Banana Fish - Actualité manga
Dossier manga - Banana Fish

Reader Rating 18 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 25 August 2011


Présentation


Résumé :
Vietnam, 1973. Une sale époque, d’autant plus pour un petit groupe de soldats américains qui verra l’un des leurs perdre la tête, prendre une arme et tirer à bout portant sur eux. Sans prévenir, sans hésiter. Mais alors que la situation se renverse et qu’un des soldats parvient à arrêter sa folie meurtrière, le jeune homme laisse échapper deux mots ... « Banana Fish ». Une douzaine d’années plus tard, en plein cœur de New York, une succession de suicides étranges fait du bruit dans les rangs de la police et notamment pour deux inspecteurs, qui ne comprennent pas ces gestes pour le moins dépourvus de tout sens. Mais en parallèle, le lecteur va rencontrer bien vite un jeune garçon de dix-sept ans nommé Ash, à la tête d’un gang de petites frappes sous ses ordres, tandis qu’il rend lui-même plus ou moins des comptes à un mafieux corse grassement implanté à NY, Dino Golzine. Entre ces trois instances circulent des informations, des mystères, des menaces. Ce qui est sûr, c’est qu’Ash a un rôle à jouer dans cette affaire pour le moins obscure, peut-être par l’intermédiaire du frère qu’il cache chez lui ? Dans tous les cas, qu’est-ce que représente Banana Fish, pourquoi est-ce que ce simple nom parait être promesse d’ennuis et obligation de silence ? Si les morts fleurissent dans les rues de la grande ville américaine, ce n’est certainement pas pour rien !

Dans cette guerre des gangs qui s’impose comme étant le paysage du manga, le jeune Ash au lourd passé et à la curiosité dangereuse va commencer à plonger tête la première dans un complot conspirationniste. Il va cependant croiser la route d’un jeune japonais un peu naïf mais prêt à tout pour l’aider et le suivre. Leur rencontre va-t-elle seulement changer le cours de l’histoire?
   




Fiche Signalétique :
Banana Fish (バナナフィッシュ) est un shojo d’Akimi Yoshida, mais se définit d’avantage comme un thriller à suspense rempli d’action. La série compte au total 19 tomes, au Japon comme en France, mais dans son pays d’origine elle est également disponible sous une édition bunko de onze tomes avec en bonus un volume spécial. Les japonais on pu découvrir ce manga de mai 1985 à avril 1994 dans le magazine Betsucomi de l'éditeur Shogakukan.
  
En France, la série est parue chez Panini manga du 10 juillet 2003 au 23 novembre 2006. Cependant, la commercialisation de Banana Fish est actuellement stoppée en France et il devient extrêmement difficile de se procurer certains tomes, vendus parfois à prix d’or sur internet. Pour se consoler, il est plus simple d’acquérir l’artbook de la série, Angel eyes, paru au Japon en 1994.


 
 
Auteur et œuvres :
Akimi Yoshida (吉田秋生) est une mangaka née à Tokyo un 12 aout 1956, ce qui explique son long parcours en tant qu’auteur et les nombreuses séries à son actif. Elle commence sa carrière à 21 ans, en 1977, où elle est repérée comme professionnelle grâce à Chotto fushigi na geshuskunin (ちょっと不思議な下宿人) après avoir étudié à la Musashino Art University. Elle a, par deux fois, était récompensée pour son travail par successivement les vingt-neuvième et quarante-septième grands prix des éditions Shogakukan  pour Kissoh Tennyo puis pour Yasha.

- California Monogatari (カリフォルニア物語) est un shojo tranche de vie en huit volumes qui a bénéficié d’une édition bunko en quatre tomes. La série fut prépubliée par le magazine Betsucomi chez Shogakukan puis sérialisé de 1978 à 1981.
   

   
 
- Juusanyasou Kidan (ジユウサンヤソウキダン) est un josei romantique de 1983, ne faisant qu’un seul tome, sorti chez Shogakukan.


 
 
- Yumemiru Koro wo Sugite mo (夢みる頃をすぎても) est un manga lycéen typé plutôt josei, en un seul tome et ayant bénéficié de deux éditions chez Shogakukan : une normale et une bunko. Il a été écrit en parallèle de Juusanyasou Kidan puisqu’il sort la même année.




