Touch - Actualité manga
Dossier manga - Touch

Reader Rating 20 /20

Sommaire

Publié le Vendredi, 18 Febuary 2011


Présentation


Histoire:
Tatsuya et Katsuya sont jumeaux. Le premier est paresseux et un rien pervers sur les bords, et il ne se fait guère remarquer. Le deuxième est travailleur, sérieux, intelligent et sympathique avec tous, l’idole du lycée. De plus, c’est un lanceur redoutable, de ceux qui sont capables d’emmener leur équipe au Koshien, le sacre du base-ball lycéen japonais. Et c’est justement le rêve de leur amie d’enfance à tout les deux, la belle Minami, à la fois douce, intelligente et forte, l’idole du lycée. La fille rêvée pour beaucoup. On pourrait croire que ces deux là sont faits l’un pour l’autre. Mais c’est sans compter sur les sentiments de Minami pour l’autre frère, et la nature profonde de Tatsuya, qui est bien plus que ce qu’il accepter de montrer. Comment cela va-t-il se terminer ?



Fiche Technique:
Touch (タッチ en VO), aussi connu et dans nos contrées sous le titre de Théo ou la batte de la victoire, est un shônen de Mitsuru Adachi, publié de fin 1981 à début 1987 dans les pages du Shônen Sunday de l’éditeur Shôgakukan. Œuvre emblématique de l’auteur, elle a été rééditée sous de nombreux formats, que ce soit Bunko, Perfect ou Wideban. Un véritable phénomène au Japon, auquel de nombreux autres auteurs ont fait référence par la suite dans leur manga. Le nom Touch vient sans doute de la sonorité du surnom du personnage principal, « Tat-chan », qui ressemble à « Touch ». Mais il ne faut pas chercher plus loin, Adachi ayant toujours eu des manies étranges pour choisir certains de ses titres.
Chez nous, la série avait déjà une certaine renommée bien avant son arrivée en version papier, grâce à la diffusion sur nos ondes de sa version animée, appelée Théo ou la batte de la victoire. La grande époque où Théo (Tatsuya) et Kim (Katsuya) luttait fraternellement pour les yeux de la belle Debbie (Minami). Le générique était d’ailleurs de toute beauté, et résonne encore dans mes souvenirs. Glénat, l’éditeur qui nous propose la version française, a d’ailleurs conservé le titre français en plus petit sur les couvertures, en guise d’hommage. Mais rassurez-vous, les noms japonais des personnages sont quant à eux bien restés.

  
    
L’auteur:
Présenter Mitsuru Adachi (あだち充) en quelques lignes ? Mission impossible. Il s’agit sans doute d’un des auteurs les plus prolifiques et des plus célèbres du pays du soleil levant. À la manière d’une Rumiko Takahashi, il est toujours en train de travailler sur une série, voire plusieurs. Comme R. Takahashi, il s’agit également d’un des rares auteurs à avoir dépassé les 200.000.000 millions d’exemplaires vendus. Et tout comme la dame, il est de ces auteurs qui a su créer un style propre et inimitable. Plus d’autres ressemblances, notamment au niveau du style, mais il serait trop long de s’attarder là-dessus.
Les fans le savent, Adachi nous ressort quasiment toujours les mêmes mécanismes dans ses histoires, des histoires d’amour lycéen sous fond de sport. Néanmoins, il y a toujours cette subtile différence qui fait qu’on doive même admettre qu’il s’agit d’une œuvre totalement originale. À moins de lire plusieurs de ses séries en parallèle, on ne remarque presque pas les similitudes, parlant plutôt de clin d’œil. Auteur super apprécié dans son pays, Adachi a pourtant plus de mal à s’imposer en Francophonie. Ses histoires sont pourtant très accessibles, drôles, passionnantes, et pas trop longues. Beaucoup bloqueraient sur le dessin, à première vue. Pourtant…
Mais inutile de s’attarder trop sur l’auteur, un dossier complet serait nécessaire. Une petite bibliographie de Mitsuru Adachi étant également bien trop longue que pour être résumée ici sans être rébarbative, voici simplement les titres traduits en français, pour ceux qui seraient un peu perdu parmi tous ces titres:

Niji-iro Tohgarashi : Une forme d’uchronie où des jeunes enfants vivent des aventures dans un Japon moyenâgeux imaginaire.
Katsu ! : Romance sur fond de sport, en l’occurrence la boxe. Série terminée chez Pika en 16 tomes, malheureusement en arrêt de commercialisation.
Rough : Romance sur fond de sport, la natation dans le cas présent. Série terminée chez Glénat en 12 tomes.
H2 : Romance sur fond de sport, l’originalité venant du fait qu’il y a quatre personnes dans le triangle amoureux. Série terminée en 34 volumes.
Short Program : un recueil d’histoires courtes, en 4 volumes chez Tonkam (avec une réédition en 2010).
Jinbe : One-shot paru chez Tonkam
Cross Game : Romance sur fond de sport, bien que le sport soit davantage mis en avant. Série terminée chez Tonkam en 17 volumes.
A la fin du mois d'octobre 2012, la Francophonie découvrira également les séries Idol A, où une jeune fille intègre une équipe masculine de base-ball entrainée par son père, et Q and A, une romance-comédie sur fond de fantastique, avec la présence d’un fantôme notamment. Et il semble que le sport apparaît en toile de fond. Bref, on ne change pas une formule qui gagne. Et on a bien raison quand on a le talent pour nous le vendre sans nous faire ressentir de lassitude après autant d’années. 
   
Après la fin de Q and A dans le Gessan, Mitsuru Adachi se lance en mai 2012 dans une nouvelle série intitulée Mix, à surveiller de près, et pour cause, car il s'agit d'une suite de Touch ! L'auteur revient en effet sur l'un de ses plus grand succès, mais cette histoire prend ses distances en se situant vingt-six années après la fin de la saga des jumeaux Uesugi. Il y est ici question d'une nouvelle fratrie, les Tachibana, mais le base-ball est une nouvelle fois le support central de ce spin-off inattendu. Un signe de nostalgie sans doute pour notre mangaka, qui n'a de toute façon plus rien à prouver depuis longtemps, et qui continue sa carrière au gré de ses envies...
   
    
  

    
  
Personnages:

Tatsuya Uesugi



« C’est ici que tout commence »
Un lycéen comme les autres. Tout d’abord considéré comme un bon à rien, il se révèle bien plus que ce qu’il n’est en réalité. À partir d’un certain moment, il devra se battre pour obtenir sa place auprès des autres, qu’il a toujours fuit par peur de blesser les autres, et surtout son frère jumeau, Katsuya. Un personnage sensible, complexe, et très humain.


Minami Asakura



« Emmène-moi au Kôshien »
La fille que l’on rêve tous d’avoir comme voisine. Bonne dans les études, excellente en sport, gentille, disponible, appréciée de tous, lumineuse, elle dégage une certaine perfection, mais en même temps, elle apparaît comme très accessible. Amie d’enfance des deux jumeaux Uesugi, son rêve d’enfance est qu’un des jumeaux emmène l’équipe du lycée au Kôshien, la plus importante compétition lycéenne de base-ball, un véritable sacre pour tout lycéen japonais. Elle est tombée amoureuse de l’un d’eux, ce qui pourrait provoquer des tensions au sein de leur amitié et casser l’harmonie qui régnait jusque là parmi eux.


