Suzuka - Actualité manga
Dossier manga - Suzuka

Reader Rating 17 /20

Sommaire

Publié le Jeudi, 20 May 2010


Présentation

   
L'histoire:
Alors qu'il doit emménager dans la pension de sa tante pour intégrer par la suite son nouveau lycée, Yamato croise en chemin une jeune fille en train de s'entraîner au saut en hauteur, et en tombe instantanément amoureux. Quelle n'est pas sa surprise, en arrivant chez sa tante, quand il découvre que la demoiselle en question, appelée Suzuka, en est l'une des pensionnaires et va fréquenter le même établissement scolaire que lui !
Au fil du temps et des années, l'entente entre les deux jeunes gens n'aura de cesse d'évoluer: de relations conflictuelles en sentiments amoureux en passant par de bien nombreuses étapes, le manga, tout au long de ses dix-huit volumes, nous propose de suivre le parcours semé d'embûches de la relation entre nos deux héros.
       
   
   
Fiche signalétique:
Suzuka (涼風) est un shônen pantsu/romantique de Kouji Seo terminé en 18 volumes.
Au Japon, la série a été prépubliée du 3 mars 2004 au 21 septembre 2007 de manière hebdomadaire chez l'éditeur Kodansha, au sein du magazine Weekly Shônen Magazine, qui a notamment vu ou voit encore défiler entre ses pages des hits comme Fairy Tail, Air Gear, Get Backers, GTO, Love Hina, School Rumble, Tsubasa Reservoir Chronicle ou encore Ippo. Quant aux 18 volumes reliés, ils sont parus de 17 mai 2004 au 17 octobre 2007.
    
En France, c'est l'éditeur Pika qui s'est chargé de l'édition. Le premier volume est sorti le 16 mai 2007, puis les tomes suivants sont sortis de manière bimestrielle (si l'on excepte toutefois les 3 mois d'écart entre les volumes 2 et 3 et les volumes 7 et 8, écart un peu plus important dû au nombre de sorties plus limité l'été), jusqu'à l'arrivée du dix-huitième et dernier opus le 19 mai 2010.
         
    
    
L'accueil réservé à la série
Lors de sa sortie, Suzuka fut au départ comparé à de célèbres titres comme Love Hina pour l'aspect fan-service très présent au tout début de la série et pour le sentiment que l'on va avoir affaire à un manga-harem, puis à Maison Ikkoku ou encore Kimagure Orange Road pour certains thèmes abordés au fil des tomes et pour l'importance donnée à l'aspect romantique. Dès le départ, Kouji Seo déclara ne pas avoir l'intention de faire un manga-harem, et que son œuvre était avant tout centrée sur la romance.
Toutefois, notons qu'en Amérique du Nord, la version anglaise du manga, éditée par Del Ray, si elle a échappé à la censure, n'en est pas moins vendue emballée à cause de son contenu jugé mature. On reconnaît bien la nature puritaine des américains sur ce point...
Quoiqu'il en soit, grâce au travail que Kouji Seo a su apporter à son titre, Suzuka reçut un accueil positif.
    
      
      
Autour de Suzuka
Suzuka connut un accueil positif, à tel point que le manga fut assez rapidement adapté en une série animée de 26 épisodes qui fut diffusée sur les télévisions japonaises du 6 juillet 2005 au 26 décembre 2005. Cette série animée, dirigée par Hiroshi Fukutomi (Captain Tsubasa, Highschool Kimengumi) au sein du studio Comet (Captain Tsubasa, School Rumble, Peach Girl), reprend fidèlement les soixante-douze premiers chapitres du manga, ce qui correspond aux huit premiers volumes, ainsi qu'à la moitié du neuvième, en restant cependant beaucoup plus sage en ce qui concerne l'éventuel fan-service. Si l'accueil pour cette adaptation animée fut globalement assez positif, les avis furent d'accord pour la juger beaucoup moins bonne que le manga d'origine, en plus d'être pauvre sur le plan technique. Aucune adaptation animée de la suite et fin du manga n'est prévue à ce jour.
En France, les droits de l'anime ont été acquis par Black Box début 2012, ce qui laisse présager d'une prochaine sortie en DVD, et d'une diffusion sur Manga-News.TV !
     