- Kawa Yori mo Nagaku Yuruyaka ni (河よりも長くゆるやかに) est une courte série en deux tomes de l’auteur parue en 1983 chez Shogakukan après un passage dans les magazines Petit Flower puis Betsucomi. Le titre aura bénéficié d’une édition bunko d’un seul tome en 1994. C’est un josei axé sur la psychologie de ses personnages, encore au lycée, ainsi que sur la complexité de leur quotidien.


   
 
- Kissho Tennyo (吉祥天女) est l’un des deux titres pour lesquels l’auteur a reçu un prix, l’année de la sortie des premiers tomes, en 1983. C’est une série en quatre volumes terminés qui a eu droit a une édition bunko de deux tomes de la part de Shogakukan. C’est là encore un josei dont l’histoire tourne autour de lycéens, mais plus mystérieuse et tragique qu’à son habitude.




- Sakura no Sono (桜の園) est un shojo de 1985 ne comprenant qu’un seul tome. Prépublié dans  LaLa puis sorti chez l’éditeur Hakusensha, on pourrait le considérer comme un shojo-ai puisque l’histoire se passe dans un lycée pour jeunes filles qui montent une pièce de théâtre... Cette série a connu deux adaptations en film live, la première en 1990 et la seconde en 2008.
   

   
  
- Bobby’s Girl est un one shot de 1985 sorti chez Kadokawa en tant que shojo romantique et tranche de vie.
   

   
 
- Hanako Gekki (ハナコ月記) est un josei axé histoire de vie sorti en 1993 pour l’édition normale et en 1996 pour la version bunko. C’est un one-shot paru chez l’éditeur Chikuma Shobo.


  
   
- Muteki no License (無敵のライセンス) est un shojo romantique de 1989, en un seul tome paru chez Kawade Shobo Shinsha.


   
   
- Lovers' Kisses (ラヴァーズ・キス) est un josei de 1995 qui prend pied dans un lycée ou les élèves découvrent l’âge de l’amour, et pas uniquement avec des partenaire du sexe opposé. Le titre comprend deux volumes parus chez Shogakukan, après une publication dans le Betsucomi.
  

   
   
- Yasha (夜叉) est la seconde grande série de l’auteur, qui fut elle aussi récompensée par le grand prix de l’éditeur Shogakukan chez lequel la série est parue. Le prix lui sera décerné en 2002 alors que la série commença sa parution en 1996, après sa prépublication dans les magazines Betsucomi puis Flowers. Le titre se compose de 12 tomes, elle est terminée au Japon et bénéficie d’une édition bunko de six volumes. C’est une série classée en josei mais qui, comme Banana Fish, se centre beaucoup sur le mystère, l’action et la maturité de ses personnages. Tout comme Sakura no Sono, elle connut une adaptation live sous la forme d'une série de onze épisodes en 200.


  
   
- Eve no Nemuri (イヴの眠り) est la série qui sert de prologue à Yasha. Parue dès 2004 chez Shogakukan par l’intermédiaire du magazine Flowers, la série compte cinq volumes et reprend donc les thèmes développés dans Yasha pour en expliquer les fondements.
   

  
   
- Umimachi Diary (海街diary) est la série la plus récente de l’auteur. Josei de type tranche de vie, le manga parait dès 2007 chez Shogakukan, et avant cela dans son magazine Flowers. Elle compte actuellement cinq volumes et est encore en cours d’écriture. Ce manga a tout de même gagné le prix de l’excellence à sa sortie en 2007 aux Japan Media Arts Festival Awards, tout en ayant été nominé pour d’autres prix sur lesquels il se plaça en seconde ou troisième place.




- Yoshida Akimi the Best Selection est un recueil de nouvelles écrites par l’auteur, paru en 2007 chez Shogakukan.

  
 
 
 
Personnages principaux :


Nice boys:

