Tsubasa RESERVoir CHRoNiCLE - Actualité manga
Dossier manga - Tsubasa RESERVoir CHRoNiCLE

Reader Rating 18 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 24 December 2010


Graphismes, édition & adaptations

   
Graphismes:
Beaucoup diront que Tsubasa, c’est du CLAMP. Et le CLAMP, c’est beau. Un peu réducteur, surtout que le studio de mangakas change de style aussi facilement que de série, selon l’âge du titre ou de la dessinatrice principale. Difficile alors de comparer Card Captor Sakura et X-1999, XXX Holic et RG Veda. D’autant plus que Tsubasa est un shonen à large public, et que les auteurs l’ont bien compris. Ainsi, le style est moins particulier, moins personnel que dans certaines œuvres très travaillées, que ce soit dans la surcharge ou au contraire l’épuration. On est alors dans un univers graphique bien moins fermé que quelque chose comme Tokyo Babylon ou X : pas de cacophonie esthétique dans la maîtrise du trait et dans la foultitude de détails, de traits, de décors. Pas non plus de vide serein et reposant, presque dénudé. Si l’aspect brouillon et peu clair existe, c’est uniquement dans l’action. En effet, le style de Tsubasa est un trait classique, grossier et adapté à tout lecteur. Loin de la souplesse habituelle et du génie qui se glisse souvent dans un décor qui nous échappe totalement, on peut dire au revoir aux beaux dégradés, aux jolies nuances et aux contrastes poignants. On reste alors dans l’ordinaire, dans l’accessible, dans l’anodin, et ce pour satisfaire un maximum d’exigences, exceptées peut-être les plus difficiles. C’est beau, certes. Mais presque académique. Trop conventionnel.

Toutefois, c’est surtout dans la première partie de l’histoire que le rendu est ainsi, le titre étant réellement scindé en deux espaces narratifs totalement différents. L’action se développe bien plus vers la fin, avec un aspect brouillon qui rend les combats un peu difficile à comprendre, mais bien dans l’esprit du manga. Au début, on s’attardera beaucoup plus sur les tenues des différents mondes, sur le fan service vestimentaire qui s’impose comme un invariant à l’importance démesurée pour les mangakas. Ainsi, c’est le coup de crayon qui accroche sans efforts, qui plaira à beaucoup et qui se renouvelle peu mais charme rapidement. Il manque cette petite touche de n’importe quoi, de folie que l’on aime tant dans les meilleurs titres du studio. Tsubasa s’impose alors comme un manga sans trop de prises de risques stylistiques, assurant des personnages rapidement identifiables, agréables à regarder et très typés, pour la facilité de lecture et le concept de dualité qu’elles exploitent souvent. Certain de plaire à plusieurs populations et de s’acquérir de bonnes critiques, le dessin de Tsubasa pêche un peu par la destination du manga, qui se veut très large en termes de public et d’appréciations. Les plus exigeants regretteront le temps d’X-1999 et de ses délires esthétiques récurrents.
 
 
Édition:
Les vingt-huit tomes de Tsubasa sortis chez Pika bénéficient d’un soin assez particulier et particulier. En effet, et ce durant tous les volumes sans mauvaise surprise dans la fin de la série, l’éditeur fait l’effort de conserver ses acquis. Ainsi, les onomatopées sont traduites mais surtout adaptées ! Un grand plaisir de plus en plus rare actuellement, mais qui était indispensable à la bonne compréhension de la narration assez brouillonne et au dessin très dynamique des CLAMP. Alors oui, on n’a pas de pages couleurs. Mais pour une lecture simplifiée, et manifestement un travail sérieux d’adaptation que beaucoup ne se donnent plus la peine de faire, on applaudit des deux mains ! De même pour le grain du papier, pas du tout transparent même s’il n’est pas d’une blancheur immaculée. Bref, Pika soigne sa licence CLAMP phare et le résultat est là, pour notre plus grand plaisir.
 
De plus, notons que Pika propose le guide book pour seulement un euro de plus que les autres tomes de la série. Bien différent des autres fan-guide books trouvables actuellement sur le marché chez Panini par exemple pour Vampire Knight, c’est une occasion très alléchante de se procurer ce petit bonus pour les fans ...
 
 
Adaptations:
L’anime Tsubsa Chronicle comporte 52 épisodes, il a été diffusé du 9 avril 2005 au 4 novembre de l’année suivante sur la chaine NHK et Animax. Produit par le studio d’animation Bee Train, la série est disponible en France sur deux saisons en version simple ou collector chez Kaze en mai 2006.
 
 
 

Le film animé The Princess of the Country of Birdcages (劇場版 ツバサ・クロニクル 鳥カゴの国の姫君) a été réalisé par la Production I.G, avec une sortie le 20 août 2005 pour une durée de 35 minutes.


 
 
En parallèle de l’anime, qui n’aura pas de saison 3, des OAV sont sortis au Japon. La première série de 3 OAV de 25 minutes chacun est Tsubasa Tokyo Révélations. Produits par Production I.G de novembre 2007 à mars 2008, ils sont rattachés au trois tomes collectors de Tsubasa sortis en France et au Japon (pour rappels : volumes 21, 22, 23). Ce sont, successivement, Le message du magicien (魔術師の伝言), L’œil droit du garçon (少年の右目) et Le rêve prémonitoire de la princesse (姫君の視た夢 ). De même, deux OAV sont sortis en mars et mai 2009 sous le nom général de Tsubasa Shunraiki et comportant deux épisodes de 25 minutes, disponibles pour l’instant uniquement au Japon. Ci-dessous, les deux séries d’OAV dans l’ordre (Tokyo Revelations puis Shunraiki) :
 
 
 

Enfin, il est à noter qu’un jeu existe sur Tsubasa Chronicle, développé par Arika.
  
  
 
  
 
 

Conclusion


Tsubasa RESERVoir CHRoNiCLE est la série phare des CLAMP, hautement appréciée des fans et des néophytes pour son univers si particulier, ses codes insérés çà et là pour faire plaisir aux lecteurs, son dessin et ses concepts abordables ... C’est toutefois un titre qui tire malgré tout son épingle du jeu, avec des idées plus poussées qu’on ne le pense à la première lecture, des personnages nuancés par certains aspects qu’on ne découvre qu’à la fin et une intrigue alambiquée construite dès le début de la série. On regrettera sans doute cette volonté de tout cacher avant de déballer les révélations en bloc, mais on appréciera la lecture à plusieurs niveaux de compréhension.

Il faudra accepter de lire une série en deux parties pour apprécier pleinement Tsubasa, un titre qui se nuance, qui se contredit, qui se construit autour de la compréhension qu’on en a. Au final présenté comme une série un peu trop commerciale et axée sur le fan service, dans les sentiments comme chez les personnages, Tsubasa se révèle bien plus intéressant que prévu. Il ne faut pas toujours sous-estimer l’avis qu’on a d’un manga sous prétexte que les premiers tomes ont quelque chose d’enfantin et de redondant...
 
 
Mise en ligne le 24/12/2010. 
Mise à jour le 11/10/2012.
   
   
    
Fiche de la série: Tsubasa RESERVoir CHRoNiCLE
Fiche de la série VO: Tsubasa RESERVoir CHRoNiCLE vo
Fiche de l'auteur: Clamp

Dossier réalisé par NiDNiM


TSUBASA RESERVOIR CHRONICLE © Clamp / Kodansha Ltd. / All rights reserved.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News