Ace Attorney - Phoenix Wright - partie 2 - Actualité manga
Dossier manga - Ace Attorney - Phoenix Wright - partie 2

Reader Rating 20 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 12 April 2019


Introduction


Après un troisième épisode concluant parfaitement la première trilogie de jeux, il était difficile pour les créateurs de faire une suite sans amener un peu de nouveautés. Et on peut dire qu'ils frapperont fort dès l'opus suivant. Non seulement le gameplay amènera de nouvelles mécaniques, non seulement la bande-son connaîtra un changement radical tout en restant fidèle aux originaux, mais surtout le héros ne sera plus Phoenix Wright ! Un nouvel avocat vient prendre les commandes, un certain Apollo Justice, très énergique, et qui n'est pas sans nous rappeler le Phoenix des débuts. Pourtant, si ce personnage nous apporte un brin de nostalgie en nous faisant presque repartir de zéro, dès la première enquête, un malaise s'installe. En effet, l'univers de ce Ace Attorney est bien différent de celui que nous avions quitté dans « Trials of Tribulations ». « L'âge sombre de la loi » est présent et corrompt de nombreuses affaires, et cet âge sombre, c'est Phoenix Wright qui en est l'instigateur. Qu'est-il donc arrivé à notre héros si droit et au système judiciaire de cet univers ? C'est la réponse que vont nous apporter les prochains jeux...


Attention : ce dossier contiendra des spoilers sur les trois jeux qui vont suivre, je vous conseille donc d'y jouer avant de lire ce dossier !


Apollo Justice : Ace Attorney


Dernier opus de la série sur DS, et surtout dernier opus a avoir eu le droit à une traduction française, "Apollo Justice" marque le début d'un nouvel avocat, Apollo. C'est lui que nous contrôlerons tout du long, Phoenix Wright ne devenant qu'un personnage secondaire de cet opus. En effet, Phoenix fut accusé sept ans plus tôt d'avoir créé des preuves lors d'un procès, et il fut radié du barreau. Devenu pianiste professionnel, le voilà impliqué dans une affaire de meurtre lors d'une partie de poker, sa deuxième activité.
Alors, que penser de ce jeu ?
Déjà, on en profite, car c'est le dernier qui aura le droit à une version française. Ensuite, on reste un peu sur notre faim avec cet opus, bien que les affaires soient excellentes (sauf une). Explication.
Contrairement à pas mal d'autres Ace Attorney, celui-ci ne compte que 4 affaires. Celles-ci ne sont pas très longues, en comparant toujours aux autres, mais la plupart d'entre elles sont très bien tournées et marquantes. Enfin, toutes sauf une. La deuxième affaire est, en effet, complètement oubliable et vraiment trop dispersée au début. Le niveau est loin d'égaler ce que la série nous avait offert par le passé malgré une nouvelle mécanique de gameplay lié à Apollo. Celui-ci porte un bracelet qui lui permet de voir les tics nerveux des témoins. Cet opus marque aussi le retour des techniques de police scientifique avec le retour d'Emma Skye. Celle-ci prendra plus ou moins la place de l'inspecteur Tektiv qui est le grand absent de cette trilogie.
  
  
   
  
Ce qui revient à seulement trois bonnes affaires. Et pourtant le jeu avait si bien commencé...
La première affaire nous fait ainsi découvrir le personnage d'Apollo Justice, un tout nouvel avocat, chargé de défendre son idole, Phoenix Wright, pianiste et joueur de poker à ses heures perdues. Premier constat : c'est la deuxième fois que l'on se retrouve à défendre Phoenix pour une première affaire. Le principe ici est de se limiter à un procès qui nous apprendra ou rappellera les mécanismes du jeu. Ces affaires sont souvent sans grand intérêt et assez oubliables. Sauf qu'ici, les créateurs du jeu ont décidé de faire le même pari qu'avec le troisième opus, c'est à dire offrir un procès d'ouverture du jeu particulièrement mémorable. Ainsi, on se retrouve à défendre un Phoenix Wright totalement désabusé mais qui semble nous mener par le bout du nez tout du long. Un Phoenix Wright bourré de charisme derrière son look débraillé qui va en marquer plus d'un.... (dont votre humble serviteur...) On découvre également qu'il a une fille de 16 ans, ce qui très curieux vu son âge et surtout que cette question n'a jamais été abordé dans les opus précédent ? Une incohérence scénaristique ou bien un mystère de plus à rajouter ? L'avenir nous le dira.
Ce procès est intelligent et nous demandera une attention toute particulière, dès le tout début. Une première pour cette série de jeu, les premières enquêtes étant souvent bien moins exigeante. Chaque mot aura son importance par la suite, et la fin nous laissera un goût amère. Le Phoenix que l'on avait tant aimé pour sa droiture et son honnêteté dans les précédents opus aurait-il réellement disparu ?

La deuxième affaire ne vaut pas vraiment qu'on en parle, excepté le fait qu'on y introduit un nouveau procureur, Gavin, petit frère de notre mentor de la première affaire. Un procureur "rock'n roll", star de la chanson, qui aura une dent contre nous donc mais qui, contrairement aux procureurs des jeux précédents, fera preuve de plus de pragmatisme et surtout d'écoute envers les arguments de la défense. Ce qu'on verra particulièrement dans la troisième affaire.

Celle-ci se concentrera sur le meurtre d'un agent d'Interpol lors d'un concert des "Gavinners". Complots et trafic seront de mise mais surtout l'introduction d'un personnage important, Lamiroir, une chanteuse étrangère amnésique. Cette affaire nous mènera une partie du temps par le bout du nez, jouant sur ce que l'on pensait savoir pour retourner complètement l'affaire, un ressort récurrent de la saga mais toujours aussi efficace. C'est dans cet affaire que l'on découvre réellement le procureur Gavin, personnage vraiment charismatique et qui tranche avec les précédents procureurs que l'on avait eu dans la saga. Ce sens de la justice mais surtout de la vérité, on le découvrira dans le prochain opus, lui vient d'un enseignement précieux et qui se fait de plus en plus rare dans cet âge sombre...

Et enfin la quatrième affaire. Celle-ci a une construction atypique, que la saga ne réitérera jamais, et c'est ce qui la rend si unique dans la saga. Une affaire alambiquée qui répondra à de nombreuses interrogations et qui laissera également une pincée de mystère autour de quelques éléments. Une affaire qui fera le lien entre toutes celles du jeux (sauf la deuxième bien évidemment) et qui permettra de construire des bases solides pour les prochains jeux.
  
  
  
  
En somme, "Apollo Justice : Ace Attorney" est un bon jeu de la saga, mais il restera à terme, le plus faible de tous pour sa durée. Cela n'aura sans doute pas été le cas si la deuxième affaire n'avait pas été aussi oubliable, mais qu'importe. Bien qu'il soit une base nécessaire et solide pour la suite de la trilogie, difficile de ne pas être sur sa faim lorsqu'on le termine...
  
  


Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News