Ash Lynx



Moi c’est Ash. Ash tout court, ou Ash lynx, au choix j’ai l’habitude des deux. J’ai dix-sept ans mais on m’en donne largement plus, il faut dire qu’avec les épreuves, les traits vieillissent rapidement. En quelques mots, je suis au début de l’histoire à la tête d’un gang de petites frappes, plus ou moins sous les ordres de ce gros porc de Dino. Bien entouré, j’ai réussi à me faire des amis chers dans ce milieu pourtant sordide et impitoyable. C’est bien simple, c’est tuer ou être tué. Depuis que je suis gosse j’ai compris cette histoire, et au départ de chez moi ça n’a pas arrangé les choses. Mais bon, le passé ne vous regarde pas vraiment. Sinon, on dit de moi que je suis un bon chef, puisque je pense à mes hommes, que jamais je ne laisserai des amis dans une mauvaise situation et que je suis prêt à donner beaucoup pour les aider. Mais je ne tue personne sans raison, ça non. La vie est trop précieuse ... Fin stratège, je suis aussi très intelligent et c’est ce qui me permet de m’en sortir un peu dans cette vie pourrie, pour rendre à Dino ce qu’il m’a donné et pour me sortir des recherches simultanées de la police et de la mafia corse. Il parait aussi que je suis beau comme un ange, avec mes cheveux blonds et ma taille mince, mais si ça m’a souvent desservi, j’avoue pouvoir exploiter parfois cette faiblesse qu’ont les autres devant la beauté. Et le reste ... à vous de le découvrir.
 
 
Eiji Okumura



Euh ... Eiji Okumura. Je suis japonais et je suis arrivé en Amérique avec Ibé, pour l’assister dans son travail de journaliste qui se renseigne sur les gangs de New York. Mais ma véritable raison de rester sera ma rencontre avec Ash. Sa jeunesse, associée à son intelligence et à sa dureté d’esprit me fascinent autant qu’ils peuvent m’effrayer, au début. Mais rapidement je deviens un ami pour lui, et malgré mes deux ans de plus j’ai l’impression d’être le petit frère qu’il protège. Il faut dire qu’il fait presque ma taille, et qu’avec mes cheveux noirs et mon regard doux, on me remarque beaucoup moins que ses cheveux dorés et ses yeux qui témoignent de l’expérience que je n’ai pas. Je me fais souvent du souci pour lui, et l’aide dans mes maigres moyens, bien qu’au fur et à mesure de l’histoire je prenne de plus en plus d’importance. Je suis son garde-fou, je crois, et il a besoin de ma simplicité et de ma naïveté pour revenir à un quotidien plus normal. J’ai souvent peur qu’il lui arrive quelque chose, mais sa force dans les moments critique me gagne et annule toute crainte. Je sais qu’il va s’en sortir, toujours. Et en attendant, moi, je lui fais goûter la nourriture de chez moi qu’il n’apprécie pas toujours, tout en essayant de ne pas trop l’envahir de mes inquiétudes. Plus tard, je l’emmènerai au Japon pour qu’il y découvre toute la paix qu’il n’a pas ici, en Amérique, pour apaiser son âme.


Shorter Wong



Salut les gars, c’est Shorter Wong qui vous parle. Un des bras droit d’Ash, malgré mon appartenance très marquée au clan chinois de Chinatown. Il faut dire que ma sœur et moi y évoluons en nous sentons comme chez nous, même si tout mon soutien revient à mon grand ami Ash. C’est une connaissance de longue date qui passe avant tout, ou presque. Je l’ai connu du temps où il était un véritable chat sauvage, et maintenant j’ai l’habitude de voir la terreur de ceux qui l’ont défiés. Ils ont bien raison de le craindre. Sinon, on peut difficilement me rater avec mon crâne rasé et mes grosses lunettes de soleil noires. J’ai une classe imparable, en plus d’avoir un look très personnel. Fidèles à ceux que j’aime, je suis pourtant souvent tiraillé entre mon appartenance à un clan du sang et mes amitiés, qui font parfois fi de toutes ces convenances. Tout ce qui compte, c’est qu’il y ait le moins de dégâts possible. Je ferai n’importe quoi pour tenter d’épargner le plus de vies possibles.


Sing Soo-Ling



Sing. Facile à retenir, même pour un nom chinois qu’un américain trouverait compliqué. Moi, c’est Sing Soo-Ling. Ne vous fiez pas à ma petite taille et à mes treize ans, mais plutôt à mon regard perçant et ma lame acérée et sans pitié. Je suis sous les ordres de Shorter, mais pour une raison que vous découvrirez bien assez tôt, je déteste Ash et me met en tête de le vaincre, un jour. Malgré sa réputation et sa force, je ne peux pas passer outre ce qu’il a fait, c’est tout bonnement impardonnable et tous mes hommes comptent sur moi pour nous venger le plus rapidement possible. Pourtant, je déteste tout autant ma hiérarchie du clan de Chinatown, qui s’allie avec Dino, que je ne supporte pas. Au début de l’histoire on ne me connait même pas, et c’est seulement peu à peu que je prends une place véritablement importante. Mais quand je suis là, on ne m’oublie pas et vous ne risquez pas de me voir partir de sitôt ! Que dire d’autre ... je suis un homme déterminé, parfois têtu, et malgré la pression de mon clan sur mes épaules je m’en tiens à ce qui me semble juste et conforme à mes valeurs, que je construis et suis avec une rigueur toute particulière. On peut compter sur moi à partir du moment où j’accorde ma confiance, mais ce n’est pas chose évidente, surtout pour un ricain ...