(visuel japonais)
   
   
Le 17 mai 2007, les éditions Kodansha publièrent sous leur label "KC Novel" un light novel de Suzuka, comportant trois histoires courtes écrites par Ayuna Fujisaki et illustrées par Kouji Seo en personne.
   
Enfin, quelques produits dérivés ont vu le jour: deux CD des OST et un single des génériques de la série animée, deux guide books, un set de posters, et des calendriers en édition limitée.
         
   

L'auteur
 

  
Kouji Seo (瀬尾公治) est né le 26 juillet 1974 dans la ville de Shobara, située dans la préfecture de Hiroshima, au sud-ouest de l'île de Honshu. Il a notamment eu pour maître Tsukasa Ôshima (auteur du seinen sportif Attack!!, non paru en France à ce jour), et a travaillé auprès de Fujiko F. Fujio (Doraemon) et de Masahito Soda (Subaru – Danse vers les étoiles !, Daigo – soldat du feu, Capeta).
 
C'est le 25 janvier 1996, alors qu'il n'a que 21 ans, qu'il publie sa première oeuvre, le one-shot intitulé Half & Half, dans le Magazine Fresh de Kodansha. Ce one-shot romantique et surnaturel raconte l'histoire de Shinichi Nagakawa et de Yûki Sanada, qui meurent ensemble lors d'un accident. Mais une chance leur est donnée de revenir à la vie: Dieu leur accorde sept jours de vie supplémentaires, au bout desquels l'un d'eux devra mourir à nouveau. Mission leur est donnée de choisir lequel des deux succombera, sachant également qu'ils n'ont pas le droit de se séparer pendant ces sept jours sous peine de mourir immédiatement, et que l'un et l'autre ne pourront cacher leurs sentiments, qui seront mêlés... Voici donc une première oeuvre au sein de laquelle nous pouvons d'ores et déjà remarquer l'importance d'un thème qui reviendra de façon récurrente dans les œuvres suivantes de l'auteur: la romance.
     

   
 
Il faudra ensuite attendre 2000-2001 pour retrouver l'auteur, dans le magazine Gekkan Shônen Magazine, avec W's,  une série en trois volumes qui se centrera sur un autre thème qui deviendra important chez l'auteur: le sport. Ici, l'auteur abordera le tennis, à travers l'histoire du jeune Tsurugi, un garçon de 9 ans dénichant une vidéo de son défunt père gagnant le tournoi de Wimbledon. Lui qui ignorait tout de cela, le voici qui se met à jouer au tennis, se révélant très doué dans ce sport,  et c'est ainsi qu'il va se faire des alliés et des rivaux sur le terrain tout en tentant de découvrir le passé mystérieux de son père.
  

   
 
Ce n'est qu'en 2002-2003 que l'on retrouvera pour la première fois chez l'auteur les deux thèmes de la romance et du sport véritablement combinés, dans Cross Over, une série en sept tomes parue dans le Weekly Shônen Magazine, le magazine qui prépubliera également Suzuka juste après. Cross Over tire son nom d'un mouvement de basketball, le sport à l'honneur dans ce manga. Natsuki Ogata est un étudiant qui décide d'intégrer la bien mal en point équipe de basketball du lycée Sainte-Marianne (San Mariannu en romaji) dans le but de battre l'équipe de l'école Fujihara, composée de l'élite du basket de la région. Aidé par Eiji, un nouvel élève du lycée, et encouragés par la jolie Mizuki, la manager de l'équipe, ils vont remettre sur pied le club et tenter d'atteindre leur objectif. Une romance finit par apparaître entre notre héros et Mizuki, et ce bien que le sport reste au premier plan. Quoiqu'il en soit, Cross Over annonce bel et bien les sujets du prochain manga de Kouji Seo,  qui reste à ce jour son plus gros succès: Suzuka.
  


