grand succès.
   
Dans l’ordre de leur sortie, l’enchainement des titres Akuma-kun:
 

    
  
Hoshi ha, Subaru:
 

 
 
Please save my earth (Boku no Chikyuu o Mamotte - ぼくの地球を守って) commence deux ans plus tard, en juin 1987, chez Hakusensha. La série compte vingt et un volumes, au Japon et en France. Au Japon, le manga est également sorti en version poche de 12 tomes en 1998, alors qu’en France seule la première édition est disponible chez Tonkam depuis septembre 1999, parution qui durera deux ans. On suit ainsi Alice, lycéenne travailleuse et heureuse de vivre. Tout change lorsque la jeune fille apprend qu’elle est la réincarnation d’une habitante de la lune. Peu à peu, elle rencontre d’anciens amis, eux aussi réincarnés et la quête de sa vie antérieure commence, alors même qu’Alice tente de préserver son statut d’adolescente des temps modernes.
   

 
 
Mirai no Utena - la mélodie du futur (未来のうてな) se compose de 11 volumes, sortis dès mars 1995 au Japon chez Hakusensha, toujours prépublié par Hana to Yume. En France, l’intégralité de la série est disponible chez Delcourt, et ce de juillet 2006 à mai 2008. La série nous fait découvrir Takeru, adolescent passionné de jeux vidéo et dont le plus grand souhait et de mettre sur pied son propre projet de RPG. Seulement, lorsque sa mère souffrante lui révèle qu’il a une demi-sœur sur un autre continent, Takeru explose et s’insurgera contre son père. Mais qui est cet étrange garçon qui commence à trainer devant chez lui ?
 

   
  
En 2000 Magie intérieure (Cosmo na bokura - 宇宙なボクら) voit le jour au Japon à partir de mars, et s’étale sur quatre tomes qui seront disponibles dans nos contrées de septembre 2003 à mars de l’année suivante, chez Delcourt également. Au Japon, une réédition en format bunko est sortie en mars 2010, en deux volumes. L’histoire est celle d’Haruko, une jeune sorcière ayant hérité des pouvoirs de sa mère décédée, et qui va se retrouver prise dans une affaire d’ijime. En se faisant des amis et grâce aux conseils de son chat parlant, Haruko va dépasser ses peurs et aller au-delà des apparences pour se sortir de cette très inconfortable situation.
   

   
  
Suite au succès de Please save my earth, un one shot voit le jour pour approfondir, en trois nouvelles, l’univers de la série. Le jeu du hasard (Kioku Semei - 偶然が残すも) sort en aout 2001 au Japon et deux ans plus tard en France chez Tonkam. Cet opus comporte en fait l’histoire de Mikuro (souvenirs distincts II) et Birth (souvenirs distincts III), qui suivent tous deux la longue série de l’auteur. Mikuro est donc pourvu d’une force surnaturelle appelée ESP qui serait en temps normal étudié par l’EPIA, le bureau fédéral en charge de l’examen des différents porteurs de pouvoir. Mais on s’intéresse moins à ce pouvoir qu’à sa petite vie, qui croisera celle de Paméla, qui l’amènera à se souvenir de choses bien désagréables. Mikuro a en effet deux mères, dont une qui le hait et l’autre dont il est amoureux …
   

    
  
Avec actuellement onze tomes au Japon et neuf en France, Embraced by the moonlight - Réincarnations II (Boku wo Tsutsumu: Tsuki no Hikari - ぼくの地球を守って) fait suite à la série phare de la mangaka. Le premier tome, sorti en juin 2005 chez Hakusensha séduit et Tonkam reprend la série en septembre 2006, le tome sept étant arrivé chez nous en novembre dernier. Alice, Rin et les autres se retrouvent tous les ans pour se souvenir de leurs aventures. Les enfants des personnages principaux de Please save my earth sont ici devenus amis, et eux aussi sont destinés à un avenir pas comme les autres...
    

   

   

Personnages principaux:
   
Ruika
 

 
Héroïne d’une histoire alliant fantastique et magie, Ruika n’est au départ qu’une simple adolescente. Ou presque. Face au traumatisme de sa mère, qui a cru perdre sa fille dans un accident d’avion alors que son fils, Masato, aurait survécu, Ruika se fait passer pour son frère. Pendant une petite moitié du titre, son but est de préserver sa mère de la dure réalité. Celle-ci est déjà placée en institution spécialisée, et Ruika vit seule avec ce fardeau à porter en plus, mais rien n’est plus dur que le regard d’une mère qui ne vous reconnait pas. Ruika est donc Masato, et peu à peu, étrangement, elle se transforme réellement en garçon. Ses cheveux ne poussent pas, son corps se fait plus masculin, et devant un désir aussi fort, la nature n’a qu’à bien se tenir. Ruika disparait peu à peu sous l’emprise de ce frère décédé qu’elle ne peut même pas pleurer. On sent alors que les traits de personnalité principaux du personnage principal de Global Garden sont la dévotion, la tendresse et l’attention qu’elle porte aux autres. Elle se donne corps et âme au bien être de sa mère, refusant toute amitié ou toute suggestion de relation amoureuse. Plus rien ne l’atteint, sinon la détresse de celle qui a veillée sur elle et dont elle doit à présent prendre soin sans penser à elle-même.
Son quotidien monotone et terne change pourtant lorsqu’elle rencontre Hikaru, qui va pour la première fois lui donner envie de se sentir femme. A ses côtés, Ruika peut être elle-même, malgré les étranges informations que le jeune homme lui livre. Se sentant en confiance même en face d’un garçon lui disant ne pas vieillir, lui confiant qu’elle est la gardienne du Global Garden et lui racontant une promesse faite à Einstein en 1954, Ruika va finir par croire ces absurdes révélations. Hikaru va alors changer sa vie, en lui permettant d’avancer vers sa mère pour ce qu’elle est vraiment, mais aussi de prendre conscience de son pouvoir et des conséquences qu’il entraine, partageant avec elle le rêve d’aller au Garden ensemble …
 