Come Together :

Max Lobo



Je m’appelle Max Lobo, et pour me définir il va falloir vous dire que je suis à la fois un ancien flic, un journaliste, un romancier et un ancien soldat de la guerre du Vietnam. C’est à cette occasion que j’ai écrit un roman, « 130 jours à Saigon », en plus de mon boulot de chroniqueur pour le Village Tribune. Cette expérience a été quelque peu douloureuse, j’ai du y tirer sur mon meilleur ami, un soldat devenu fou par une étrange substance qu’il a murmuré avant de s’effondrer : Banana fish. J’ai du pointer mon arme sur lui, ou bien nous y passions tous. Mais cette histoire me travaille beaucoup. Depuis, j’enquête là-dessus, cherchant où je peux mais les choses se faisant, j’ai fini par taper sur un flic et je me retrouve en prison pour une simple bagarre ! Bon, j’avoue que cette situation m’y est confortable : je suis à l’abri et loin des problèmes de l’extérieur, et je me fais suffisamment respecter pour qu’on me laisse tranquille. C’est là que j’ai rencontré Ash ... une espèce de petit monstre que j’ai bien eu du mal à approcher, d’autant qu’on m’a demandé de veiller sur lui alors qu’apparemment personne n’avait moins besoin de protection que lui ... Sinon, sur moi il faut savoir que je suis marié, enfin divorcé, que j’ai un gosse et que je suis plutôt quelqu’un de bien quand on apprend à me connaitre. Juste un mec qui en sait un peu trop sur des dossiers que certains préféreraient voir rester secrets ...


Sunichi Ibé



Sunichi Ibé. Célibataire, photographe, japonais. Euh, que dire d’autre ? J’ai rencontré Eiji au Japon, évidemment, alors qu’il n’était encore qu’un garçon comme les autres, un étudiant plutôt doué pour le sport. Le saut à la perche était son talent, mais après une blessure qui l’a retiré de toute compétition, faisant sauter sa bourse et toutes ses amitiés, Ei-chan n’allait pas vraiment bien. J’ai donc profité d’un reportage à faire sur les gangs japonais pour l’engager comme assistant et le faire changer de pays, et d’univers. A New York, je connais aussi Max, qui m’introduit un peu dans ce monde que je ne connais pas vraiment, mais à mon arrivée il était en prison et ce sont deux policiers qui sont venus m’accueillir, et me faire rentrer dans le vif du sujet. Je ne suis pourtant pas un adepte de la violence ou de la tuerie, aussi ce sujet de reportage ne m’intéresse que de loin, si je n’y suis pas mêlé. On dit souvent que je suis un peu maladroit et naïf, mais Ei-chan me rassure en me confiant que je suis surtout un soutien fiable, avec la faculté de garder un calme infaillible même face à une situation de crise. Ma plus grande inquiétude, c’est de voir Ei-chan s’enfoncer dans le monde que nous ne devions qu’observer et se mettre en danger. J’essaye bien de le ramener à Tokyo, mais rien n’y fait ...


Griffin Callenreese



Griffin Callenreese est un personnage qui n’est pas en mesure de se présenter lui-même. Frère d’Ash, il est parti au Vietnam pour mener bataille pour son pays, mais n’est jamais véritablement rentré. Un soir, dans son unité, le jeune homme perd la raison et se met à mitrailler tous ses collègues et ami, dont Max. Blessé par ce dernier, il est placé quelques mois en asile psychiatrique au Vietnam avant d’être rapatrié en Amérique, où son petit frère finit par retrouver sa trace. Ash prend alors soin de Griffin depuis, qui est entré dans un état végétatif catatonique sous le choc, ne faisait que répéter de temps à autre « Banana Fish », ce qui aiguise la curiosité de son frère. Griffin était pourtant un garçon calme, plutôt rêveur, mais jamais il ne redevint cet homme doux et tolérant qu’il avait pourtant été avec tout le monde, jusqu’à son assassin qui n’hésita pourtant pas à se servir de lui pour le faire taire sa découverte à son propos.