 

Vers la fin de Suzuka, en 2007, Kouji Seo publie un one-shot qui, s'il reste centré sur la romance, retrouve, à l'instar de Half & Half, un ton plus dramatique: en effet, Love Letter (ラブレター ) nous présente, en 1941, en temps de guerre, une histoire d'amour par correspondance entre Chieko, une jeune étudiante, et son senpai, engagé dans l'armée de l'air en tant que kamikaze pour défendre le pays. Loin de se présenter comme un manga au patriotisme vomitif, Love Letter aborde son sujet avec subtilité, et le thème-même des kamikaze peut éventuellement rappeler un titre comme Tsubasa, les ailes d'argent, paru il y a quelques années en France chez Panini.
 

   
  
En juin 2008, le mangaka débute, toujours dans le Weekly Shônen Magazine, Kimi no iru Machi (君のいる町). Faisant ici disparaître totalement le thème du sport, l'auteur met en avant toute la connaissance qu'il a acquise dans le domaine du shônen romantique en nous narrant l'histoire de Yuzuki Eba, jeune femme obligée de quitter Tokyo pour poursuive ses études à la campagne. Pour cela, elle va habiter chez Haruto Kirishima, jeune homme qui voit d'un mauvais oeil l'arrivée de la demoiselle chez lui, de peur que les ragots ne se répandent au lycée, d'autant qu'il est secrètement amoureux de sa timide camarade de classe Nanami Kanzaki... Bien entendu, cela n'est que le point de départ de l'histoire, qui va rapidement développer différentes relations entre plusieurs personnages. On retrouve ici beaucoup de caractéristiques du shônen romantique. A ce jour, Kimi no iru Machi compte dix-neuf volumes au Japon. 
La série est éditée en France par Pika à partir de mars 2011 sous son titre international : A Town where you Live. Tout comme Suzuka avant elle, la série parait à un rythme bimestriel et compte huit volumes en aout 2012.

     
       
  
  
En débutant en 2009 Princess Lucia, paraissant de manière bimensuelle dans le magazine Comic Blade de Mag Garden et comptant trois volumes au Japon. Kouji Seo nous propose un titre axé vers le fantastique, mais aussi vers le ecchi ! Ce nouveau récit, intégrant en son sein anges et démons, est plus léger et plus axé fan-service que ses autres titres, à croire que l'auteur ne garde que le pire des histoires précédentes à chaque fois...
Cette fois-ci, ce n'est pas Pika mais Soleil qui décroche la publication française de Princesse Lucia, entamée en février 2012.

 
  
 
 
Enfin, sa popularité ne se démentant pas, Kouji Seo est choisi en 2010 par Kodansha pour dessiner dans les pages du Weekly Shônen magazine Loveplus - Rinko Days (ラブプラス Rinko Days) , une comédie romantique adaptant le jeu vidéo Loveplus, dont cinq adaptations sont prévues dans cinq magazines différents de l'éditeur, le tout avec pour objectif de former un crossover. Loveplus – Rinko Days a débuté le 9 avril 2010, avec une parution mensuelle. La série comptera finalement deux tomes, sortis en février 2011 puis février 2012.

   
  

   

    
A 37 ans, nous pouvons dire que Kouji Seo a déjà à son actif une carrière bien remplie, et gageons que nous n'avons pas terminé d'entendre parler de lui, sa popularité continuant de grandir.
 


Suzuka © Kouji Seo / Kodansha LTD.

Suivre les commentaires du dossier

Ajouter un commentaire

*


Le code HTML est interprété comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Si vous voulez créer un compte, c'est ICI et c'est gratuit!

> Conditions d'utilisation
MN Actus
Dernières news News populaires News les plus commentées Fermer

Dernières News