Dossier manga - Ace Attorney - Phoenix Wright - partie 2
Sommaire

Publié le Vendredi, 12 April 2019


Phoenix Wright : Dual Destinies


Deuxième opus de cette nouvelle trilogie "Dual Destinies" nous fait découvrir une nouvelle venue dans le cabinet de Wright, Athena Cykes, une experte en psychologie. Mais ce n'est tout, cet épisode marque également le retour de ce bon vieux Phoenix en tant qu'avocat de la défense. Durant ces cinq affaires, le jeu nous fera jouer les trois avocats à tour de rôle et nous permettra d'explorer les différents gameplays que les avocats nous offrent. Cet épisode marque également la fin de la traduction française des Ace Attorney, pour notre plus regret, et le début de la 3D, pour notre plus grand plaisir ! Visuellement, la saga fait un bond et les personnages passent magnifiquement cette transition en gagnant en vitalité à l'écran. En ce qui concerne les animations en 2D que nous offre le jeu, je serais plus réservée. Le rendu est loin d'être parfait et on sent un manque de budget dans ces parties qui font parfois penser à de mauvais épisodes d'animés. Mais malgré ces petits défauts techniques, force est de constater que ce visuel remodeler nous permet encore plus de nous immerger dans ses affaires toutes plus rocambolesques les unes que les autres.
  
  
  
  
Je serais claire tout de suite : « Dual Destinies » est le jeu le plus équilibré de cette trilogie. J'entends par là que le schéma narratif de cet opus se rapproche assez de « Trials of Tribulations ». C'est à dire que les affaires qui pourraient être les plus faibles scénaristiquement parlant sont placés au début et non vers la fin du jeu. Un choix stratégique qui permet de ne pas connaître de temps mort inutile, comme on aura le droit dans le jeu suivant. Un choix qui avait été fait également dans « Apollo Justice » me direz-vous, mais étant donné la longueur du jeu et la médiocrité de cette deuxième affaire, « Dual Destinies » reste meilleur.

Là encore, pour la première affaire, les créateurs ont décidé de frapper fort. Phoenix Wright reprend les rênes d'un procès qui concerne une attaque à la bombe dans une salle d'audience. Apollo y représentait quelqu'un et a été pris dans l'explosion, le rendant incapable de se présenter à la barre. Une affaire qui démarre sur les chapeaux de roue et remet Phoenix en selle ! Cela fait vraiment plaisir de retrouver notre bon vieil avocat de la défense, toujours aussi gaffeur. Dans cet affaire, on défend une amie d'enfance de la nouvelle recrue Athena Cykes, Juniper Woods, accusée d'avoir commandité l'attentat.

La deuxième affaire nous plonge ensuite dans un village reculé très inspiré de la culture nippone. Là-bas, les yokais et le catch sont rois et c'est le maire du village voisin qui sera accusé d'avoir assassiné l'autre maire. Cette affaire se passe chronologiquement avant la précédente, étant celle qui marque l'arrivée d'Athena au cabinet d'avocat Wright&Co. Ce coup-ci, c'est Apollo que l'on contrôle, avec Athena comme aide. Cette affaire est passable, mais loin de marquer les esprits. C'est un peu dommage que la scène d'intro nous montre qui est le tueur, et notre accusé a un côté assez antipathique. Son espèce de numéro de dédoublement de personnalité est vraiment étrange et laisse un petit goût amère.  Cette affaire marque en tout cas les débuts du procureur Blackquill, un procureur accusé de meurtre. S'inspirant de l'image du samourai, Simon  Blackquill utilise des techniques de manipulation psychologiques pour amener les affaires où il le souhaite. Une véritable opposition avec Athena et Widget, son partenaire et collier, qui la connecte à la « Matrice émotionnelle » qui lui permet de décortiquer les émotions des témoins.  Cette affaire marque aussi la venue d'un nouvel inspecteur, Bobby Fullbright, un idéaliste qui ne jure que par la justice. C'est également lui qui sera chargé de monitorer le procureur Blackquill.