Katsuya Uesugi



« Je ne laisserai Minami à personne »
Un lycéen comme les autres. Brillant dans les études, lanceur vedette dans son équipe de base-ball, le lycée Meisei, et capable de l’emmener au Kôshien (et donc de réaliser le rêve de Minami), il semble promu à un bel avenir. D’autant plus que d’après tous, la belle Minami, son amie d’enfance, ne serait pas insensible à ses charmes. Mais Katsuya le sait bien au fond de lui, les choses ne sont pas aussi simples. Derrière son apparente perfection, on constate une grande fragilité, ainsi qu’une grande insécurité. Il avait l’avenir devant lui pour redresser la barre et faire face à ses peurs, mais le destin en a décidé autrement.


Shuhei Harada



« Je suis un spectateur maladroit »
Il a tout d’une brute au premier abord, surtout de visage. Sans compter qu’il est invaincu à la bagarre, quasiment invincible. Mais derrière cette carapace, il apparaît rapidement comme quelqu’un d’intelligent, aux remarques pleines de bon sens, et généreux. Il aidera notamment beaucoup Tatsuya à progresser et à assumer ses sentiments pour Minami, ainsi que pour le base-ball. Un personnage très sympathique et indispensable dans l’histoire, qui a aidé à faire bouger pas mal de choses. Un ressort comique aussi très efficace.


Kôtaro Matsudaira



« Allons manger une okonomiyaki »
Le receveur avec qui Katsuya avait toujours fait équipe, et son meilleur ami. Après la mort de Katsuya, il devra faire équipe avec son frère Tatsuya. Mais il n’a jamais beaucoup apprécié ce dernier, le voyant comme un abruti pervers et indigne de ses responsabilités (à raison). Mais au fil des volumes, au fil de l’évolution de Tatsuya, les deux garçons tisseront des liens forts, et une compréhension mutuelle, et une véritable amitié naîtra. Un personnage amusant et intéressant à la fois.


Akio Nitta



« Permet-moi d’affronter Katsuya Uesugi à nouveau »
Le rival, le seul être capable d’empêcher Tatsuya d’emmener Minami au Kôshien. Batteur redouté par tous les lanceurs, il souhaitait ardemment affronter Katsuya, le meilleur lanceur qu’il aie jamais vu. Mais sa disparition brusque a bouleversé tous ses espoirs. C’est alors qu’est apparu Tatsuya, et ses rêves d’affronter un lanceur qui pourrait véritablement constituer un challenge pour lui. Un rival sympathique néanmoins, pas du tout détestable, mais à la concentration telle une fois sur le terrain qu’on ressent toute sa motivation.


Yuka Nitta



« Tatsuya sempai ! »
La jeune sœur de Nitta. Petite fille capricieuse, hautaine et gâtée, mais également très douée, elle est tombée amoureuse de Tatsuya, raison pour laquelle elle s’est inscrite au lycée Meisei. Elle constitue une forme de ressort comique, mais sert surtout à prouver que pour Tatsuya, il n’y a aucun doute sur les sentiments qu’il ressent à l’égard de Minami, et cela depuis bien longtemps.
 
 
Eijirô Kashiwaba



« Je te hais »
Peut-être le personnage le plus touchant du manga, avec Tatsuya. Au lycée, il était très doué au base-ball, et capable d’emmener son équipe au Kôshien. Il a néanmoins été viré de l’équipe de base-ball de Meisei à cause d’un coup monté par son propre frère aîné, ancien lanceur star de l’équipe. Il a depuis toujours gardé une forte rancœur envers le club, qui a brisé tout ses rêves d’un jour devenir professionnel. Devenu entraîneur remplaçant, il mènera la vie dure à ses joueurs, poussant nombre à abandonner. Pourtant, ses techniques d’entraînement porteront ses fruits malgré lui, et il viendra à changer au contact de ses « imbéciles heureux » de joueurs. Il éprouve une forte haine pour Tatsuya, qui lui rappelle ce qu’il aurait pu être. Cette haine se muera néanmoins progressivement en respect au fil de l’histoire.
  
 
    
   

TOUCH © 1984 by Mitsuru ADACHI / Shogakukan Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News