Dossier manga - Suzuka

Reader Rating 17 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 20 May 2010


Graphisme et adaptation

 
Pour une histoire de ce genre, quoi de mieux, pour toucher un large public, que de nous offrir un  rendu dans les standards du genre ? C'est donc plus ou moins ce que fait ici Kouji Seo. Standard, la mise en page, la mise en scènes et la narration le sont, mais n'en sont pas moins efficaces. Le tout est fluide, coule comme tout bon shônen romantique. Mais surtout, la narration a le mérite d'évoluer en même temps que l'histoire. Ainsi, la narration assez légère, virevoletante, vivante et un brin immature des débuts, collant fort bien avec l'ambiance adolescente du titre, cède petit à petit sa place, vers la fin, à une narration plus posée, qui fait bien ressortir le gain de maturité des protagonistes. En ce qui concerne le coup de crayon en lui-même, Kouji Seo nous offre un trait facilement reconnaissable et qui aura tendance à s'affiner au fil des tomes. Les vêtements, standards, varient souvent, les décors sont bien présents quand il le faut, mais le tout est surtout porté par le design des personnages, parfois un peu têtes à claques ou peu réalistes dans leurs postures, mais expressifs sans être trop exagérés. Chaque personnage est doté de bouilles et d'expressions qui lui sont propres.

Du côté de cette version française, les éditions Pika nous offrent un travail appréciable. Extérieurement, le produit est attirant, affichant des couvertures fidèles aux japonaises, aux couleurs vives et accrocheuses, et sur lesquelles un ou deux personnages apparaissent avec à chaque fois un arrière plan photographique. L'intérieur n'est pas en reste: impression correcte, papier utilisé dans le standards de ce que nous propose habituellement l'éditeur, adaptation graphique et lettrage qui tiennent la route, et bonne traduction globale qui a vu se succéder trois noms différents: ainsi, Taro Ochiaï laissa sa place après seulement deux tomes à l'excellent Sylvain Chollet, qui s'occupa de la série jusqu'au volume 6 compris. A partir du septième tome, c'est Nathalie Térisse qui reprit le flambeau, et ce jusqu'à la fin de la série. Nous avons donc affaire ici une édition dans la droite lignée de ce qu'ont l'habitude de nous proposer les éditions Pika.
     
  
   
   
  

Conclusion

 
Des choses à reprocher, on peut en trouver assez facilement dans Suzuka: un premier volume indigeste qui ne reflète en rien la série, des personnages parfois têtes à claques, des passages un peu plus mous, quelques maladresses dans la façon d'amener les évènements... Malgré tout, et c'est indéniable, le manga de Kouji Seo tire facilement son épingle du jeu au beau milieu des si nombreux shônen romantiques. Avec une bonne volonté évidente, le mangaka aborde de nombreux thèmes classiques du genre en leur offrant une nouvelle saveur et en les ancrant dans une histoire qui évolue véritablement, amenant petit à petit ses personnages sur le chemin de la maturité. Dans sa catégorie, Suzuka est assurément une très grande réussite, à ne manquer sous aucun prétexte si l'on est amateur de shônen romantiques!
 
Sources:
Wikipédia
Ppmax no sekai
  
 
Mise en ligne le 21/05/2010.
Mise à jour le 03/08/2012.
   
    
   
Fiche de la série: Suzuka
Fiche de la série VO: Suzuka vo
Fiche de l'auteur: Koji Seo

Dossier réalisé par Koiwai


Suzuka © Kouji Seo / Kodansha LTD.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News