La troisième affaire nous plonge dans un lycée assez particulier qui forme les futurs juges, avocats et procureurs. Dans cet établissement, deux visions s'affrontent : celle du professeur Courte qui défend que la justice doit protéger la vérité, tandis que celle du professeur Means défend comme philosophie «  la fin justifie les moyens ». Phoenix se rend sur son campus accompagné de ses deux subordonnés alors qu'il vient de récupérer son badge d'avocat. On retrouve la Juniper Woods du premier épisode qui est ici la présidente du conseil des élèves. Elle va se retrouver de nouveau accusée de meurtre, celui du professeur Courte. Une affaire plutôt sympathique et drôle, qui prône la vérité et l'amitié avant tout. Ici, le doute persiste jusqu'au bout, même si l'identité du vrai coupable est plutôt évidente dès le départ. Un sourire pareil est forcément signe de culpabilité après tout... Cette affaire nous permet aussi de retrouver le procureur Gavin, toujours aussi sympathique et charismatique, qui proposera son aide à la jeune Athena. En effet, celui-ci était un élève convaincu du professeur Courte qui lui avait enseigné que la vérité devait toujours primé dans unr cour de justice, principe qu'il aura toujours suivi dans le précédent jeu.

La quatrième affaire démarre enfin le dernier acte de cet opus. Cette affaire se déroule juste avant la première. Apollo est de nouveau aux commandes pour représenter un astronaute qu'il respectait étant enfant. Une affaire particulièrement rude pour notre jeune avocat, étant donné que la victime n'était autre que son meilleur ami. Il arrivera à prouver son innocence, mais alors qu'une preuve accablera Athena à la place de son client, le procès sera interrompu par l'attentat à la bombe.
  
  
  
  
Et c'est ensuite que l'on prend la suite de la première affaire. Apollo quitte le cabinet pour enquêter sur l'affaire en solitaire, le meurtre de son meilleur ami n'étant toujours pas élucidé. Phoenix se retrouve donc comme seul maître à bord pour défendre sa protégée. C'est alors qu'un lien se formera avec une histoire vieille de sept ans, ayant mené à l'âge sombre de la loi, celle de la condamnation pour meurtre du procureur Blackquill. Phoenix découvrira que celui-ci avait été écroué pour avoir assassiné ni plus ni moins que la mère d'Athena qui travaillait dans le centre où le meilleur ami d'Apollo est décédé. La sœur de Blackquill était l'assistante de cette dernière et tentera par des moyens désespérés de sauver son frère, étant persuadé que c'est Athena qui est la véritable responsable du meurtre de sa mère. Simon Blackquill refusera de dire quoi que soit jusqu'à ce qu'il soit amené à la barre des témoins où il avouera avoir maquiller la scène pour protéger Athena. Démarre alors un procès haletant, riches en rebondissement et qui amènera à un final particulièrement mémorable. Un final sublimé par une nouvelle particularité de cet opus : les phases récapitulative/de réflexion de fin de procès. Ces passages qui permettent de débloquer la situation en fin de procès permet d'avoir une vision globale de l'affaire en revenant sur les événements clarifiés lors du procès et qui vont nous permettre de faire des suppositions pour la suite. Cette phase est particulièrement prenante car elle se déroule toujours aux moments clés des procès, elle nous implique totalement et elle est accompagné d'une musique particulièrement marquante.
On notera également le retour retentissant de Benjamin Hunter sur le banc des procureurs mais aussi un choix très judicieux de la part des créateurs sur la fin de cette affaire. En effet, alors qu'il aurait pu contenter tous les fans en révélant le visage du véritable criminel, il choisiront de le garder dans l'ombre, laissant à chacun le loisir d'imaginer ce qu'il veut, mais aussi d'appuyer la condition psychologique dans lequel se dernier se trouve. Un choix osé mais pertinent.

En somme, « Duals Destinies » est un excellent opus dans la saga des Ace Attorney. Malgré une deuxième affaire un peu faiblarde, on retiendra surtout la dernière affaire particulièrement marquante et toute la construction autour du personnage d'Athena, notamment sa relation particulièrement touchante avec Blackquill. La seule chose à déplorer, c'est le fait qu'il n'y ait pas de traduction française...
  
  


Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News