Dossier manga - Freaky Girls
Sommaire

Publié le Vendredi, 02 March 2018


Un emballage en forme de tranche de vie


Une fois les bases posées et les premiers problèmes réglés, Freaky Girls se présente également comme une tranche de vie agréable, qui parvient à se construire autour d'une petite galerie de personnages réussie qui ne se limite pas à Takahashi et aux demi.

Entre les petites scénettes classiques du quotidien au lycée ou en dehors de l'établissement, le récit ne perd pas une occasion de développer encore un peu plus les spécificités des demi, essentiellement à travers l'oeil observateur et bienveillant de Takahashi, qui devient pour les trois adolescentes, mais aussi pour Sakie, une vraie figure de confiance, auprès de qui elles peuvent se lâcher, passer de jolis moments ensemble, évacuer leur stress lié à leur nature (c'est surtout le cas pour Yuki, décidément la plus mal dans sa peau au départ), prendre confiance en elles si besoin, forger leur amitié.

On suit alors avec joie leur évolution, et l'attachement que l'on ressent facilement pour elles est probablement l'une des principales réussites de la série, tant l'oeuvre a à coeur de dépeindre leur caractère respectif, les liens positifs qu'elles peuvent bâtir ensemble, leurs tracas... voire la naissance de sentiments amoureux ? De ce côté-là, la série n'évite pas quelques grosses ficelles, mais l'ensemble est bien géré, grâce au caractère du professeur qui ne voit en ces demoiselles que des êtres sur qui il veut veiller, même si Kyôko et surtout Sakie aimeraient être un peu plus que ça.

A tout ceci, il faut donc ajouter des personnages secondaires qui viennent encore animer un peu plus le récit : Himari la soeur jumelle 100% humaine de Hikari qui se montrera plus d'une fois comme une frangine en or, le lycéen Satake qui s'intéresse à sa manière aux filles (et visiblement encore plus à  la mignonne Yuki), les autres amies humaines que les héroïnes sont amenées à se faire, l'inspecteur Ugaki qui est une vieille connaissance de Sakie et qui a lui aussi envie de veiller sur elle à sa façon...
  
  



Des facilités ?


La principale facilité de Freaky Girls vient de son introduction, plutôt rapide et un peu lourde : alors que Takahashi n'avait jamais rencontré de demis auparavant, voilà qu'il y en a quatre qui débarquent en même temps, dont une représentante d'une espèce qui ne compte que trois membres dans le monde, et personne ne se pose vraiment de questions là-dessus. Mais une fois cet état de fait passé et accepté, Petos a tout le loisir de se rattraper, comme on a pu le voir !


Graphismes et édition


Le style visuel de Petos est on ne peut plus simple, voire un peu pauvre parfois, mais le dessinateur a un trait qui dégage beaucoup d'expressivité, qui a quelque chose de pétillant, et qui sait faire ressortir à la fois l'attachement pour des héroïnes touchantes et plutôt adorables, et une ambiance assez positive où l'humour et la bienveillance sont  très présents.

Concernant l'édition française, Pika livre quelque chose de plutôt convenable. La plupart du temps, l'édition séduit pour la traduction de Julien Pouly qui parvient à bien faire ressortir le rythme ainsi que le caractère des personnages, malgré quelques coquilles évitables. Notons aussi que le traducteur s'essaie parfois à quelques néologismes, tantôt convaincants ("demiphile", c'est bien trouvé dans le contexte), tantôt moins ("vampirité"...). Le principal reproche viendra du papier, pas assez souple, un peu trop crème, et souffrant d'assez gros problèmes de transparence.
  
  
  


DEMI CHAN WA KATARITAI © PETOS / Kodansha Ltd.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News