 
Hikaru
 

 
Personnage clé de l’histoire, Hikaru a tout l’air d’être un adolescent se dirigeant tranquillement vers l’âge adulte, mais il a en réalité plus de soixante ans. Tout commença quand Einstein, qu’il rencontra quand il était jeune, lui confia une mission et un rêve. Depuis, Hikaru vieillit très lentement et a acquis la capacité de voyager dans le temps grâce à ses rêves, et notamment de voir l’avenir. Son but est de retrouver Ruika, celle qui sera désignée comme la gardienne du Global Garden qu’Hikaru veut à tout prix atteindre. Mais avant cela, il va aider la jeune fille à se trouver elle-même, à son rythme, et à retrouver l’amour de sa mère pour ce qu’elle est vraiment. Rapidement, les sentiments du jeune homme se transforment en une tendresse toute particulière pour sa petite protégée, et il acquiert la confiance de Ruika, qu’elle ne donne pas à tout le monde … Hikaru est alors très dévoué à sa cause, volontaire, un peu trop réactif et sanguin parfois, la patience a du mal à entrer dans son quotidien. Attentionné et précautionneux, il veut protéger tous ceux qui l’entourent et sauver tout le monde avant d’accomplir enfin la promesse qu’il a faite à l’éminent scientifique pleurant sous un arbre …
Si tout est plus facile actuellement, l’enfance d’Hikaru n’a pas été simple, notamment aux côtés d’Haruhi, qui croit à présent que son ancien compagnon est responsable de la terrible mort de ses parents. Un nuage de mystère et de silence plane autour de ces sombres souvenirs, et seule Ruika parviendra à ouvrir le cœur du jeune homme, à pleurer pour lui et à vouloir à tout prix le consoler. Enfin, on note qu’Hikaru a tout à fait les caractéristiques du héros courageux et fidèle, même sur les derniers tomes où tout semble compromis …
 
 
Haruhi
 

 
C’est sans doute le personnage le plus flou, et pendant longtemps, de tout le manga. Se faisant aussi appeler Rayle, Haruhi travaille depuis son enfance à la fondation Stanley où il a grandit aux côtés d’Hikaru. Mais le jour où son ami tue ses parents, le petit Haruhi s’éloigne de la personne la plus importante à ses yeux. Acceptant de perdre ses géniteurs pour garder son nouveau frère, Haruhi est trahi et en garde un traumatisme assez puissant, d’où son agressivité teintée de possessivité. En tentant incessamment de séduire Ruika, Rayle désire en fait se rapprocher d’Hikaru, sans réussir à se l’avouer et donc à y parvenir. Très nuancé, ce personnage est très fragile malgré son apparente cruauté, et son instabilité mentale va causer bien des soucis aux gens qui l’entourent. Il apporte cependant durant une grande partie du récit la note noire et dangereuse qu’on attendait, tout en côtoyant ses soi-disant ennemis. De plus, le contraste dont il est l’incarnation permet de faire passer une émotion encore plus forte dans les derniers volumes, bien que son attachement soit maladroit, parte dans tous les sens et finisse pas n’en avoir plus aucun.
 
 
Robin
 

 
Sans doute le personnage le plus étonnant du manga, Robin est un caractère destiné à évoluer. Durant toute la série, ce petit garçon au regard de chiot se révèle courageux, dévoué et attachant. Son amour pour Hikaru et Ruika font de lui un soutien émotionnel et humoristique débordant. Car le petit garçon est muet et doit donc communiquer par l’intermédiaire d’un carnet à croquis, ce qui se révèle souvent assez cocasse. Mais sous son aspect nonchalant et amusant, Robin est une des clés du récit et l’auteur ne le cantonne pas au rôle de bouffon ou de créateur d’émotions enfantines. Son évolution va le grandir, le rendre plus intéressant encore et faire de lui un des personnages centraux du titre, alors même que peu avant il paraissait effacé et transparent. On apprécie vraiment ce revirement, surtout que c’est d’avantage l’idée de Robin que l’on aime, plutôt que ce petit corps aux grands yeux. Le petit homme aurait également un intérêt de plus, car Einstein semble avoir un lien avec les enfants et plus particulièrement celui-ci. Quels secrets nous cachent ce petit corps innocent et muet ? Il faudra attendre de nombreux tomes pour le savoir. Mais quelle révélation!
  
 
   


GLOBAL GARDEN © 2001 by Saki Hiwatari / HAKUSENSHA Inc., Tokyo

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News