Blood Alone - Actualité manga
Dossier manga - Blood Alone

Reader Rating 17.50 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 09 June 2011


Amours platoniques


Si Blood Alone se dirige vers la coexistence entre humains et vampires, c'est avant tout car le récit est porté par un seul sentiment omniprésent : l'Amour, avec un grand A. Ou plutôt, les amours, tant le manga offre des variations autour du thème. Les deux héros sont en eux-mêmes de représentations très distinctes de ce même sentiment. D'un côté, nous avons Kuroe, un héros charmant, attentionné, avec un côté gaffeur qui le rend aussi très humain. Ce beaux ténébreux devient rapidement la cible des faveurs de la plupart des demoiselles du récit, et offre de son côté de l'affection de manière universelle, en aidant les autres et en leur apportant tout son soutien, tel une sorte de "donneur universel". Misaki est quant à elle dans la position de l'amoureuse transie, figée dans un âge où les sentiments s'exacerbent et où la rationalité adulte n'a pas encore lieu d'être. C'est ainsi qu'elle aime Kuroe d'un amour absolu, sans se poser la moindre question, le moindre doute, en savourant la moindre de ses faveurs et toujours désireuse de plus de moments chers à son cœur. L'ambiguïté de leur relation, née des tragiques évènements qui relient leurs passés respectifs, est l'un des moteurs de la série. Plus que des amis, moins que des amants, autre que des frères et sœurs,... il est bien difficile de définir leur affection par de simples mots. Ce sont les nombreux gestes de tous les jours qui viendront apporter une réponse, bien différente pour chaque lecteur. Si l'amour de Misaki pour son prince ne fait aucun doute, il est en revanche bien plus difficile de sonder le cœur de ce dernier. Derrière ses sourires tristes, Kuroe semble avoir fermé son cœur à tout sentiment amoureux depuis la disparition de sa sœur, mais peut-être voit-il en Misaki une nouvelle personne à protéger, pour se pardonner de ses erreurs passées. Quoiqu'il en soit, il ressort de leur relation une affection pure, palpable, et touchante malgré tous les regards que l'on peut apporter à leur situation.



En effet, de part cette relation aux contours flous entre un humain et une vampire, Masayuki Takano explore également les amours interdits, impossibles. Car, au-delà de leur différence de sang, c'est avant tout la large différence d'âge entre les deux protagonistes qui pourrait faire grincer des dents au premier abord. Fort heureusement, l'auteur a l'intelligence de ne jamais céder aux voix du fan-service et ne montrera jamais Misaki en petite tenue ou dans des positions compromettantes, ce qui orienterait la série vers une vision autrement plus malsaine et scabreuse. De par cette absence très judicieuse de concrétisation physique, le récit peut à loisir développer les sentiments les plus extrêmes et aborder des thématiques graves sans jamais provoquer un quelconque malaise. C'est ainsi que graviteront toutes les formes de désir, orientées essentiellement vers Kuroe. Misaki est le vecteur de l'attirance vers une figure mature, quémandant la protection de bras solides. Sainome représente l'amour privé de ses illusions et ramené à la réalité de la société, même si ses regrets demeurent dans son cœur. Personnage homosexuel, Higure est l'image de la frivolité qui s'est émoussée au fil du temps et qui regrette de ne s'être jamais stabilisé. Sly incarne la séduction, tandis que l'on peut voir chez Lady Chloé une certaine forme de domination. Sans oublier, bien sur, les sentiments incestueux qui unissaient Kuroe à sa sœur Motoe. Ainsi, cet ensemble de personnages, mus par des ambitions affectueuses si différentes, rendent un éventail très complet de la complexité des sentiments affectifs. D'une manière ou d'une autre, chacun avance seul mais a besoin d'un autre pour pouvoir supporter la douleur de son existence. Dans cet océan de tourments emportés par la nuit, le lien entre Kuroe et Misaki apparait comme une réponse intéressante. Ce bonheur est par définition incomplet, fragile et même factice, pourtant nos deux protagonistes s'en contentent pleinement, sans se poser de questions, plutôt que de se tourmenter sur leur nature. Chacun trouve en l'autre un réconfort lui permettant d'aller de l'avant et de continuer à vivre.

Si cette relation subsiste, c'est également grâce à sa forme platonique qui met en avant uniquement la pureté des sentiments. Les attentions ne vont jamais plus loin qu'un cadeau, un câlin ou à l'extrême, un petit bisou. A l'opposé, la passion semble d'avantage de mise du côté des vampires. Leurs pouvoirs de domination par hypnose ou par le sang sont en effet d'excellents moyens pour assouvir de basses pulsions, à l'instar par exemple de Karedowulf. Le vampire jouit de ses privilèges et de son insouciance par rapport à la société établie pour ne pas se fixer de limites. Pourtant, le personnage d'Higure tend à montrer que le bonheur véritable n'est pas à rechercher dans cette voie-là. L'absence d'amour chez les vampires est peut-être ce qui les rend le plus pitoyable, et c'est sans doute ce même sentiment qui fait que Misaki se définit encore en tant qu'humaine. C'est aussi l'amour qui pousse Kuroe à se rétracter de sa traque éternelle pour mieux se concentrer sur les choses qu'il a à protéger. Dans ce monde où les menaces grondent et les affaires sordides se multiplient, ce sont les doses d'Amour les plus infimes qui sont encore les plus importantes, pour que l'on puisse se rattacher à quelqu'un, donner un but à sa vie et se prouver que tout cela a encore un sens...



© Masayuki Takano / ASCII MEDIA WORKS

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News