Dossier manga - GTO Shonan 14 Days

Reader Rating 20 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 07 Febuary 2013


La patte Fujisawa

 
 
Avec Shonan 14 Days, les fans sont en quelque sorte en terrain conquis. D'emblée, on est heureux de retrouver Onizuka, personnage-fétiche parmi les personnages-fétiches, dont la seule présence et le caractère si particulier suffisent à rendre un manga sympathique. L'humour est bien présent, de l'humour made in Fujisawa quand il s'agit d'Onizuka, qui reste ici toujours aussi idiot, se mettant dans des situations pas possibles et passant son temps à fantasmer à tout va. Par exemple, quand il pense enfin pouvoir emballer la belle Ayame, les gags s'enchaînent, portés par le caractère unique de notre héros, par ses réflexions et ses actes parfois stupides. Le prof pervers est bien là !

Dans le fond, on retrouve donc globalement l'Eikichi Onizuka que l'on aime. Dans le tome 2 par exemple, on le retrouve capable d'enchaîner les conneries amusantes (le coup des fourmis, par exemple), mais n'hésitant pas à foncer tête baissée dans le tas, au risque de se mettre à dos les flics, pour sauver son élève.

L'humour est encore plus amusant pour les fans quand Fujisawa se lance des clins d'oeil à... lui-même ! C'est le cas par exemple quand le mangaka nous embarque, le temps de deux chapitres, à la découverte du dirigeant de la compagnie sociale à laquelle appartient le White Swann. Et de par son physique de brave homme d'âge mûr, ses loisirs un peu ringards, les fantasmes qu'il se fait sur Ayame, et les poisses qu'Onizuka fait tomber sur lui, le bonhomme ne manque pas de rappeler ce cher proviseur Uchiyamada. Sa rencontre avec la tornade Onizuka, qui va semer la pagaille dans son petit monde et en qui il va voir une menace dans sa relation fantasmée avec Ayamé, va rapidement éveiller en lui de vraies crises et une antipathie comique dirigée contre notre héros.

Il est également appréciable de voir qu'entre deux parties très denses ou "too much", le mangaka est capable d'apporter des tonalités plus paisibles en s'axant sur un registre plus orienté tranche de vie. Par exemple, les déboires du directeur de la compagnie sociale ou d'Uchiyamada restent efficaces pour détendre l'atmosphère, de même que la petite rivalité amoureuse puis complicité entre Urumi Kanzaki et Shinomi. Plus mélancolique, le passage où l'on assiste à la prise de conscience des deux gérantes du Black Swan tristes à l'idée de bientôt voir Onizuka repartir, qui a lui aussi de quoi toucher un peu

Enfin, on retrouve le talent du mangaka pour dépeindre des personnages suffisamment détestables pour qu'il devienne jouissif de les voir en baver. Le plus bel exemple est celui du maire de Shonan, que Tôru Fujisawa exploite merveilleusement bien. De son physique à ses discours, le mangaka parvient à rendre le personnage caricatural juste comme il faut, ni trop ni pas assez, et profondément tête à claques, si bien qu'il sert parfaitement les nombreuses petites piques envoyées à l'ensemble d'une société pas si éloignée que ça de la réalité : discours politiques totalement démago, sans vrai fond mais brossant tout le monde dans le sens du poil, manipulation facile de médias qui ne cherchent pas à voir plus loin... Ce qui en découle, c'est une véritable opposition de valeurs entre ce politicard hypocrite et un Onizuka comme on l'adore : on se régale en voyant notre héros s'opposer envers et contre tout à cet homme cachant ses ambitions derrière ses belles paroles, on retrouve ici un Onizuka mis en valeur par des phrases fortes, bourré de valeurs, prêt à tout pour lutter contre les injustices cachées. On est séduits par le retour de cet homme se souciant réellement de ses élèves, au-delà des surenchères de rebondissements too much longtemps observées sur cette série. Cet Onizuka-là, c'est celui qu'on adore, celui qui nous a longtemps manqués.

On retrouve toutefois dans Shonan 14 Days des défauts récurrents de la patte Fujisawa, à commencer par une tendance des personnages à se ressembler d'une série à l'autre. C'était par exemple le cas de Goto dans Reverend D qui ressemblait quasiment trait pour trait à Onizuka, et l'on retrouve cette même sensation ici. Par exemple, Miki est quasiment la copie conforme de Miyabi de GTO.

Également, difficile de savoir si cela vient de la traduction française ou de l'auteur lui-même, mais quelques problème de langage viennent "trahir" la parler si typique d'Onizuka. Notre héros conserve ici son langage franc et un brin vulgaire, mais, de manière régulière, le troque étrangement contre des phrases plus mâtures lors de ses grandes réflexions, alors même que l'une des grandes forces de GTO était d'avoir un héros capable de faire passer des idées fortes via un langage très familier. Tant et si bien que, par instants, on a l'impression d'avoir ici un autre Onizuka.

Pour le reste, on retrouve le coup de crayon si typique de l'auteur, porté par des expressions faciales d'Onizuka régulièrement délicieuses. On remarquera également un trait qui s'est un peu affiné, et une utilisation des trames qui s'est largement améliorée au fil des années chez l'auteur (il faut reconnaître qu'avant, celles-ci étaient assez moches moches).
  
  
  
   
 

14 jours plus tard...


GTO Shonan 14 Days, c'est un peu un concentré de toutes les qualités et de tous les défauts de Tôru Fujisawa : des grands instants d'humour à des focus touchants sur les personnages et une mise en avant choc et critique de la société, on peut passer en quelques pages à une avalanche de rebondissements "too much" et de facilités qui finissent par lasser à force de s'étirer.

Au final, les fans les plus fervents de l'auteur y trouveront sans problème leur compte, tandis que les amateurs les plus pointilleux resteront chagrinés par plusieurs aspects. Mieux vaut sans doute ne pas être trop regardant et profiter de ce qui se passe sans chercher trop loin, à la manière d'un divertissement simple, pas toujours constant dans la qualité, mais prenant et efficace. Et de ce côté-là, GTO Shonan 14 Days a des atouts à faire parler.
 
 
Dossier mis en ligne le 08/02/2013.
 
 
Fiche de la série: GTO Shonan 14 Days
Fiche de la série vo: GTO Shonan 14 Days vo
Fiche de l'auteur: Tôru Fujisawa
 
 

Dossier réalisé par Koiwai


GTO SHONAN 14 DAYS © Tôru FUJISAWA / Kodansha Ltd.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News