Dossier manga - Dusk Maiden of Amnesia

Reader Rating 18.50 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 12 Febuary 2016


Une histoire d’amour et d’humour


A l’opposé de la dimension horrifique que nous venons de traiter, il demeure une grande dose d’humour au sein de la série, une légèreté propice aux récits scolaires puisque Dusk Maiden of Amnesia en est un, son intrigue se concentrant exclusivement au sein des murs de l’établissement Seikyô. L’œuvre présente est aussi une histoire d’amour, principalement entre Teiichi et Yûko, avec quelques élans de triangles amoureux puisque le protagoniste de l’œuvre est l’objet à bien des convoitises et Kirie et Momoe ne restent pas insensibles à son charme tout le long de l’histoire. A ce titre, tous les codes de la comédie sentimentale sont respectés : Les interactions entre Teiichi et Yûko sont parfois sources de quelques quiproquos, mais l’inventivité vient bien du fait que la nature de fantôme de Yûko, la rendant invisible aux yeux du commun des mortels, engendre quelques gags originaux, prenant à contrepied quelques clichés du pantsu pour mieux faire rire le lecteur. La légèreté de l’œuvre est surtout présente dans la première moitié de l’œuvre qui jongle justement entre le récit d’épouvante et la comédie scolaire car petit à petit, dès le début de la seconde moitié de l’histoire, le burlesque se fait moins présent et petit à petit, la fraîcheur de Dusk Maiden of Amnesia se dissipe pour laisser un ton grave, celui des révélations, de la tristesse, et des chamboulements.

Ainsi, le statut de bourreau des cœurs de Teiichi est minimisé par une partie de l’intrigue bien plus conséquente, à savoir son histoire d’amour avec Yûko Kanoe, le fantôme de Seikyô. La bonne idée du titre, dans sa dimension scolaire et sentimentale, est d’avoir tenu à associer un simple mortel à un esprit éternel. D’abord, il est intéressant de voir que cette amourette est une chose prévue depuis le premier chapitre et que MAYBE n’a jamais tenu à faire planer le doute sur l’identité de celle qui hanterait le cœur du héros. Ainsi, le développement se fait de manière progressive et après quelques chapitres seulement, les réactions de Teiichi et sa quiétude en présence de Yûko laissent penser que le duo atteindra rapidement le stade de couple, une étape primordiale pour traiter celui-ci dans une optique surnaturelle. Car dans cette idée d’associer un humain et un esprit dans une intrigue amoureuse, des questionnements germent très facilement : Qu’en est-il de la légitimité d’une telle union ? Quelle fin sachant que l’esprit doit, tôt ou tard, rejoindre l’au-delà ou alors qu’il doive rester éternellement sur Terre et assister, impuissant, au trépas de son compagnon rongé par les années ? Toutes ces idées sont traitées dans la série, et le couple formé par Teiichi et Yûko est minutieusement décortiqué jusqu’à aboutir à une finalité qui aurait pu bouleversé bien plus d’un lecteur si les deux chapitres épilogues n’avaient pas été là pour clarifier les choses. A ce titre, le choix du lecteur est le même que le traitement des deux auteurs de leur intrigue et l’ambivalence de l’histoire : doit-on choisir une finalité mystique, ou alors une conclusion rationnelle ?





Toute cette ligne directive apporte à l’œuvre tout un tas d’ambiance, allant du pur drame sentimental à la nostalgie, de la peur de perdre l’être aimé à l’idée ineffaçable que le temps n’est qu’éphémère. Le temps est ainsi un thème central dans la relation entre les deux protagonistes qui font face à ce fait inéluctable : leurs conditions ne leur permettent pas de vivre une relation qui perdurera dans le temps, et ce parce que leurs natures empêchent le temps de suivre normalement son cours. Cette facette de l’histoire prend place après une longue introduction des deux personnages, alors que le lecteur s’est attaché à eux et a espéré voir leur relation se concrétiser. Alors, l’horreur de Dusk Maiden of Amnesia vient en partie de sa cruauté dans cette intrigue sentimentale qui, à de nombreuses reprises, donnera la sensation de n’avoir que peu de chances d’aboutir.

Si Yûko et Teiichi sont les figures centrales du récit, les autres personnages ne sont pas en reste et évoluent dans leurs rapports aux autres. C’est particulièrement Kirie Kanoe qui aurait pu endosser le titre de rivale amoureuse si l’intrigue avait été plus indécise. Kirie s’imposer rapidement comme amourachée de Teiichi et surtout jalouse de Yûko, être intangible qui pourtant la surpasse dans bien des caractéristiques physiques. MAYBE revient alors sur la thématique et le schéma du garçon manqué, de la personne androgyne qui ne pourrait briller à moins que son apparence physique soit irréprochable. C’est sur cette idée et en restant tel qu’elle est que Kirie va gagner en assurance et, à défaut d’obtenir le cœur de Teiichi, de devenir un personnage humain, vivant, empli de qualité et qui aidera assurément dans la quête de la vérité quant aux origines du fantôme. A côté d’elle, Momoe Okonogi occupe une place bien plus secondaire et fait simplement figure d’excentricité, l’intrigue et le lecteur ne lui portait rarement qu’une sérieuse attention. En réalité, Okonogi est plus une mascotte pour le club des enquêtes paranormales qu’un personnage qu’on aime voir évoluer.


© Maybe / SQUARE ENIX CO., LTD.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News