Sympathy for the devil :

Dino Golzine



Je suis Dino Golzine, ou Papa Dino comme j’aime me faire appeler par mes subordonnés, afin qu’ils comprennent que je suis plus que leur patron. Je suis celui qui guide leurs pas, régente leurs vies, décide pour eux. Ils me doivent respect, obéissance et dévotion absolues. Mon travail, c’est de commander. Je suis envoyé par le berceau de la mafia corse pour gérer le trafic new-yorkais d’héroïne et autres dérives. Car non content d’être riche, je suis aussi un amateur de bonne chair, et pas seulement celle qui se mange ... Je suis d’ailleurs à la tête d’un établissement qui propose les services de jeunes garçons, tous plus beaux les uns que les autres. Car j’aime la beauté, voyez-vous, et particulièrement celle de mon petit favori, Ash, que je considère comme un fils rebelle. Il est à la fois stupéfiant de charme et diablement intelligent, ce qui en fait une recrue parfaite, que j’aimerai pouvoir diriger comme bon me semble toute ma vie durant. Par contre, toute désobéissance de sa part me met dans une colère noire et je fais alors tout mon possible pour le reprendre, le dresser. Le détruire, et le garder auprès de moi. Je l’ai créé, il ne revient qu’à moi de le briser.


Arthur



Mon nom est Arthur, et je suis à l’origine un chef de gang mineur dans l’entreprise gigantesque de Papa Dino. Mon plus grand rival est Ash, qui s’attire les faveurs de Papa sans rien faire de particulier, ce que je ne supporte pas. Toute ma vie, j’ai envié son poste et la reconnaissance de Papa, mais grâce à l’alliance que je passe avec Marvin en début de série, j’évince cette tête d’ange et je prends sa place. Ainsi je suis le nouveau préféré de Papa, je récupère le pouvoir d’Ash, et j’étends celui-ci tant que je le peux sur les petits gangs qui vivotent ici et là dans New-York. Ce qui me différencie d’Ash et me rend plus apte à ce grade prestigieux, c’est que je ressemble plus à Papa que lui. Je n’ai pas peur de tuer, je suis ambitieux, je suis prêt à tout pour obtenir ce que je veux, quitte à menacer, torturer, ou assassiner quelqu’un. Personne ne m’égale dans ce domaine, et ces qualités sont reconnues par Papa comme indispensables dans ce milieu. Il ne reste qu’une seule ombre à ce tableau où j’occupe enfin ma véritable place : Ash. Il ne me reste plus qu’à l’éliminer définitivement ...


Yut-Lung



Moi, c’est Yut-Lung du clan Lee, grande famille qui dirige la caste chinoise de New-York. Je suis le plus jeune de mes sept frères, mais on a fait de moi le petit dernier qui n’existe même pas, personne ou presque n’est au courant de mon existence et de mon appartenance à cette famille. Si bien que l’on m’appelle officiellement Yau-si, qui est mon autre identité sous laquelle mes frères peuvent faire ce qu’ils veulent de moi, jusqu’à louer mon corps pour certaines affaires ... Mais malgré ce qu’on croit, sous mon visage impassible et silencieux je n’en pense pas moins et grâce à mon intelligence et mon impitoyable besoin de vengeance, je manipule ceux qui m’approche, jouant des émotions, des menaces, et amène qui je veux là où je le souhaite. Je n’obéis à personne, même si on croit ma loyauté aller indéfectiblement à mes frères, que je hais en silence jusqu’au jour où je pourrais leur faire ravaler leur morgue et les souffrances qu’ils m’ont obligés à subir. Quelqu’un m’a un jour avoué que je ressemblais beaucoup à Ash, celui qui est pourtant devenu mon ennemi. Comme lui, ma beauté est une arme autant qu’elle a été la source de mauvais souvenirs, comme lui mon intelligence est précieuse et comme lui, j’ai souvent dû m’allier à Dino Golzine pour avancer. Mais lui parait plus libre que je ne le serais jamais, et c’est quelque chose que je ne peux décemment pas accepter.

BANANA FISH © 1987 Akimi YOSHIDA/Shogakukan Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News