Dossier manga - Togari

Reader Rating 19 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 14 October 2010


Ambiance sombre et combats ténébreux

 
Le trait de Yoshinori Natsume revêt d’un grand charme. Nerveux, sombre à souhait, expressif, clair et plus ou moins réaliste, il est parfait pour nous plonger dans l’histoire de Togari. Un trait avec beaucoup de personnalité et qui ne fait pas vraiment « shônen ». Du côté de l’ambiance, on peut être surpris par l’aspect « sombre » de Togari. Certes, l’auteur nous raconte une histoire de criminel, mais ce qui ressort du manga, c’est une impression de noirceur, de violence, de désespoir parfois. Un peu ce qu’on retrouve dans Kurozakuro. Ce qui laisserait penser qu’il s’agit bien là de sa marque de fabrique. Mais en même temps, tout n’est pas si noir dans les ténèbres. L’humour est tout de même bien présent, l’attitude anachronique de Tobé par moment est amusante, tout comme ses relations avec Itsuki et Ossé (sous sa forme de chien). Bref, si Togari se veut un titre dirigé vers les ténèbres, l’auteur ne s’enfonce jamais totalement dans ce registre, laissant toujours une porte grande ouverte vers une source de lumière.
 
D’un côté plus technique, les combats sont mis en scène de manière remarquable. Court mais intense, avec peu de coups portés, mais dont on ressent vraiment l’impact, la violence est aussi de mise lors des affrontements. Même s’il ne s’agit pas là de l’aspect le plus intéressant de Togari, il n’est pas en reste par rapport aux autres éléments. Le principe des togas rappelle vaguement les stands de Jojo’s Bizarre Adventures, et ne semble pas très original quand on creuse bien, mais il s’intègre parfaitement à l’histoire. Le principe de ne pas tuer rappelle aussi vaguement Kenshin, mais la ressemblance est inévitable, tout en s’en démarquant nettement au niveau de l’ambiance.
 
Du côté de l’édition, Akata mettait déjà haut la barre au niveau de l’édition : très bonne traduction, adaptation totale des onomatopées, une très bonne qualité d’impression… Du bon boulot, vraiment, rien à redire. Et pour huit volumes, l’investissement financier dans cette série est minime.
 
 
  
 
 

Au final, une question de choix

 
Série au sujet sérieux mélangeant habilement action, un zeste d’humour et surtout une certaine réflexion sur la mort et la nature humaine, Togari est une série inhabituelle dans le genre shônen. La série ne fera certainement pas l’unanimité, chacun bien sûr y verra ce qu’il veut. Comme pour tout, c’est une question de choix. Mais son propos est fort, et son rythme sans faille. Et aucun moment de lassitude ne vient s’installer durant les huit volumes, tant les événements s’enchaînent de façon logique et bien construite, et nous proposant toujours une situation différente.
 
Un titre marquant, sur lequel il y a beaucoup à dire, et dont on ne peut qu’espérer que la suite soit dans la même veine et d’une qualité équivalente, afin de faire honneur à cette série, qui pourrait se résumer dans les derniers mots de Tobé dans une lettre à Itsuki, et qui sont le symbole de tout le chemin parcouru:

« Mersi pour tout. »
 
 
Dossier réalisé par Sorrow
Mise en ligne le 15/10/2010. 
Mise à jour le 20/09/2012.
 
 
 
Fiche de la série: Togari
Fiche de la série VO: Togari vo
Fiche de l'auteur: Yoshinori Natsume

TOGARI © Yoshinori NATSUME / Shogakukan Inc.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News